Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement de la physe d'eau chaude (version finale)


Sommaire

La physe d'eau chaude, Physella wrighti, est un gastéropode aquatique que l'on rencontre uniquement dans un petit complexe de sources thermales situées dans le Parc provincial Liard River Hot Springs, dans le centre-nord de la Colombie-Britannique (C.-B.). Un spécimen de ce gastéropode a été recueilli pour la première fois en 1973, et c'est en 1985 que l'on a décrit l'espèce scientifiquement (Te et Clarke, 1985). Le Parc provincial Liard River Hot Springs comprend un réseau unique de sources thermales qui offrent un habitat lotique et lentique chaud en permanence pour plusieurs populations d'animaux et de plantes endémiques de la région. Comme les environnements aquatiques et marécageux chauds et peu profonds qui s'y trouvent ne gèlent pas, la végétation peut se développer tout au long de l'année.

Sur le plan biologique, l'espèce survit probablement dans le complexe de sources thermales de la rivière Liard depuis le retrait des glaciers (Remigio et al., 2001). Toutefois, elle est isolée et localisée en raison de son aire de répartition limitée au complexe de sources thermales de la rivière Liard, ce qui la rend vulnérable aux menaces d'extinction associées à l'activité humaine ou à des événements catastrophiques.

Les menaces qui pèsent sur la physe d'eau chaude sont associées à des changements potentiels dans l'habitat que constituent les sources thermales qui pourraient découler d'activités récréatives pratiquées dans le parc. Des activités d'exploration pétrolière et gazière pourraient aussi voir le jour à l'extérieur du parc. Il pourrait en outre y avoir regain d'intérêt pour la production d'hydroélectricité, auquel cas une évaluation plus poussée de la menace pesant sur la source de l'eau géothermique à l'extérieur du parc sera requise.

Le but du rétablissement de la physe d'eau chaude est de maintenir et de protéger la ou les populations de cette espèce dans leur aire de répartition géographique naturelle, tout en respectant la variation actuelle de l'abondance de l'espèce dans le Parc provincial Liard River Hotsprings. Ceci étant, le rétablissement est considéré comme biologiquement et techniquement réalisable.

Les objectifs à court terme en vertu desquels le rétablissement de la physe d'eau chaude sera suivi au cours des cinq prochaines années sont : 1) d'observer si la répartition actuelle de l'espèce dans les bassins Alpha et Bêta et dans les cours d'eau est maintenue et de raffiner notre compréhension de la répartition actuelle pour mieux quantifier cet objectif d'ici 2011; 2) d'observer si l'abondance relative actuelle de l'espèce se maintient et de mettre au point une méthodologie qui nous permettra d'accroître la précision des relevés d'ici 2011.

Étant donné le caractère endémique de la physe d'eau chaude dans cette bande d'habitat unique et localisée et la persistance continue de cette espèce en aval du déversoir depuis son observation initiale en 1973, on s'attend à ce que l'habitat essentiel soit en grande partie situé à l'intérieur des limites du parc. Toutefois, il faudra accomplir davantage de travail pour déterminer les facteurs qui définissent l'habitat essentiel de cette espèce.

Outre un programme d'études pour l'identification de l'habitat essentiel, les initiatives suivantes sont recommandées pour contrer les menaces et favoriser le rétablissement de la physe d'eau chaude : suivi de la population; protection par l'entremise du plan directeur du Parc provincial Liard River Hotsprings et limitations des impacts des activités récréatives dans le parc; surveillance des menaces; correction des lacunes dans les connaissances pour appuyer le rétablissement; éducation du public pour limiter les impacts des activités récréatives dans le parc. Un plan d'action exposant les détails de la mise en œuvre du rétablissement sera achevé d'ici 2011. À l'heure actuelle, une approche monospécifique a été adoptée pour le rétablissement, mais le recours à une approche écosystémique pourrait finalement être justifié si l'on veut couvrir l'ensemble de la zone de sources thermales.