Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Bec-croisé des sapins de la sous-espèce Percna (Loxia curvirostra percna) au Canada

logo du COSEPAC

COSEPAC
Résumé

Bec-croisé des sapins
de la sous-espèce percna
Loxia Curvirostra Percna

Information sur l’espèce

Le Bec-croisé des sapins de la sous-espèce percna est un Fringillidé de taille moyenne que l’on trouve surtout dans les forêts conifériennes. À l’instar des autres becs-croisés, il possède des mandibules dont les extrémités sont croisées, ce qui lui permet d’écarter les écailles des cônes de conifères pour cueillir les graines. Comparée aux autres Becs-croisés des sapins d’Amérique du Nord, la sous-espèce percna a le bec relativement haut et fort ainsi qu’une coloration foncée.

On désigne généralement cette sous-espèce sous le nom scientifique de Loxia curvirostra percna (elle a précédemment été appelée L. c. pusilla par plusieurs auteurs). Il existe au moins sept autres types de Becs-croisés des sapins en Amérique du Nord, qui se différencient par leurs vocalisations et leur morphologie. D’aprè une recherche récente, il est probable que chaque type de Bec-croisé des sapins d’Amérique du Nord constitue une espèce distincte et non une sous-espèce comme on le pense en général, parce qu’il n’y a pas de croisement entre ces divers types même lorsqu’ils ne sont pas séparés sur le plan géographique.

Répartition

Le Bec-croisé des sapins se trouve dans toutes les forêts boréales du monde ainsi que dans des régions plus méridionales abritant des conifères. Les forêts conifériennes constituent le principal habitat et le cœur de l’aire de répartition du Bec-croisé des sapins. Cependant, cette espèce fait parfois « irruption » dans des secteurs sans conifères en quête de nourriture lorsqu’il y a une pénurie de graines de conifères. En Amérique du Nord, différents types de Becs-croisés des sapins sont largement répartis sur le continent, leur aire de répartition correspondant à celle des forêts boréales et autres habitats conifériens. Au Canada, l’aire de répartition s’étend de la Colombie-Britannique aux Maritimes et à Terre-Neuve.

On n’a trouvé des nids de la sous-espèce percna que dans l’île de Terre-Neuve. Il semble que ces oiseaux quittent parfois l’île, et quelques oiseaux à gros bec pouvant appartenir à la sous-espèce percna ont été observés et récoltés dans les Maritimes, en Nouvelle-Angleterre et au Québec. Cette sous-espèce étant difficile à identifier sur le terrain, il n’est pas certain que tous les Becs-croisés des sapins observés à Terre-Neuve appartiennent bien à la sous-espèce percna.

Habitat

Le Bec-croisé des sapins est très étroitement adapté aux forêts boréales de par la morphologie de son bec. À l’instar des autres becs-croisés, il a coévolué avec les conifères qui constituent sa source de nourriture, et tous les becs-croisés à gros bec, y compris probablement le Bec-croisé des sapins de la sous-espèce percna, sont associés aux forêts de pins. L’habitat de prédilection du Bec-croisé des sapins est les forêts matures bonnes productrices de cônes. Les peuplements de pins rouges et de pins blancs étaient autrefois un habitat important pour le Bec-croisé des sapins, mais ces essences occupent maintenant une aire très restreinte à Terre-Neuve. Les forêts matures d’épinettes noires et de sapins, elles aussi importantes pour le Bec-croisé des sapins, deviennent de plus en plus fragmentées et sont menacées à cause de leur exploitation. Les feux de forêts et les ravages dus aux insectes ont aussi contribué à réduire l’abondance de graines de conifères à la grandeur de l’île. Les sociétés forestières détiennent actuellement des contrats d’exploitation pour 69 p. 100 des terres publiques dans l’île de Terre-Neuve.

Biologie

Les Becs-croisés des sapins, monogames et formant des couples, se rassemblent en groupes peu denses pour la reproduction et en bandes importantes pour la recherche de nourriture. Leur stratégie de reproduction est souple, la nidification pouvant avoir lieu pendant les mois froids si les graines de conifères sont abondantes, ces oiseaux possédant des adaptations physiologiques leur permettant de vivre sous des climats froids. Les becs-croisés sont nomades et effectuent des déplacements plus ou moins importants à la recherche de sources abondantes de graines de conifères, mais certaines populations insulaires, dont le percna pourrait faire partie, se montrent en général plus sédentaires. La survie est étroitement liée à la disponibilité de graines de conifères et les oiseaux font parfois face à la famine si la production de cônes est mauvaise dans de grandes régions géographiques. Parmi les autres causes de mortalité chez la sous-espèce percna, mentionnons les collisions avec des véhicules et la prédation, ainsi que la compétition possible pour les graines de conifères avec l’écureuil roux, introduit dans l’île, et la prédation des nids par ce dernier.

Taille et tendances des populations

Autrefois, le Bec-croisé des sapins était relativement commun à Terre-Neuve. Pendant les dernières décennies, il a connu un déclin marqué et continu. Actuellement, cette espèce est très rare dans toute l’île et on l’observe très peu souvent et irrégulièrement dans les relevés formels ou informels. L’estimation grossière de la taille de la population actuelle, soit 500 à 1500 individus, est fondée sur des observations de terrain, les Recensements des oiseaux de Noël, les Relevés des oiseaux nicheurs et d’autres recensements qui donnent à penser que l’ordre de grandeur de la population se situerait entre des centaines et à peine quelques milliers d’oiseaux. Cette estimation comporte beaucoup d’incertitude à cause de l’échantillonnage relativement limité dans toute l’île, des difficultés liées au dénombrement d’oiseaux nomades comme le Bec-croisé des sapins, du manque d’observations récentes d’oiseaux nicheurs, des problèmes d’identification des sous-espèces de bec-croisé sur le terrain et de la possibilité que le Bec-croisé des sapins se déplace entre l’île de Terre-Neuve et le continent.

Facteurs limitatifs et menaces

La dégradation et la modification toujours en cours des forêts boréales représentent des menaces importantes pour la survie du Bec-croisé des sapins à Terre-Neuve. Parmi les autres menaces, mentionnons la compétition possible avec l’écureuil roux et la prédation effectuée par ce dernier.

Importance de l’espèce

Le Bec-croisé des sapins de la sous-espèce percna forme un groupe taxinomique distinctif. À cause de son degré de spécialisation élevé pour les graines de conifères, sa présence est le signe d’une forêt indigène saine, mature et productive. Cet oiseau est endémique à l’île de Terre-Neuve et intimement associé aux écosystèmes forestiers boréaux de cet endroit.

Protection actuelle ou autres désignations

Le Bec-croisé des sapins est protégé en vertu de la Loi sur la Convention concernant les oiseaux migrateurs. NatureServe a attribué au Bec-croisé des sapins de Terre-Neuve le statut d’espèce en péril/vulnérable (imperilled/vulnerable). En général, les populations de Becs-croisés des sapins se maintiennent dans la partie ouest du pays, la plupart des déclins étant signalés dans le nord-est. À Terre-Neuve, les terres protégées par le fédéral ou la province représentent environ 8 p. 100 de la superficie de l’île, et on pense qu’une partie de ces terres offrent des habitats propices au Bec-croisé des sapins.