Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Guide de consultation sur l’ajout du saumon atlantique (population du lac Ontario), de la villeuse irisée, de la mulette feuille d’érable (population de la Saskatchewan-Nelson) et de la mulette feuille d’érable (population des Grands Lacs et de l’ouest du Saint-Laurent) à la liste de la LEP

Mulette feuille d’érable (population des Grands Lacs et de l’ouest du Saint-Laurent)

Statut : en voie de disparition

Dernière évaluation par le COSEPAC : avril 2006

Biologie

La mulette feuille d’érable est une moule d’eau douce dont la taille peut varier de moyenne à grande et qui se distingue par ses deux rangées de nodules qui s’étendent en forme de « V » de l’umbo à l’extrémité de la coquille (voir la page couverture). La coquille est épaisse et sa couleur varie du vert jaunâtre au brun pâle jusqu’au brun foncé. Les spécimens canadiens mesurent 125 mm de longueur, 100 mm de hauteur et 50 mm de largeur.

Les femelles portent leur progéniture dans leurs branchies du stade de l’œuf jusqu’au stade de larve. Les larves sont relâchées dans l’eau puis se fixent aux branchies d’un poisson-hôte approprié. Les larves s’encapsulent ensuite dans les branchies de leur hôte, où elles se développent jusqu’au stade juvénile. Après une période de développement de 50 à 60 jours environ, les juvéniles se détachent de l’hôte et poursuivent leur croissance jusqu’à l’âge adulte. Au Canada, la barbue de rivière est le seul poisson-hôte connu de cette population de mulettes.

La mulette feuille d’érable se nourrit d’algues et de bactéries qu’elle filtre dans la colonne d’eau et les sédiments. Il s’agit d’une espèce longévive : au Manitoba, on a observé des individus qui avaient atteint l’âge de 64 ans. Sa durée de vie s’établit en moyenne à 22 ans.

Où trouve-t-on cette moule?

On trouve principalement la mulette feuille d’érable dans des cours d’eau de moyenne à grande taille, sur des substrats de gravier grossier et sable bien tassés ou des substrats d’argile et de boue également bien tassés.

Cette population de mulettes feuille d’érable ne se trouve qu’en Ontario et est limitée à quelques cours d’eau qui alimentent les lacs Sainte Claire et Érié, notamment les rivières Ausable, North Sydenham, East Sydenham, Thames et Grand.

Combien y a-t-il de moules?

La taille de population dans la rivière East Sydenham est estimée à 261 600 individus et, dans la North Sydenham, à 25 600 individus. Il est probable que les populations de mulettes feuille d’érable des rivières Grand et Thames soient d’un ordre de grandeur supérieures à la population de la rivière Sydenham, et celle de la rivière Ausable, d’un ordre de grandeur inférieur. L’estimation globale s’établirait donc à environ 5,5 millions d’individus.

Menaces pesant sur la population

Cette population est menacée par la perte et la dégradation de l’habitat ainsi que par la présence d’espèces envahissantes, en particulier les moules zébrées et quaggas. Elle est présente dans des régions densément peuplées qui subissent les effets de la pollution industrielle et municipale ainsi que du lessivage des terres cultivées.

Justification de la désignation par le COSEPAC 

Cette moule à grosse coquille qui a la forme d’une feuille d’érable occupe une très petite zone dans des bassins hydrographiques dominés par l’agriculture. Elle a connu et connaît encore des déclins attribuables à la perte et à la dégradation de son habitat. Bien qu’elle soit disparue des Grands Lacs et de leurs voies interlacustres à cause de la moule zébrée, le nombre d’individus matures semble très important dans deux des bassins hydrographiques – trois des cinq bassins hydrographiques ont des équipes de rétablissement en place pour les espèces aquatiques en péril. La moule zébrée continue de représenter une menace potentielle dans les bassins hydrographiques ayant de nombreux réservoirs de retenue.

Qu’arrivera-t-il si cette moule est ajoutée à la liste de la LEP?

Un programme de rétablissement devra être élaboré dans les deux ans qui suivent l’ajout de cette population à la liste de la LEP.

Moule d’eau douce

Mulette feuille d’érable (population de la Saskatchewan-Nelson)

Statut : menacée

Dernière évaluation par le COSEPAC : avril 2006

Biologie

La mulette feuille d’érable est une moule d’eau douce dont la taille peut varier de moyenne à grande et qui se distingue par ses deux rangées de nodules qui s’étendent en forme de « V » de l’umbo à l’extrémité de la coquille (voir la page couverture). La coquille est épaisse et sa couleur varie du vert jaunâtre au brun pâle jusqu’au brun foncé. Les spécimens canadiens mesurent 125 mm de longueur, 100 mm de hauteur et 50 mm de largeur.

Les femelles portent leur progéniture dans leurs branchies du stade de l’œuf jusqu’au stade de larve. Lorsque les larves atteignent la maturité, elles sont relâchées dans l’eau et se fixent aux branchies d’un poisson-hôte approprié. Les larves s’encapsulent ensuite dans les branchies de leur hôte, où elles se développent jusqu’au stade juvénile. Après une période de développement de 50 à 60 jours environ, les juvéniles se détachent de l’hôte pour poursuivre leur croissance jusqu’à l’âge adulte. Au Canada, la barbue de rivière est le seul poisson-hôte connu de cette population de mulettes.

La mulette feuille d’érable se nourrit d’algues et de bactéries qu’elle filtre dans la colonne d’eau et les sédiments. Il s’agit d’une espèce longévive : au Manitoba, des individus ont atteint l’âge de 64 ans. Sa durée de vie s’établit en moyenne à 22 ans.

Où trouve-t-on cette moule?

On trouve principalement la mulette feuille d’érable dans des cours d’eau de moyenne à grande taille, sur des substrats de gravier grossier et sable bien tassés ou des substrats d’argile et de boue également bien tassés.

Cette population ne se trouve qu’au Manitoba dans la rivière Roseau, la rivière Red, la rivière Bloodvein ainsi que dans les tronçons inférieurs de la rivière Assiniboine.

Combien y a-t-il de moules?

L’effectif de la rivière Assiniboine River se chiffrerait, selon les estimations, à entre un et quatre millions d’individus. On ignore si des populations viables sont présentes dans les rivières Red et Roseau en raison du peu de recherches exhaustives menées dans ces rivières. On a recueilli un seul spécimen dans la rivière Bloodvein.

Menaces pesant sur la population

Cette population est menacée par la perte et la dégradation de l’habitat ainsi que par la présence d’espèces envahissantes, en particulier les moules zébrées et quaggas. Elle est présente dans des régions densément peuplées qui subissent les effets de la pollution industrielle et municipale ainsi que du lessivage des terres cultivées.

Justification de la désignation par le COSEPAC 

Petite zone d’occupation; tous les emplacements, sauf un, se trouvent dans un seul bassin hydrographique, le bassin des rivières Rouge et Assiniboine, et un événement majeur pourrait provoquer la disparition de la population; aucun signe de recrutement (peu d’individus de petite taille); nombreuses menaces, notamment la détérioration de la qualité de l’eau en raison de l’agriculture, des déchets domestiques ainsi que des activités industrielles et commerciales.

Qu’arrivera-t-il si cette population est ajoutée à la liste de la LEP?

Un programme de rétablissement devra être élaboré dans l’année suivant l’ajout de cette espèce de moule à la liste de la LEP.