Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Scoulérie à feuilles marginées (Scouleria marginata)

Information sur l’espèce

Nom et classification

Le Scouleria marginata Britt. est une mousse de la famille des Scoulériacées (Anderson et al., 1990; Buck et Goffinet, 2000).

Une autre espèce de Scouleria, le S.aquatica Hook., est présente en Amérique du Nord et notamment dans l’Ouest du Canada (Ireland et al., 1987; Anderson et al., 1990). Sa répartition est plus vaste que celle du S. marginata, et elle est présente dans l’Est de l’Asie, en Alaska (y compris aux Aléoutiennes), dans les Territoires du Nord-Ouest et vers le sud jusqu’en Californie (Churchill, 1985). Là où les aires des deux espèces se chevauchent, le S. aquatica est généralement beaucoup plus commun que le S. marginata. Le nom anglais que nous avons choisi pour le S.marginata, « margined streamside moss », est une modification de celui utilisé par MacKinnon et al. (1992) pour le S. aquatica (« streamside moss »).

Description

Le Scouleria marginataest une mousse acrocarpe relativement grande, formant des touffes vert foncé ou brun jaunâtre à noirâtres. La plante pousse au bord des ruisseaux et des rivières, sur des roches mouillées et souvent immergées.

Les tiges sont longues de 6 à 10 cm et souvent ramifiées. La plupart des feuilles inférieures et des tiges ont une coloration foncée brunâtre ou noirâtre, tandis que les feuilles supérieures peuvent être brun doré ou brun jaune à vert foncé. Les feuilles apicales sont souvent d’une couleur contrastante, doré clair à vert franc, et mesurent de 2,5 à 4,0 mm de longueur et de 0,8 à 1,2 mm de largeur; leur face inférieure porte généralement des rhizoïdes en abondance. Ces feuilles sont lancéolées à ligulées, atténuées vers le sommet, qui est arrondi-obtus à légèrement pointu. Elles sont légèrement contorsionnées à l’état sec et étalées à l’état humide.

Les marges de la feuille sont entières à faiblement dentées, multistratifiées. C’est ce dernier caractère qui permet le mieux de distinguer l’espèce du Scouleriaaquatica, dont les marges sont unistratifiées ou parfois bistratifiées par endroits. Lawton (1971) fait remarquer que de nombreux spécimens à marges partiellement bistratifiées ont été assignés à tort à l’espèce S.marginata. Il se peut que ces erreurs soient attribuables à l’utilisation des clés anciennes de Grout (1933), qui distinguait les espèces selon le caractère unistratifié ou bistratifié des marges foliaires. À l’état sec, les feuilles du Saquatica peuvent être plus contorsionnées que celles du S. marginata, peut-être à cause de l’épaisseur différente de leurs marges (Tan, 1980). On observe également des marges multistratifiées chez le S.patagonica (Mitt.) Jaeg., espèce d’Amérique du Sud (Churchill, 1985).


Chez le S. marginata, la nervure de la feuille peut atteindre 140 µm de largeur et se termine près du sommet. Les cellules médianes et supérieures ont les parois épaisses, sont à peu près isodiamétriques et mesurent de 9 à 15 µm. Les cellules basales voisines de la nervure sont en général courtement rectangulaires à rectangulaires, mesurent de 12 à 17,5 µm de longueur et de 7 à 10 µm de largeur et ont des parois plus minces que les cellules supérieures. La région alaire comporte un petit groupe de cellules différenciées, de carrées à courtement rectangulaires, à parois épaisses. Au-dessus de la région alaire, il y a une bande distincte de cellules sous-marginales allongées à parois très épaisses.

Le Scouleria marginataest dioïque, et les individus mâles et femelles sont d’aspect similaire. Les bractées périgoniales et périchétiales sont semblables aux feuilles ordinaires, sauf que les bractées périgoniales sont un peu plus courtes, ne dépassant pas 2 mm. La soie est dressée et courte (jusqu’à 2 mm). La capsule mesure de 2 mm à 2,5 mm environ de diamètre; elle est plus ou moins sphérique à l’état humide et s’aplatit légèrement à l’état sec. L’opercule est courtement conique. Chez la capsule mûre, la columelle est épaisse, dépasse de l’orifice et reste fixée à l’opercule. Une mince membrane reste souvent attachée à la capsule, reliant celle-ci à la partie supérieure de la columelle. La capsule duS. marginata est dépourvue de dents péristomiales, contrairement à celles du S. aquatica et duS. patagonica. Les spores mesurent en moyenne environ 40 µm et sont légèrement rugueuses.

Les caractères clés du S. marginata sont illustrés à la figure 1.

Illustrations du Scouleria marginata(redessinées d’après Lawton, 1971) : 1. capsule, feuilles et bractées (X ~16); 2. feuille typique (X ~20); 3. contour de la coupe transversale d’une feuille (X ~120); 4. cellules marginales d’une feuille, en coupe (X ~300)

Figure 1. Illustrations du Scouleria marginata(redessinées d’après Lawton, 1971) : 1. capsule, feuilles et bractées (X ~16); 2. feuille typique (X ~20); 3. contour de la coupe transversale d’une feuille (X ~120); 4. cellules marginales d’une feuille, en coupe (X ~300).

On trouvera d’autres illustrations du S.marginata dans Grout (1933), Lawton (1971) et Churchill (1985). Les clés de Lawton (1971), Tan (1980) et Churchill (1985) sont utiles. Dans sa révision récente du genre, Churchill (1985) décrit en détail la répartition des deux espèces nord-américaines ainsi que les caractères permettant de les distinguer.

W.B. Schofield (comm. pers., 2002) estime que le S.marginata ne peut pas être distingué du S.aquatica sur le terrain. Par conséquent, selon cet auteur, il faudrait examiner les spécimens sur le terrain avec un microscope portable, ou récolter des spécimens de tous lesScouleria observés, en vue d’un examen ultérieur au microscope. R.R. Ireland (comm. pers., 2002) estime par contre que les marges foliaires nettement épaissies et arrondies duS. marginata sont faciles à reconnaître avec une loupe 20X, du moins sur les feuilles jeunes et non érodées. Il estime également que les feuilles du S. marginata sont plus noires et plus étroites que celles du S.aquatica, du moins dans la plupart des cas. LeScouleria marginata a également tendance à avoir des tons jaunâtres ou dorés, qui ne s’observent pas chez leS. aquatica.

Populations importantes à l’échelle canadienne

En ce moment, la seule population canadienne connue duS. marginata se trouve au ruisseau Boundary, dans la région des Kootenays, près de la frontière des États‑Unis (Tan, 1980). La mousse n’y a pas été retrouvée lors d’un relevé récent (2001).