Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement de l'oponce de l'Est (Opuntia humifusa) au Canada

Déclaration

En ratifiant l'Accord pour la protection des espèces en péril (1996), les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont convenu de collaborer à l'élaboration de lois, de programmes et de politiques en vue de protéger les espèces sauvages en péril partout au Canada. La Loi sur les espèces en péril (L.C. 2002, ch. 29) exige des ministres fédéraux compétents qu'ils préparent des programmes de rétablissement pour les espèces inscrites à titre d'espèces disparues du pays, en voie de disparition et menacées.

Le ministre de l'Environnement présente ce document, qui constitue le programme de rétablissement de l'oponce de l'Est exigé par la LEP. Il a été rédigé en collaboration avec les autorités responsables de cette espèce, telles que mentionnées dans l'avant-propos. Le ministre invite les autres autorités et organisations qui peuvent être concernées par le rétablissement de l'oponce de l'Est à utiliser ce programme afin de guider leurs initiatives.

Les objectifs relatifs à la population et à la répartition et les méthodes de rétablissement énoncés dans le programme ont été élaborés en fonction des meilleures connaissances actuelles et pourront faire l'objet de modifications à la suite de nouvelles constatations ou de la révision des objectifs.

Ce programme de rétablissement sera le fondement d'un ou de plusieurs plans d'action contenant plus de détails sur les mesures à prendre pour appuyer la protection et le rétablissement de l'oponce de l'Est. Le succès de son rétablissement dépendra de l'engagement et de la collaboration des nombreuses parties qui participeront à la mise en œuvre des mesures figurant dans ce programme. Dans l'esprit de l'Accord pour la protection des espèces en péril, tous les Canadiens et Canadiennes sont invités à appuyer ce programme et à contribuer à sa mise en œuvre dans l'intérêt de l'oponce de l'Est et de la société canadienne dans son ensemble. Le ministre de l'Environnement rendra compte des progrès réalisés d'ici cinq ans.