Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Phlox de l'Ouest (Phlox speciosa) au Canada

Biologie

Généralités

Le Phlox speciosa est une espèce vivace. Les individus observés sur le terrain variaient entre les petites plantes sans fleurs essentiellement herbacées et les grandes plantes au pied ligneux portant des douzaines d’inflorescences. Il existe très peu de documents sur la biologie et l’écologie de l’espèce.

Cycle vital et reproduction

Étant donné que les espèces de Phlox ont différentes modalités de reproduction et qu’aucune information propre au Phlox speciosa ne semble exister à cet égard, il est impossible de faire des généralisations valables pour l’espèce à partir des connaissances sur le genre.

Le Phlox speciosa ne possède aucune structure spécialisée pour la reproduction asexuée. Puisque de nombreux individus de Phlox speciosa ont été observés en fleurs en Colombie-Britannique (BC CDC, 2002), on suppose que l’espèce se reproduit principalement par les graines. La propagation peut se faire au printemps par les graines mûres et à la fin de l’été par des boutures (Slaby, 2004). Aucun pollinisateur n’a été observé sur le terrain, mais comme les plantes ont tendance à croître en touffes denses, il est probable que les individus reproducteurs soient assez rapprochés pour permettre un transfert efficace du pollen. Les relevés sur le terrain ayant eu lieu au plus fort de la floraison, aucune plante portant des fruits n’a été observée.

Taux de survie

Les facteurs déterminant le taux de survie de Phlox speciosa sont inconnus. Aucun signe de maladie ou de broutage n’a été observé sur le terrain.

Physiologie

En Colombie-Britannique, le Phlox speciosa se rencontre dans une région au climat très particulier, caractérisé par des étés chauds et très secs, où l’espèce semble occuper principalement des étendues relativement fraîches en raison de l’orientation du terrain. L’espèce est également confinée à une étroite plage d’altitudes, comprises entre 700 et 1 100 m.

À l’instar de nombreuses herbacées vivaces, le Phlox speciosa entre en dormance l’hiver. Dans la plupart des sites de la Colombie-Britannique, les plantes étaient en pleine floraison la première semaine de juin 2003. Dans la prairie à armoise du White Lake Ranch, la floraison a probablement atteint son apogée à la fin mai 2003, puisque la plupart des fleurs étaient déjà flétries au début du mois de juin.

Dispersion

La dissémination des graines est probablement le principal mode de dispersion du Phlox speciosa. Chez certaines espèces de Phlox, la dissémination des graines est facilitée par l’éclatement du fruit, mais on ignore si c’est le cas chez le Phlox speciosa. Le mécanisme de dispersion du pollen du Phlox speciosa est inconnu.

Le Phlox speciosa est rare dans le centre-sud de la Colombie-Britannique, mais il est répandu dans le nord-ouest de l’Amérique du Nord (Douglas et al., 1999; Hitchcock et Cronquist, 1973). Compte tenu de l’absence d’information sur la dispersion de l’espèce, on ignore si les populations du Washington pourraient recoloniser la vallée de l’Okanagan advenant la disparition des populations canadiennes. La distance entre la limite sud de la zone d’occurrence de Phlox speciosa en Colombie-Britannique et la population la plus proche au Washington est supérieure à 120 km.

Nutrition et relations interspécifiques

Aucune information spécifique n’existe sur les besoins nutritifs de Phlox speciosa ni sur ses relations interspécifiques. Comme bien d’autres herbacées indigènes des prairies, le Phlox speciosa est probablement vulnérable à la concurrence des espèces exotiques.

Adaptabilité

La zone d’occurrence restreinte de Phlox speciosa indique que l’espèce est adaptée à des conditions climatiques relativement restreintes. Cependant, elle présente une certaine adaptabilité aux perturbations de son habitat.

Dans son aire canadienne, le Phlox speciosa semble tolérer un niveau moyen de perturbation. On a observé plusieurs individus poussant au bord de talus routiers de terre et de roche et en bordure de routes. Le taxon est souvent rencontré en terrain brouté par le bétail et les cervidés, mais il n’a pas été observé en terrain surpâturé. Les habitats du Phlox speciosa sont souvent sujets à des incendies naturels, nécessaires au maintien du peuplement végétal. Certains sites sont situés sur des terres qui ont été déboisées ou modifiées mécaniquement dans le passé, où l’espèce pousse en compagnie de nombreuses graminées et autres herbacées introduites. Le Phlox speciosa occupe également des pentes sujettes à l’érosion naturelle.

Aux États-Unis, le Phlox speciosa est cultivé comme plante ornementale de jardin.