Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le marsouin commun (population de l’océan Pacifique) au Canada – Mise à jour

Importance de l'espèce

Comme nous l’avons déjà mentionné, le marsouin commun est le cétacé qui s’échoue le plus souvent en Colombie-Britannique. Les données sur les ratios de polluants, les études de radio-détection et la présence des marsouins communs toute l’année dans la province indiquent que l’espèce possède une aire de répartition relativement limitée. De tous les cétacés observés en Colombie-Britannique, c’est le marsouin commun qui semble fréquenter le plus régulièrement les habitats côtiers où l’eau est peu profonde. Ces caractéristiques provoquent une exposition prolongée aux influences anthropiques. Par conséquent, de toutes les espèces de cétacés de la province, le marsouin commun est la meilleure espèce indicatrice que l’on peut utiliser dans les programmes de surveillance de l’état du milieu marin (Baird, 1994).

Dans le sud de la Colombie-Britannique (et dans les eaux adjacentes à l’État du Washington), le marsouin commun s’hybride avec le marsouin de Dall (Baird et al., 1998; Willis, 2001). À l’échelle mondiale, il s’agit seulement de la deuxième paire de cétacés chez qui l’hybridation en milieu sauvage est courante. Willis et al., 2004) note que l’hybridation naturelle chez les autres espèces de mammifères se produit presque toujours dans des habitats perturbés, où une des populations est en déclin (voir par exemple Carr et al., 1986; Lehman et al., 1991).