Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le chaboisseau à quatre cornes (forme d’eau douce) au Canada – Mise à jour

Importance de l'espèce

Le chaboisseau à quatre cornes présente peu d’intérêt commercial ou récréatif, mais il se peut que des pêcheurs le capturent accidentellement. Par exemple, Dayman (comm. pers., 2002) en a attrapé un avec un hameçon appâté au bacon alors qu’il pêchait sur la glace aux lacs Husky, dans les Territoires du Nord-Ouest. La forme marine a parfois été utilisée comme aliment par les Autochtones de la région de la baie d’Hudson (Scott et Scott, 1988), mais il existe peu d’indications que la forme d’eau douce ait fait l’objet d’une telle utilisation.

Le chaboisseau à quatre cornes est d’un intérêt particulier pour la communauté scientifique intéressée à la dispersion des espèces et à la zoogéographie post-glaciaires au Canada. Il se peut aussi que l’espèce soit utile comme bio-indicateur de la qualité de l’environnement en raison des changements morphologiques qu’entraînent les effets non mortels de la pollution. Elle pourrait même devenir une espèce clé pour la surveillance des effets de l’exploitation dans l’Arctique. Sa répartition et son évolution dans les lacs d’eau douce et les lacs euryhalins des îles de l’Arctique présentent un intérêt scientifique et, puisque le chaboisseau d’eau douce est peut-être différent génétiquement du chaboisseau marin, ses populations devraient être protégées dans ces milieux particulièrement sensibles aux perturbations.