Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le cisco à nageoires noires au Canada - Mise à jour

Répartition

Aire de répartition mondiale

Le cisco à nageoires noires appartient à la sous-famille des Corégoninés, dont la répartition mondiale englobe l’Amérique du Nord, l’Europe et l’Asie. Toutes les occurrences historiques ou actuelles connues du cisco à nageoires noires proviennent des Grands Lacs laurentiens et du lac Nipigon. L’espèce a également été signalée dans plusieurs lacs de la région centrale du Canada, mais la taxinomie des poissons de ces lacs demeure incertaine.


Aire de répartition canadienne

Historiquement, le cisco à nageoires noires a été décrit par Koelz (1929) comme une espèce endémique à tous les Grands Lacs touchant à l’Ontario, sauf le lac Érié et le lac Nipigon. Plus récemment, la forme du lac Supérieur a été associée avec le cisco à mâchoires égales (Clarke et Todd, 1980) et la forme du lac Ontario a été jugée non valable (Todd, 1981).

On a signalé le cisco à nageoires noires dans le bassin de la rivière Little Jackfish adjacent au lac Nipigon en 1986 et en 2004, ainsi que dans la baie Ombabika, soit le lieu où la rivière Little Jackfish se jette dans le lac Nipigon (UMA, 1987). L’identification de spécimens provenant de ces emplacements a été confirmée (T. Todd, USGS, comm. pers., 2005). Il est plausible que les individus de cette région soient des proches parents ou des descendants de la population du lac Nipigon. Il semble toutefois inhabituel de trouver des occurrences en rivière pour une espèce privilégiant les eaux profondes. Il pourrait s’agir d’individus ayant migré accidentellement dans la rivière, mais qui n’y résident pas.

Le cisco à nageoires noires a également été signalé dans des lacs de la région centrale du Canada (figure 2, annexe 1). En Ontario, il a été signalé dans des lacs du nord-ouest et du centre de l’Ontario. Des ciscos de profondeur ont également été signalés dans la rivière Ogoki, qui faisait partie à l’origine du bassin hydrographique de la rivière Albany, mais qui a été détournée vers le sud pour se jeter dans le bassin des Grands Lacs. Ces individus ont été identifiés comme des ciscos à nageoires noires par Todd, mais leur parenté est inconnue. Ryder et al. (1964) ont signalé la présence possible de ciscos à nageoires noires dans plusieurs lacs du nord-ouest de l’Ontario. Ils ont cependant averti que tant qu’une étude taxinomique exhaustive des corégonidés de la région des lacs intérieurs du nord n’aura pas été menée, l’identification du C. nigripinnis et du C. zenithicus demeurera provisoire. Il est possible que le C. nigripinnis soit simplement une forme d’espèce d’eau profonde du C. artedii. Une telle étude taxinomique n’a pas été menée sur des spécimens provenant de ces lacs, ni d’aucun autre lac intérieur de l’Ontario d’ailleurs; par conséquent, l’identité de ces spécimens demeure irrésolue.


Figure 2 : Distribution du cisco à nageoires noires au Canada

Figure 2 : Distribution du cisco à nageoires noires au Canada. Sources de données : collections de musées et publications scientifiques

Sources de données : collections de musées et publications scientifiques. Les enregistrements historiques de ciscos à nageoires noires dans les lacs intérieurs de l’Ontario, du Manitoba, de la Saskatchewan et de l’Alberta sont aujourd’hui considérés comme non valables en raison d’incertitudes taxinomiques.

Le cisco à nageoires noires a également été signalé au Manitoba, en Saskatchewan et en Alberta (figure 2, annexe 1). Hinks (1957, in Stewart et al., 2004) signale cette espèce dans le lac Winnipeg. Mais Clarke (1973, dans Stewart et al., 2004) considère que les spécimens du lac Winnipeg et du lac Manitoba ne sont pas différents du C. artedii. Ainsi, il n’existe aucun enregistrement confirmé de cisco à nageoires noires au Manitoba (M. Erickson, Manitoba Water Stewardship, Fisheries Branch, Winnipeg, Manitoba, comm. pers., 2005; K. Stewart, professeur à la retraite, département de zoologie, Université du Manitoba, Winnipeg, Manitoba, comm. pers., 2005).

En Saskatchewan, Dymond (1943, dans Scott et Crossman, 1973) estime que l’espèce est présente dans les lacs Waskesiu, Little Trout, Burntwood et Heart. Des occurrences additionnelles ont été signalées dans les lacs Clearwater, Kingsmere et Reindeer. Mais ces enregistrements ne sont plus considérés comme valables, car on estime aujourd’hui que les spécimens recueillis dans ces lacs sont des formes du C. artedii et non des C. nigripinnis (J. Pepper, Saskatchewan Conservation Data Centre, Fish and Wildlife Branch, Saskatchewan Environment, comm. pers., 2005).

Dymond (1943) signale l’espèce dans le lac Athabaska; cependant, cette occurrence est aujourd’hui jugée non valide (Kooyman, 1970, dans Scott et Crossman, 1973; J. Nelson, professeur émérite, Department of Biological Sciences, University of Alberta, Edmonton, Alberta, comm. pers., 2005).

En somme, l’aire de répartition canadienne du cisco à nageoires noires est le lac Huron, le lac Michigan ainsi que le lac Nipigon et ses affluents et peut-être même quelques-uns des lacs intérieurs dans le centre et le nord-ouest de l’Ontario.