Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le boa caoutchouc (Charina bottae) au Canada

Facteurs limitatifs et menaces

Bien que le boa caoutchouc soit relativement tolérant au froid et qu’il soit actif à de basses températures, il est possible que sa répartition soit limitée par la brièveté des étés dans la majeure partie du Canada, les femelles gravides n’ayant pas toujours le temps, dans la courte période de chaleur, de mener à terme le développement de leurs embryons. Au Canada, il est possible que le taux d’accroissement des populations soit faible pour plusieurs raisons : maturité sexuelle tardive, petite portée et mise bas au plus tous les deux ans, facteurs qui feraient que la réponse des populations aux perturbations serait lente. L’enlèvement des débris grossiers des parterres de coupe forestière entraîne une dégradation importante de la qualité de l’habitat de l’espèce, sauf s’il reste un couvert rocheux important. L’agriculture intensive et l’expansion urbaine sont au nombre des autres menaces anthropiques qui probablement réduiront la quantité d’habitat propice à l’espèce et, en outre, entraîneront une croissance du réseau routier et de la circulation automobile. Or, le boa caoutchouc, comme beaucoup d’autres serpents, aime se réchauffer sur les chaussées la nuit, et il arrive souvent qu’il se fasse écraser par les véhicules. Son cycle vital caractéristique des espèces à longévité élevée le rend sensible à un accroissement chronique, même faible, du taux de mortalité.