Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la Pie-grièche migratrice (Lanius ludovicianus excubitorides) au Canada - Mise à jour

Résumé du rapport de situation

La Pie-grièche migratrice de la sous-espèce excubitorides a connu une importante diminution de son aire de répartition et de ses effectifs pendant les dernières décennies. Depuis sa première désignation comme espèce menacée en 1986 (Cadman, 1986), les populations du Manitoba ont continué de diminuer de façon prononcée, celles de la Saskatchewan ont diminué de façon moins marquée, et, en Alberta, l’espèce semble plus ou moins stable. L’un des problèmes associés à l’évaluation des tendances actuelles des populations au Canada est que les populations actuelles sont tellement petites que l’efficacité statistique des données du BBS est faible. Les relevés en cours en Alberta et en Saskatchewan devraient permettre de mieux déterminer la situation et les tendances démographiques de l’espèce dans son aire de répartition principale au Canada. Des données récentes (de 1993 à aujourd’hui) provenant des lieux d’hivernage connus de la population canadienne (centre-sud des États-Unis) donnent également à penser que les effectifs sont encore en déclin.

Les causes du rétrécissement de l’aire de répartition et des déclins d’effectifs ne sont pas encore clairement établies. La perte ou la dégradation de prairies, l’accumulation de pesticides, la prédation dans les lieux de nidification et les collisions avec des véhicules sont toutes mentionnées comme des causes pouvant contribuer au déclin. Récemment, on a déployé des efforts pour améliorer l’habitat de nidification (p. ex. en plantant des arbustes dans les prairies et en clôturant des arbres pouvant servir à la nidification), mais il est trop tôt pour qu’on puisse évaluer les effets de ces mesures.

En plus du déclin des effectifs au Manitoba, on a observé dans la province une baisse dans le succès de la reproduction depuis 1993, facteur qui a contribué à l’effondrement général de la population. Actuellement, on ne possède pas de données à long terme sur la reproduction pour les populations de pies-grièches d’Alberta et de Saskatchewan, mais la collecte de ce genre de données est en cours en Saskatchewan.