Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Bec-croisé des sapins (percna) au Canada

Répartition

Aire de répartition mondiale

Les becs-croisés sont des Fringillidés holarctiques hautement spécialisés qui se nourrissent de graines de conifères. Souvent, les becs-croisés sont nomades ou erratiques dans leur aire de répartition parce que la production de graines de conifères fluctue considérablement d’année en année à l’échelle continentale (Bock et Lepthien, 1976). Le Bec-croisé des sapins est présent à l’année longue dans les forêts boréales d’Amérique du Nord et d’Eurasie, et au sud jusque dans les forêts conifériennes du nord de l’Espagne, du nord de l’Afrique, des îles de la Méditerranée, du nord de l’Inde, du sud de la Chine, du Japon et du nord des Philippines (Godfrey, 1986).

En Amérique du Nord, la répartition du Bec-croisé des sapins est liée à celle des forêts boréales et conifériennes. Aux États-Unis et au Mexique, il niche généralement dans les forêts boréales de l’Alaska, ainsi qu’au sud dans les forêts conifériennes de l’ouest jusqu’en Californie, au Nevada, en Arizona, au Mexique et en Amérique centrale, ainsi que dans les forêts conifériennes de l’est en Nouvelle-Angleterre; on en rencontre aussi des populations isolées dans les Appalaches dans l’ouest de la Virginie, l’est du Tennessee et l’ouest de la Caroline du Nord (Adkisson, 1996). Parfois, on observe le Bec-croisé des sapins bien au-delà de cette aire de répartition, en particulier dans l’est des États-Unis, lorsque des oiseaux errent sur de grandes distances à cause de la rareté de la nourriture dans le nord.

Aire de répartition canadienne

L’aire de reproduction du Bec-croisé des sapins au Canada est variable. Sa nidification à un endroit donné ne signifie nullement qu’il nichera au même endroit l’année suivante (Godfrey, 1986). En général, Godfrey (1986) signale que le Bec-croisé des sapins se reproduit dans les forêts conifériennes du sud du Yukon et du sud-ouest des Territoires du Nord-Ouest, en Colombie-Britannique (dans toute la province, y compris les îles côtières), en Alberta (dans le sud, seulement dans la région montagneuse de l’ouest), dans le nord-ouest et le centre de la Saskatchewan, dans le sud du Manitoba, dans le centre et le sud de l’Ontario (sauf dans l’extrême sud-ouest), dans le sud du Québec, au Nouveau-Brunswick (sauf peut-être dans la région nord-ouest; Erskine, 1992), dans l’Île-du-Prince-Édouard, en Nouvelle-Écosse et à Terre-Neuve (mais pas au Labrador; Todd, 1963). L’aire de répartition du Bec-croisé des sapins au Canada est illustrée à la figure 3.

Des changements dans l’aire de répartition du Bec-croisé des sapins ont été signalés dans les Maritimes et dans l’île de Terre-Neuve (voir la section sur la répartition à Terre-Neuve ci-dessous). Le Bec-croisé des sapins a été observé régulièrement dans les Maritimes jusqu’au 20e siècle (Erskine, 1992), mais il était pratiquement absent en Nouvelle-Écosse après 1922 (Tufts, 1986) et aucun nid n’y a été trouvé après 1913(Erskine, 1992). Cette absence est peut-être liée à l’exploitation passée du pin blanc (Pinus strobus) et de la pruche du Canada (Tsuga canadensis) dans le nord-est de l’Amérique du Nord (Erskine, 1992), qui a été liée au déclin du Bec-croisé des sapins en Nouvelle-Angleterre (Dickerman, 1987). Le Bec-croisé des sapins est revenu nicher dans les Maritimes dans les années 1960 et 1970, mais il y demeure un résident rare et irrégulier qui n’a pas fait d’irruptions importantes récemment (Erskine, 1992). D’après Tufts (1986) et les données des récents Recensements des oiseaux de Noël, les effectifs du Bec-croisé des sapins semblent être en déclin dans les Maritimes.

Figure 3 : Répartition canadienne du Bec-croisé des sapins

Figure 3.  Répartition canadienne du Bec-croisé des sapins.

La zone hachurée correspond à l’aire de reproduction connue de L. c. percna, et la partie pleine indique l’aire de reproduction des autres sous-espèces de Becs-croisés des sapins du Canada. Répartition estimée d’après Godfrey (1986) et Létourneau (1996).

Aire de répartition à Terre-Neuve – percna

On pense que la sous-espèce percna se reproduit uniquement dans l’île de Terre-Neuve (Austin, 1968). Pendant les périodes où la production de cônes est mauvaise dans l’île de Terre-Neuve, Godfrey (1986) indique que cette sous-espèce pourrait errer jusqu’au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse, au Québec et en Ontario, échappant peut-être à la disette en émigrant vers les forêts de pins de l’est du Canada et du nord-est des États-Unis (Dickerman, 1987). Des Becs-croisés des sapins à gros bec ont été observés et récoltés dans l’est du Canada et en Nouvelle-Angleterre (Griscom, 1937; Peters et Burleigh, 1951; Griscom et Snyder, 1955; Austin, 1968; Tufts, 1986; McLaren, 1991), mais ils n’étaient pas considérés comme des oiseaux nicheurs et au moins certains d’entre eux n’appartenaient peut-être pas à la sous-espèce percna. Par exemple, Dickerman (1986) a examiné neuf spécimens de Bec-croisé des sapins provenant de l’État de New York et identifiés comme étant de la sous-espèce pusilla, mais il a noté que si tous ces spécimens avaient un gros bec, celui-ci n’était pas aussi gros que celui des spécimens de Terre-Neuve. Des spécimens à gros bec récoltés au Massachusetts ont été identifiés comme des Becs-croisés des sapins de la sous-espèce pusilla (Griscom et Snyder, 1955). Il n’y a pas de mentions fiables confirmant la reproduction du Bec-croisé des sapins au Labrador (Todd, 1963), où le Bec-croisé bifascié est considéré comme un résident nicheur (Benkman, 1992b). Peters et Burleigh (1951) déclarent que la race de Bec-croisé des sapins de Terre-Neuve se reproduit en Nouvelle-Écosse, mais ils ne présentent aucune preuve à l’appui de cette affirmation. Une femelle de Bec-croisé des sapins désignée comme étant de la sous-espèce pusilla a été récoltée dans l’île d’Anticosti en 1963 (Ouellet, 1969); sa morphologie est conforme à celle de la sous-espèce percna (M. Gosselin, comm. pers., 2003). Des Becs-croisés des sapins (sous-espèce indéterminée) ont aussi été observés à Saint-Pierre-et-Miquelon (Tuck et Borotra, 1972), mais rien n’indique que l’espèce niche à cet endroit (R. Etcheberry, comm. pers., 2003).

Selon Erskine (1992), l’une des explications possibles du récent retour du Bec-croisé des sapins dans les Maritimes pourrait être l’existence d’un excédent d’oiseaux nicheurs (overflow breeding) chez la sous-espèce de Terre-Neuve. Mais, Benkman (1993c) soutient qu’il n’y a pas de preuve indiquant que la sous-espèce percna survit sur le continent. À son avis, la sous-espèce de Terre-Neuve est adaptée à la récolte des graines de l’épinette noire de Terre-Neuve (Picea mariana) et il maintient, en s’appuyant sur des échantillons très petits et très restreints sur le plan géographique, que l’écaille des graines de cette épinette est mince, celle-ci ayant évolué en l’absence de pression de prédation exercée par l’écureuil roux (Tamiasciurus hudsonicus). Il prétend que la sous-espèce percna ne peut pas survivre sur le continent, où les épinettes ont évolué sous cette pression de prédation et développé des écailles plus épaisses. Cependant, les résultats d’une étude plus récente menée par Parchman et Benkman (2002) viennent à l’encontre du raisonnement précédent et n’indiquent pas si la sous-espèce percna est restreinte aux conifères de Terre-Neuve à cause de limitations qui rendraient les conifères du continent inutilisables pour cette sous-espèce. La majeure partie de l’information disponible donne à penser que la sous-espèce percna se reproduit uniquement dans l’île de Terre-Neuve, mais cette conclusion n’est pas définitive. En général, les Becs-croisés des sapins à gros bec sont plus sédentaires que ceux qui ont un petit bec (voir p. ex. Marquiss et Rae, 2002), observation qui pourrait valoir pour Terre-Neuve.

Il est difficile de définir l’aire de reproduction du Bec-croisé des sapins à Terre-Neuve parce il ne niche plus aux mêmes endroits que dans le passé. On l’a observé dans bien des localités différentes de l’île, peut-être à cause de sa tendance aux irruptions locales. La dernière mention d’un nid de Bec-croisé des sapins dans l’île de Terre-Neuve remonte à 1977 (W. A. Montevecchi [WAM], fichiers inédits, tableau 2) et il n’y a pas de mentions récentes de comportement de reproduction à Terre-Neuve.

Des relevés des oiseaux nicheurs menés par l’Université Memorial de Terre-Neuve de 1980 à 1985 ont révélé que les Becs-croisés des sapins sont le plus souvent observés dans les forêts anciennes de l’ouest de Terre-Neuve. On a également découvert des Becs-croisés des sapins sur la côte nord-est autour de la baie Bonavista ainsi qu’à proximité du parc national Terra-Nova et dans la péninsule Great Northern (WAM, données inédites). Plus récemment, des Becs-croisés des sapins ont été observés dans un peuplement de pins rouges (Pinus resinosa) près de Gambo, dans le centre de l’île de Terre-Neuve, ainsi qu’à St. John’s et aux environs, dans la presqu’île Avalon. On ne sait pas si l’aire de répartition de cette sous-espèce s’est contractée ces dernières années, mais il semble certain que c’est le cas de son aire de reproduction (bien qu’il y ait eu très peu de relevés). On pense que l’aire de reproduction principale correspond aux forêts conifériennes de Terre-Neuve, mais à cause de leur nomadisme, il se pourrait que ces oiseaux occupent en tout temps seulement certaines parties de cette aire.

Tableau 2 : Information sur la chronologie de la reproduction chez le Bec-croisé des sapins dans l’île de Terre-Neuve (fiches de nidification tenues par WAM).
MentionDateEndroitSources
2 juvéniles12 déc. 2002 B. Mactavish
certains mâles chantantdébut fév. 1989cap SpearB. Mactavish
mâle immature3 sept. 1989cap SpearR. Burrows
imm. et femelle chantant27 mars 1983baie PortugalWAM
2 jeunes ayant atteint l’envol28 mai 1983 B. Mactavish
immature20 avr. 1980La MancheJ. Piatt, WAM
2 jeunes ayant atteint l’envol28 mai 1980 B. Mactavish
nid contenant 3 œufs ou oisillons3 au 31 mai 1977TorbayR. Blacquiere
2 immatures30 mai 1975La MancheJ. Piatt
nid contenant 3 oisillons de 2 à 3 jours12 mars 1971baie GanderE. Baird
3 jeunes en vol21 mai 1971St. John’sJ. Wells
2 jeunes en vol23 mai 1971Salmonier LineJ. Wells
nid contenant 4 œufs, puis des oisillons et des jeunes ayant atteint l’envol14 juin au 14 juill. 1971St. John’sJ. Landry
jeune ayant atteint l’envol13 mai 1969St. John’sG. Greenlee
spécimen mâle en plumage nuptial complet21 août 1934au sud de Grand Falls(Rooke, 1935)
chant fort constant26 août 1934au sud de Grand Falls(Rooke, 1935)
2 juvéniles2 sept. 1934au sud de Grand Falls(Rooke, 1935)
2 mâles juvéniles26-27 juill. 1912Hobley Hills(Noble, 1919)

Il convient aussi de noter qu’il est possible que certains Becs-croisés des sapins observés à Terre-Neuve n’appartiennent pas à la sous-espèce percna, mais à d’autres sous-espèces du continent. L’information disponible sur les observations du Bec-croisé des sapins à Terre-Neuve n’est généralement pas suffisamment détaillée pour permettre de distinguer les sous-espèces (pour obtenir plus d’information, consulter la sous-section intitulée Dénombrements et identification des Becs-croisés sur le terrain dans la section Taille et tendances des populations).