Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement de la dysnomie ventrue jaune, l’épioblasme tricorne, le pleurobème écarlate, la mulette du Necturus et al villeuse haricotau Canada [Proposition]

4. Effets potentiels du programme de rétablissement sur d’autres espèces/processus écologiques

La dysnomie ventrue jaune, l’épioblasme tricorne, le pleurobème écarlate, la mulette du Necturus et la villeuse haricot sont des espèces particulièrement sensibles à la quantité d’eau disponible et à sa qualité. C’est pourquoi la plupart des autres espèces aquatiques devraient profiter des efforts d’amélioration des conditions pour ces moules. Le rétablissement pourrait entraîner le déclin (nombre d’individus/aire de répartition) de certaines espèces opportunistes pouvant aisément s’adapter aux conditions dégradées (p. ex., l’anodonte commune [Pyganodon grandis] ou le vairon à grosse tête [Pimephales promelas]). Il ne faut pas voir ces changements de façon négative; il faut les considérer comme le rétablissement de la communauté aquatique aux conditions qui prévalaient avant la perturbation.

5. Mesures déjà réalisées ou en cours

Programme de rétablissement de l’écosystème aquatique de la rivière Sydenham – L’Équipe de rétablissement de la rivière Sydenham a été le premier groupe au Canada à adopter une approche écosystémique pour assurer le rétablissement des espèces aquatiques lorsqu’elle a mis en œuvre le programme de rétablissement de l’écosystème aquatique de la rivière Sydenham en 2003 (Dextrase et al.,2003). Ce programme vise 14 espèces aquatiques (cinq moules, huit poissons, une tortue) présentes dans le bassin et inscrites sur la liste des espèces en voie de disparition, menacées ou préoccupantes par le COSEPAC. La dysnomie ventrue jaune, l’épioblasme tricorne, la mulette du Necturus et la villeuse haricot sont tous visés par ce programme; le peurobème écarlate ne l’est toutefois pas.

Programme de rétablissement de l’écosystème de la rivière Thames – L’Équipe de rétablissement de la rivière Thames a élaboré un programme de rétablissement axé sur l’écosystème pour le bassin hydrographique de la rivière Thames. Le but de ce programme est d’élaborer un plan de rétablissement qui améliorera la situation de toutes les espèces aquatiques en péril présentes dans la rivière Thames au moyen d’une approche écosystémique qui soutient et améliore toutes les communautés aquatiques indigènes (Équipe de rétablissement de la rivière Thames, 2004). Ce programme de rétablissement vise 25 espèces inscrites sur la liste par le COSEPAC, y compris sept moules, douze poissons et six reptiles. Il est intéressant de noter que le présent programme de rétablissement prend en considération quatre de ces sept espèces de moules, à savoir la dysnomie ventrue jaune, le pleurobème écarlate, la mulette du Necturus et la villeuse haricot. Les mesures proposées par l’Équipe de rétablissement de la rivière Thames seront en outre susceptibles de produire des habitats de rétablissement adéquats pour de futures réintroductions.

Programme de rétablissement de l’écosystème de la rivière Ausable – L’Équipe de rétablissement de la rivière Ausable élabore actuellement un programme de rétablissement de l’écosystème pour 14 espèces aquatiques inscrites par le COSEPAC qui vivent dans le bassin de la rivière Ausable. Ce plan vise quatre espèces de moules en voie de disparition, y compris la dysnomie ventrue jaune et l’épioblasme tricorne. Le but général de ce programme est de soutenir une communauté aquatique indigène en santé dans la rivière Ausable au moyen d’une approche écosystémique axée sur les espèces en péril (Équipe de rétablissement de la rivière Ausable, 2005). Cette équipe (2005) a également établi un but de rétablissement pour chaque espèce de moules afin de conserver les populations d’espèces en péril actuelles et pour assurer le retour de populations autosuffisantes dans les zones de la rivière où elles ont déjà été présentes.

Programme de rétablissement des espèces de poissons en péril dans la rivière Grand – L’Équipe de rétablissement de la rivière Grand a élaboré une ébauche de programme de rétablissement pour les espèces de poissons en péril présentes dans la rivière Grand. Le but de ce programme est de préserver la communauté de poissons indigènes et d’augmenter le nombre d’individus à l’aide de mesures scientifiques, de la participation de la communauté et de mesures permettant l’amélioration de leur habitat (Portt et al.,2003). Bien que le programme ne vise aucune espèce de moules directement, les préférences et les exigences des moules en matière d’habitat seront prises en considération lorsque viendra le temps d’évaluer les mesures de gestion visant les espèces de poissons en péril. Dans la plupart des cas, on prévoit que les mesures de rétablissement visant les espèces de poissons en péril seront également profitables pour les autres espèces rares (Portt et al., 2003).

Programme de rétablissement de l’écosystème de Walpole Island – L’Équipe de rétablissement de l’écosystème de Walpole Island a été formée en 2001. Elle a pour but d’élaborer un programme de rétablissement axé sur l’écosystème pour la zone comprenant le delta de la rivière Sainte-Claire et de décrire les mesures à prendre pour conserver ou rétablir l’écosystème et les espèces en péril (Walpole Island Heritage Centre, 2002). Bien que le programme soit d’abord axé sur les écosystèmes terrestres, on prévoit aussi y inclure les composants aquatiques de l’écosystème.

Identification des poissons hôtes – Un groupe de recherche dirigé par J. Ackerman, Ph. D. et G. Mackie, Ph. D. a été formé à l’Université de Guelph pour étudier les aspects du cycle reproducteur des moules d’eau douce (identification des poissons hôtes, développement des glochidies, croissance et survie des juvéniles). Le groupe mène ses recherches au Hagen Aqua Lab situé sur le site de l’Université de Guelph, en Ontario, au Canada. On y a étudié les hôtes potentiels de quatre espèces de moules en voie de disparition, dont la dysnomie ventrue jaune, la villeuse haricot et l’épioblasme tricorne (McNichols et Mackie, 2004). Entre 2002 et 2004, on a identifié cinq espèces hôtes pour la dysnomie ventrue jaune (dard noir; dard à ventre jaune; raseux-de-terre; chabot tacheté; dard arc-en-ciel), cinq pour la villeuse haricot (épinoche à cinq épines; dard vert, raseux-de-terre; fouille-roche; dard arc-en-ciel) et quatre pour l’épioblasme tricorne (dard à ventre jaune; fouille-roche; chabot tacheté; achigan à grande bouche). On doit encore confirmer ces résultats grâce à d’autres analyses en laboratoire, en particulier pour la dysnomie ventrue jaune et l’épioblasme tricorne.

Activités d’intendance – Depuis 2000, la St. Clair Region Conservation Authority offre des programmes d’intendance pour des projets de construction de clôtures, d’ouvrages de franchissement de cours d’eau et de systèmes d’arrosage de rechange. Ces projets ont pour but d’empêcher l’accès des animaux d’élevage aux cours d’eau; la construction, la réparation ou l’amélioration des systèmes d’entreposage du fumier, de dérivation des eaux saines et/ou de récupération des eaux de ruissellement; l’aménagement de zones riveraines le long des cours d’eau ainsi que l’aménagement ou l’amélioration de milieux humides. Ces projets peuvent aussi viser la réparation ou le remplacement de fosses septiques privées défectueuses; le retour à l’état sauvages de berges, leur aménagement ou leur amélioration pour augmenter leur stabilité; la construction de fosses et d’étangs pour recueillir les sédiments transportés par les ouvrages d’égouttement.

Actuellement, la Ausable-Bayfield Conservation Authority peut financer des activités d’intendance telles que la plantation d’arbres, l’installation de brise-vents, l’aménagement de zones tampons, l’élaboration de plans de gestion des éléments nutritifs, la désaffectation de puits, la protection de têtes de puits ainsi que la récupération des eaux usées des installations d’élevage du bétail. Ces activités englobent également la modification de l’équipement d’épandage du fumier et de travail de conservation du sol, la dérivation des eaux saines, l’aménagement de clôtures pour empêcher les animaux d’élevage d’accéder aux cours d’eau, l’entreposage et la manutention d’engrais, de carburant et de produits chimiques, la lutte contre l’érosion, la modification de l’équipement de travail de conservation du sol et l’amélioration des fosses septiques. La mise en œuvre de ces projets améliorera la qualité de l’eau et de l’habitat des espèces aquatiques en péril .

Réseau de surveillance des moules – On a installé de façon permanente quinze stations de surveillance des moules dans la rivière Sydenham et six autres stations (en 2004-2005) dans la rivière Thames. On a planifié l’établissement de sept sites dans la rivière Ausable en 2006. Ces sites feront partie d’un système de surveillance continu s’inscrivant dans le cadre des programmes de rétablissement des écosystèmes des rivières Ausable, Sydenham et Thames. Ils fourniront des données quantitatives sur les tendances observées au fil du temps qui nous permettront évaluer l’efficacité des mesures de rétablissement ainsi que la situation globale des communautés de moules.

Loi sur la gestion des éléments nutritifs – Cette loi provinciale, qui est entrée en vigueur le 30 septembre 2003, régit l’entreposage et l’utilisation des éléments nutritifs, y compris le fumier, les eaux de ruissellement et les eaux usées des exploitations agricoles. Cette Loi devrait permettre une réduction des apports d’éléments nutritifs dans les cours d’eau, ce qui profitera aux habitats aquatiques des moules.

Évaluation des dommages admissibles– Pêches et Océans Canada, en collaboration avec d’autres parties, a commencé à analyser la capacité des espèces à soutenir un niveau de mortalité anthropique accru sans que cela nuise à leur rétablissement. Cette évaluation des dommages admissibles (EDA) vise les unités de population recommandées par Morris et al.,(2005) et aidera les gestionnaires à prendre des décisions concernant les activités menées dans les bassins hydrographiques où vivent ces espèces.

Planification de la protection des sources – Un livre blanc sur la planification de la protection des sources à l’échelle des bassins hydrographiques a été publié en février 2004 (ministère de l’Environnement de l’Ontario, 2004). La Loi sur l’assainissement de l’eau a été présentée au Parlement provincial en décembre 2005. Cette loi relève les sources de contamination potentielles des eaux de surface et des eaux souterraines, détermine la quantité d’eau actuellement disponible, évalue à quel endroit l’eau est soumise à la contamination et prévoit la mise en œuvre de programmes visant à limiter les menaces pour la qualité de l’eau et les volumes d’eau disponibles.

6. Plans d’action sur le rétablissement

Un plan d’action ou plus en lien avec le présent programme de rétablissement seront élaborés dans les cinq ans suivant la fin du programme. Dans la mesure du possible, les équipes de rétablissement des bassins hydrographiques actuelles participeront à ces plans d’action. Les ressources financières et humaines disponibles pour le sud-ouest de l’Ontario sont limitées. Par cette collaboration avec d’autres équipes de rétablissement, on évitera la duplication des efforts et le déploiement d’efforts de rétablissement conflictuels selon les espèces.

7. Évaluation

Dans le cadre des programmes de surveillance courants, on évaluera la réussite des approches de rétablissement mentionnées. On obtiendra également des données sur les tendances observées au fil du temps, ce qui favorisera le suivi des populations et des habitats de la dysnomie ventrue jaune, de l’épioblasme tricorne, du pleurobème écarlate, de la mulette du Necturus et de la villeuse haricot. Cela constituera l’assise d’un programme de gestion adaptative. Les groupes de mise en œuvre du rétablissement établiront des objectifs particuliers qui seront intégrés aux plans d’action et qui serviront de fondement supplémentaire à l’évaluation de la réussite de l’exercice. Dans cinq ans, le programme de rétablissement sera examiné au complet, à savoir tous les buts, objectifs et approches mis en œuvre.