Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la rainette faux-grillon de l'ouest (Pseudacris triseriata) au Canada

Répartition


Aire de répartition mondiale

L’espèce Pseudacris triseriata telle qu’on la connaît aujourd’hui occupe une aire de répartition étendue (figure 3) qui s’étend du sud-ouest au nord-est de l’Amérique du Nord, entre l’aire de répartition de la rainette faux-criquet du Nord (P. maculata), au nord-ouest, et celle du P. feriarum, au sud-est. Aux États-Unis, le P. triseriata se rencontre dans les États du centre et du nord-est, dans une région allant du Kansas et de l’Oklahoma jusqu’au Michigan, au nord de l’État de New York, et, autrefois, au nord du Vermont (Conant et Collins, 1998). L’espèce est aussi présente dans une région isolée du sud-ouest des États-Unis, mais les populations qu’on y trouve semblent posséder des mitochondries génétiquement plus apparentées à celles du P. maculata qu’à celles du P. triseriata (Moriarty-Lemmon et al., 2007).

Aire de répartition canadienne 

Au Canada, le Pseudacris triseriata est présent uniquement dans le sud de l’Ontario et le sud-ouest du Québec (figure 4) (Cook, 1984; Conant et Collins, 1998; MacCulloch, 2002; Desroches et Rodrigue, 2004). L’espèce est répandue dans le sud de l’Ontario (MacCulloch, 2002), de la frontière avec les États-Unis à la baie Georgienne, au sud du parc Algonquin, dans l’axe de Frontenac, et le long de la vallée de l’Outaouais, jusqu’aux alentours d’Eaganville (Oldham et Weller, 2002). Au Québec, l’aire de répartition du P. triseriata se limite à la région de l’Outaouais, le long de la rivière des Outaouais, entre Gatineau et l’île du Grand Calumet (groupe de l’Outaouais), et à la région de la Montérégie, au sud du fleuve Saint-Laurent, y compris l’île Perrot, dans le sud-ouest de la province (Bider et Matte, 1991). D’après Bleakney (1959), l’expansion de l’aire de répartition du P. triseriata vers le nord a été limitée par les montagnes, les lacs proglaciaires et les importants cours d’eau que sont la rivière des Outaouais et le fleuve Saint-Laurent. Certaines observations faites au Québec en dehors de l’aire de répartition connue de l’espèce ont été rapportées (Bider et Matte, 1991, 1996), mais il s’agit d’erreurs résultant d’une mauvaise identification de têtards d’autres espèces ou d’une confusion entre localités (Desroches, 2003).

La plupart des données ayant servi à déterminer l’aire de répartition des rainettes faux-grillons de l’Ouest proviennent de relevés auditifs indiquant la présence de grenouilles. Le P. triseriata émet un coassement sonore que l’on peut détecter d’assez loin. Cette méthode, utilisée dans les plus récents relevés effectués en Ontario et au Québec, est raisonnablement efficace pour détecter la présence de l’espèce. D’après les relevés auditifs, on aurait détecté des centaines, voire des milliers de sites abritant des P. triseriata, mais il s’agit sans aucun doute d’une surestimation. Comme il est facile de confondre le cri territorial de la rainette crucifère (P. crucifer) avec le cri normal du P. triseriata, on risque fort d’enregistrer des résultats erronés pour chaque espèce et de surestimer le nombre de sites qui abritent des rainettes faux-grillons de l’Ouest (de Solla et al., 2005; Schueler, 2001a; J. P. Bogart, comm. pers.). Comme la plupart des relevés auditifs réalisés au Canada sont confiés à des volontaires, il est normal que de telles erreurs se produisent. Dans la région d’Algoma (Ontario), plusieurs mentions sont fondées uniquement sur des relevés auditifs, sans qu’on n’ait jamais recueilli un seul spécimen de rainette faux-grillon de l’Ouest. Par ailleurs, certaines populations de rainettes se reproduisent là où elles le peuvent, choisissant l’un ou l’autre des étangs temporaires parfois très nombreux. Comme chacun de ces étangs peut faire l’objet d’un relevé distinct dans le cadre d’un recensement, il faut éviter de conclure qu’il existe des milliers de populations à partir des seules données de relevés auditifs.

Figure 3.  Aire de répartition du Pseudacris triseriata en Amérique du Nord (carte adaptée de Conant et Collins, 1998).

Figure 3.  Aire de répartition du Pseudacris triseriata en Amérique du Nord (carte adaptée de Conant et Collins, 1998).

Introduite à Terre-Neuve en 1963, puis de 1978 à 1981, l’espèce n’a pas su persister, malgré certains succès à l’échelle locale au début (Maunder, 1983, 1997). Environ 9 p. 100 de l’aire de répartition mondiale de l’espèce se situe au Canada (d’après la carte dressée par Conant et Collins, 1998).