Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le boa caoutchouc (Charina bottae) au Canada

Résumé du rapport de situation

Le boa caoutchouc se rencontre dans une assez grande étendue à la limite nord de son aire de répartition (Colombie-Britannique). Cependant, il est très rare qu’on l’aperçoive, même en le recherchant intensivement, soit que l’espèce est effectivement rare au Canada, soit que ses mœurs, notamment son alimentation nocturne et sa retraite sous couvert pour sa thermorégulation, la rendent difficile à trouver. La répartition et le potentiel de reproduction du boa caoutchouc sont probablement limités par la brièveté des étés (saison de reproduction), les femelles gravides n’ayant pas toujours le temps de mener à terme le développement de leurs embryons avant d’entrer en hibernation. Le boa caoutchouc a besoin de l’affleurement rocheux et d’un couvert abondant de débris ligneux grossiers pour sa thermorégulation; c’est pourquoi sa survie est menacée dans les secteurs d’exploitation forestière où on ne laisse aucun débris sur les parterres de coupe.  La transformation des forêts et des prairies au profit de l’agriculture ou de l’expansion urbaine diminue la qualité et l’étendue des milieux pouvant servir d’habitat à l’espèce. En outre, l’expansion du réseau routier qui accompagne ces aménagements risque fort d’entraîner une augmentation du taux de mortalité chez l’espèce, les serpents se faisant souvent écraser lorsqu’ils traversent une route ou qu’ils gisent sur la chaussée pour se réchauffer. Si le boa caoutchouc est rare au Canada, sa répartition sporadique et son faible potentiel de reproduction pourraient entraîner sa disparition de certaines régions et en conséquence une perte de diversité génétique.