Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Mise à jour évaluation et rapport de situation du COSEPAC sur la Grue blanche au Canada

Importance de l'espèce

La seule population sauvage de Grues blanches, dernières représentantes d’un groupe autrefois beaucoup plus nombreux, se reproduit dans le PNWB. Les scientifiques s’inquiètent des conséquences sur le patrimoine génétique de cette espèce qu’a pu entraîner la chute de l’effectif, qui est tombé à 16 individus en 1941. Selon Mirande et al. (1993), 87 p. 100 de la diversité génétique subsistait chez la population sauvage en 1990, et 95,8 p. 100 de la diversité déterminée au moment où a été établi la population captive de Patuxent subsiste encore aujourd’hui.

En utilisant des microsatellites, Glenn (1997) a constaté une perte plus importante au niveau de l’ADNmt. Seulement trois des neufs haplotypes présents dans la population d’autrefois se trouvent encore dans la population actuelle, et l’haplotype qui était autrefois le plus rare est aujourd’hui celui qui est le plus répandu, ce qui donne à croire à une dérive génique.

La Grue blanche, dont la beauté fait l’admiration de tous, est considérée par certains comme l’espèce vedette du mouvement de conservation de la faune en Amérique du Nord, symbolisant la situation critique des espèces menacées de disparition partout dans le monde. La Grue blanche constitue un grand attrait touristique dans le sud de la Saskatchewan où elle fait halte au cours de ses migrations ainsi que dans ses quartiers d’hiver, dans la réserve ANWR. D’après Lewis (1995), cette dernière reçoit environ 70 000 à 80 000 visiteurs par année, la majorité en hiver. En 1990-1991, les excursions en bateau pour observer la Grue blanche ont rapporté 340 000 $US, pour une clientèle de quelque 17 000 personnes. Les retombées économiques brutes de l’écotourisme dans la région de Rockport au Texas s’élèvent à environ 6 000 000 $US par année, dont une grande partie est liée à l’observation de la Grue blanche.