Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Phlox de l'Ouest (Phlox speciosa) au Canada

Importance de l'espèce

Les populations canadiennes de Phlox speciosa occupent la limite septentrionale de l’aire de répartition de l’espèce. Bien qu’on accorde généralement une moindre importance à la conservation des populations dites « périphériques », on reconnaît de plus en plus l’importance des populations situées aux limites des aires de répartition.

On a longtemps supposé que, lorsqu’une espèce est menacée, son aire de répartition rétrécit vers le centre, les populations centrales persistant le plus longtemps. Des études récentes ont montré que l’inverse est souvent vrai : l’espèce survit souvent à la périphérie de son aire originale. Ce phénomène s’explique par le fait que le rétrécissement de l’aire de répartition est fortement influencé par des facteurs d’extinction anthropiques dont l’action est indépendante des facteurs ayant déterminé la densité historique de l’espèce (Channell et Lomolino, 2000).

En outre, les populations périphériques sont souvent génétiquement distinctes des populations occupant le centre de l’aire de répartition du taxon (Lesica et Allendorf, 1995). La protection de la diversité génétique du taxon passe donc par la protection des populations périphériques. Il n’existe aucune information sur la diversité génétique du Phlox speciosa.

Enfin, quiconque a observé un spécimen de Phlox speciosa a pu constater qu’il s’agit d’une plante magnifique. La beauté du Phlox speciosa est appréciée du grand public. L’espèce est cultivée comme plante d’ornement partout en Amérique du Nord où le climat le permet.

Le Phlox speciosa ressemble au Phlox longifolia, plus répandu, mais les deux espèces ne partagent pas exactement les mêmes habitats et possèdent des caractères floraux légèrement différents, qui sont toutefois difficiles à distinguer.