Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement de la dysnomie ventrue jaune, l’épioblasme tricorne, le pleurobème écarlate, la mulette du Necturus et al villeuse haricotau Canada [Proposition]

b) Gestion
PrioritéNoObje-ctif viséApproche/ stratégie généraleMesures particulièresEffet prévuMenace traitée
URGENT2-1i-viRenforcement des capacitésFavoriser et accroître l’expertise en matière d’identification/de biologie des moules d’eau douce et prévoir le transfert des connaissances.Assurera l’identification correcte des espèces de moules en péril.Toutes les menaces
URGENT2-2v, vi

Collaboration –

Stratégie de

rétablissement des écosystèmes

Collaborer avec les équipes de rétablissement des écosystèmes actuelles à la mise en œuvre des mesures de rétablissement.

Assure une

mise en œuvre harmonieuse de toutes les mesures de rétablissement.

Toutes les menaces
NÉCESSAIRE2-3vPlanification municipale

Inciter autorités responsables de la planification municipale à

prendre en considération les objectifs de rétablissement dans les plans officiels.

Assurera une meilleure protection de la dysnomie ventrue jaune, de la

mulette du Necturus, du pleurobème écarlate, de l’épioblasme tricorne et de la villeuse haricot afin que les aménagements futurs ne détériorent pas l’habitat important.

Envasement et

Turbidité de l’eau, concentrations d’éléments nutritifs, composés toxiques,

effets thermiques

NÉCESSAIRE2-4vDrainageCollaborer avec les superviseurs, les ingénieurs et les entrepreneurs chargés du drainage pour limiter les effets de ces aménagements sur l’habitat des moules.Réduira les effets néfastes des aménagements de drainage.

Envasement et

Turbidité de l’eau, concentrations d’éléments nutritifs, composés toxiques,

effets thermiques

NÉCESSAIRE2-5ii, iii, vPlans de gestion des poissons

Favoriser l’élaboration de plans de gestion des espèces de poissons qui ne sont pas péril dans les bassins hydrographiques

fréquentés par la dysnomie ventrue jaune, l’épioblasme tricorne, le pleurobème écarlate et la villeuse haricot.

Assurera la protection des espèces hôtes potentielles.Poissons hôtes

 

NÉCESSAIRE

2-6vPoisson-appât

Collaborer avec l’industrie des poissons-appâts pour

réduire les effets de la pêche commerciale à l’appât visant les espèces hôtes.

Assurera la protection des espèces hôtes potentielles.

Poissons hôtes,

espèces exotiques

NÉCESSAIRE2-7vStations d’épuration des eaux usées et installations de gestion des eaux pluviales Examiner si les usines d’épuration des eaux usées respectent les spécifications et favoriser leur amélioration, au besoin. Examiner les installations de gestion des eaux pluviales afin de gérer la quantité de l’eau dans les nouveaux aménagements et sa qualité et moderniser les aménagements actuels, si possible.

Améliorera la

qualité de l’eau par la réduction des apports d’éléments nutritifs et de matières en suspension provenant des

centres urbains.

Envasement et

Turbidité de l’eau, concentrations d’éléments nutritifs, composés toxiques

NÉCESSAIRE2-8vApplicationAider les agents provinciaux et fédéraux à obtenir l’information nécessaire et/ou les ressources requises pour protéger ces espèces et leurs habitats.Assurera une protection adéquate à ces cinq espèces et à leurs habitats.Toutes les menaces

2-1– Dans le sud-ouest de l’Ontario, on ne possède pas les ressources requises pour effectuer les relevés et la surveillance nécessaires. En effet, seul un petit nombre de personnes travaillant dans un nombre limité d’établissements gouvernementaux et universitaires possède des connaissances relatives à l’identification, à la répartition, au cycle biologique et à la génétique des moules d’eau douce. Qui plus est, on prévoit que plusieurs chercheurs importants prendront leur retraite avant la réévaluation de ce programme de rétablissement, qui aura lieu dans cinq ans. Il faut donc déployer des efforts collectifs pour renforcer ces capacités par les moyens suivants

  • Former les membres du personnel pour qu’ils puissent identifier toutes les espèces de moules, en particulier les espèces rares.
  • Produire un guide de poche sur les moules de l’Ontario.
  • Favoriser la recherche de niveau supérieur afin d’aider à combler les besoins relevés dans la section Recherche et surveillance.

2-2– Bon nombre de menaces pesant sur la dysnomie ventrue jaune, l’épioblasme tricorne, le pleurobème écarlate, la mulette du Necturus et la villeuse haricot peuvent être classées comme étant répandues et chroniques (tableau 1). Elles représentent également des menaces pesant sur l’écosystème en général qui affectent de nombreuses autres espèces aquatiques. Les efforts visant à atténuer ces menaces profiteront à de nombreuses espèces, en plus de ces cinq espèces de moules. C’est pourquoi ils doivent être déployés en étroite collaboration avec les équipes de rétablissement des écosystèmes aquatiques des rivières Ausable, Sydenham et Thames (voir la section II.5, Activités déjà réalisées ou en cours) afin d’éliminer les chevauchements et de veiller à ce que les activités entreprises ne nuisent pas aux autres espèces.

2-5– On doit apporter un certain degré de protection aux poissons hôtes de la dysnomie ventrue jaune, de l’épioblasme tricorne, du pleurobème écarlate, de la mulette du Necturus et de la villeuse haricot si l’on veut les rétablir. Le dard vert, qui sert d’hôte à la villeuse haricot, est une espèce préoccupante selon le COSEPAC. On le prend même en considération dans les programmes de rétablissement des écosystèmes aquatiques des rivières Sydenham (Dextrase et al.,2003), Ausable (Équipe de rétablissement de la rivière Ausable, 2005) et Thames (Équipe de rétablissement de la rivière Thames, 2004). En conséquence, il fera l’objet d’une surveillance et d’une gestion active dans ces écosystèmes. Les autres hôtes des cinq espèces de moules, y compris le crapet arlequin, le ventre-pourri, l’épinoche à cinq épines, le dard vert, le dard à ventre jaune, le raseux-de-terre, l’achigan à grande bouche, le fouille-roche, le chabot tacheté, le ventre rouge du Nord, le dard arc-en-ciel et le méné bleu, n’ont pas été inscrit sur la liste par le COSEPAC. En conséquence, elles n’ont pas été explicitement étudiées dans aucun plan de rétablissement. Il peut être nécessaire d’élaborer des plans de gestion officiels pour ces espèces afin de s’assurer que leurs populations demeurent en bonne santé et ne nuisent pas au rétablissement des espèces de moules.

2-6– Même si les espèces hôtes de la dysnomie ventrue jaune, de l’épioblasme tricorne, du pleurobème écarlate, de la mulette du Necturus et de la villeuse haricot ne sont généralement pas des poissons-appâts, elles peuvent représenter des prises fortuites dans le cadre de pêches à l’appât légales. On doit donc déployer des efforts pour limiter le nombre de prises fortuites potentielles de ces espèces et pour s’assurer que l’engin de pêche choisi ne contribue pas à la dégradation de l’habitat, laquelle peut nuire aux populations hôtes.