Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement : Épaulard populations résidentes du nord et du sud

4. Lacunes dans les connaissances

Bien que les épaulards résidents soient parmi les cétacés les mieux étudiés au monde, il manque de toute évidence de l’information clé pour faciliter leur rétablissement. Ceci est en partie attribuable au fait que les épaulards, malgré qu’il y ait eu des études menées sur eux au cours des 30 dernières années, passent la majeure partie de leur temps sous l’eau. En outre, leurs allées et venues ne sont pas connues pendant une grande partie de l’année. De même, les occasions d’en apprendre plus sur les épaulards en étudiant leurs carcasses sont relativement rares. En effet, il n’y a que 7 à 8 carcasses qui sont récupérées chaque année dans le monde (Raverty et Gaydos, 2004). Sur une période de 30 ans, seulement 14 carcasses d’épaulards résidents ont été trouvées et autopsiées en Colombie-Britannique (Ford et al.,1998), ce qui représente un taux de récupération de 6 %.

Voici la liste des principaux secteurs où il manque de connaissances.

  • Répartition et comportement des épaulards résidents tout au long de l’année.
  • Habitat essentiel et important pour les épaulards résidents (outre les zones définies dans la présente stratégie).
  • Abondance historique des épaulards résidents.
  • Régime alimentaire et besoins énergétiques des épaulards résidents tout au long de l’année.
  • Conséquences des changements dans les principales populations de proies des épaulards résidents et tendances historiques connexes.
  • Conséquences à l’échelle des populations d’un effectif de petite taille; effets connexes sur la viabilité des épaulards résidents.
  • Taille de la population nécessaire au maintien de la diversité culturelle et génétique des épaulards résidents.
  • Effets à court et à long terme de la perturbation physique (transport maritime, observation des baleines, aéronefs, chercheurs et cinéastes) sur les épaulards résidents.
  • Effets à court et à long terme de la perturbation acoustique (observation des baleines, relevés sismiques, sonars militaires, chercheurs et cinéastes) sur les épaulards résidents.
  • Gamme complète des contaminants environnementaux anthropiques auxquels les épaulards et leurs proies sont exposés, dans le temps et dans l’espace; attention particulière portée à la détermination des sources de contaminants environnementaux et de leurs effets sur les épaulards résidents, leurs proies et leur habitat.
  • Répercussions du changement climatique ou environnemental sur les proies des épaulards résidents et sur leur habitat.