Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement de la dysnomie ventrue jaune, l’épioblasme tricorne, le pleurobème écarlate, la mulette du Necturus et al villeuse haricotau Canada [Proposition]

Annexe A: Collaboration et consultation

Pêches et Océans Canada a tout mis en œuvre pour faire participer toutes les communautés autochtones du sud de l’Ontario potentiellement concernées à l’élaboration du programme de rétablissement proposé pour ces cinq espèces de moules. On a envoyé cette trousse au chef et au conseil de Chippewa de Kettle et de Stoney Point, à la Première nation Aamjiwnaang, à la Première nation Caldwell, au Delaware Nation Council (Première nation Moravian de la Thames), à la Première nation Chippewas de la rivière Thames, à la Nation Oneida de la rivière Thames, à la Première nation Munsee-Delaware, à la Première nation Mississaugas de New Credit, au six nations de la rivière Grand, à la Première nation de Walpole Island et au Southern First Nations Secretariat. Des trousses d’information ont également été envoyées aux Captains of the Hunt de la Metis Nation of Ontario (MNO) pour les régions 7, 8 et 9 ainsi qu’au conseiller principal des politiques de la MNO. Les membres de ces communautés pourraient avoir déplacé ou pêché des poissons ou des moules d’eau douce dans les eaux des rivières Ausable, Sydenham, Thames, Grand ainsi que dans le lac Sainte-Claire ou le lac Érié, endroits que ces espèces de moules ont déjà habité. On a ensuite assuré un suivi par téléphone auprès de chaque bureau communautaire pour confirmer que les trousses avaient bel et bien été reçues et pour demander si la communauté voulait assister à une réunion au sujet du programme de rétablissement proposé.

À la suite de ces appels, on a tenu des réunions avec le conseiller de la Nation Oneida de la rivière Thames au sujet des questions environnementales ainsi qu’avec le chef et le conseil de la Première nation de Kettle et de Stoney Point, le comité sur l’environnement de la Première nation Aamjiwnaang, le personnel de la Première nation de Wapole Island/du Heritage Centre et le conseil de la Metis Nation of Ontario. Jusqu’ici, on n’a reçu aucun commentaire de leur part.

En plus des activités mentionnées ci-devant, le MPO a toujours gardé le contact avec le conseiller des politiques du Southern First Nations Secretariat et a discuté à maintes reprises avec le conseil des chefs de London (une association des gouvernements de 8 Premières nations au sud-ouest de l’Ontario). On a tenu des réunions avec le directeur du Walpole Island Heritage Centre et l’agent de l’autorité de la pêche et de la chasse de la Première nation de Walpole Island. La Première nation de Walpole Island est représentée au sein de l’Équipe de rétablissement depuis sa formation en 2003. Le MPO a également discuté des enjeux de la LEP avec un représentant des six nations de la rivière Grand qui travaille pour le Six nations EcoCentre et qui défend également les intérêts des Premières nations pour ce qui est du plan de gestion des poissons en péril de la rivière Grand, du plan de gestion des poissons de la rivière Thames et de la stratégie de gestion de la rivière Sainte-Claire.

L’Équipe de rétablissement compte des représentants provenant de tous les offices de protection de la nature responsables de la gestion des cours d’eau actuellement ou antérieurement habités par ces moules. En outre, le MPO a établi une liste d’organismes non gouvernementaux et de municipalités qui peuvent être touchés par le programme de rétablissement proposé. On a élaboré des trousses d’information pour aviser les groupes que le programme est sur le point d’être approuvé et qu’on les invite à formuler des commentaires sur celui-ci. De plus, on fera passer une annonce dans les journaux publiés dans la zone fréquentée par ces moules pour informer les propriétaires fonciers et le grand public du programme et pour solliciter leurs commentaires à son égard. L’envoi de ces trousses et la publication des annonces auront lieu lorsque le programme de rétablissement proposé sera publié dans le registre public de la LEP.

Le gouvernement de l’Ontario, qui est représenté par le ministère des Ressources naturelles (MRN) dans l’équipe de rétablissement, a activement participé à l’élaboration du présent programme. On a rédigé une lettre pour solliciter davantage de commentaires de la part du gouvernement provincial au sujet du programme de rétablissement proposé. Cette lettre sera envoyée au MRN dès la publication du programme dans le registre public de la LEP.

L’Institut national de recherche sur les eaux d’Environnement Canada a également participé activement à l’élaboration du présent programme. Deux personnes de l’Institut sont membres de l’Équipe de rétablissement des moules d’eau douce de l’Ontario.

L’Équipe de rétablissement a communiqué avec des représentants américains des organismes de gestion des ressources fédéraux et des organismes des États où l’on trouve ces moules. Ces moules ne sont présentes qu’au Canada et qu’aux États-Unis. Des trousses d’information seront envoyées à chaque organisme américain lorsque le programme sera publié dans le registre public de la LEP.

Partie 21