Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Crapaud de l’Ouest (Bufo boreas) au Canada

Introduction

Description de l’espèce

Le crapaud de l’Ouest, Bufo boreas, se reconnaît à sa peau sèche, verruqueuse, aux glandes parotoïdes ovales marquées, à des pupilles horizontales et à une rayure dorsale de couleur crème ou blanche (figure 1). Sa couleur varie de vert-olive à brun-rouge et à presque noir. Les glandes parotoïdes sont grandes, bien séparées et généralement plus larges que les paupières supérieures (Blaustein et al., 1995). Ces glandes, ainsi que les glandes muqueuses du dos et de la surface dorsale des pattes contiennent un liquide blanchâtre poison qui est excrété lorsque l’individu se sent menacé par un prédateur (Leonard et al., 1993; Blaustein et al., 1995). La face ventrale est pâle et grossièrement tachetée, et les pattes postérieures sont munies chacune d’une callosité cornée servant à s’enfouir (Leonard et al., 1993). Ces callosités sont jaunes chez les juvéniles. Les mâles mesurent de 60 à 110 mm de longueur. Ils possèdent des pattes antérieures plus longues et une tête plus étroite que les femelles. Des callosités cornées se forment sur les pouces lors de la saison de reproduction. Les femelles sont plus grandes et peuvent atteindre une longueur de 125 mm. Elles sont muettes alors que les mâles émettent un cri de relâche lorsqu’ils sont attrapés sous les pattes antérieures (Green et Campbell, 1984).

Figure1. Un Bufo boreas adulte. (Photos de Pamela Hengeveld et R. Chris Brodie).

Figure1. Un Bufo boreas adulte. (Photos de Pamela Hengeveld et R. Chris Brodie).

Les œufs sont pondus en long rubans emmêlés en eau peu profonde des lacs et des étangs. Ils sont noirs sur le dessus, blanc sur le dessous et protégés par une double enveloppe gélatineuse (Corkran et Thoms, 1996). Les têtards sont petits et noirs, mesurant de 12 à 13 mm du museau au cloaque (LMC) ou de 25 à 30 mm de longueur totale avant la métamorphose (Green et Campbell, 1984; Blaustein et al., 1995). Le museau est carré et fait saillie par rapport à leur corps arrondi (Corkran et Thoms, 1996). Les yeux sont proéminents latéralement lorsqu’ils sont vus du dessus (Leonard et al., 1993). La nageoire caudale est relativement étroite et la partie dorsale est aussi haute que la musculature caudale la plus haute (Nussbaum et al., 1983). La nageoire caudale ne s’étend pas antérieurement au-delà de la queue comme chez d’autres espèces d’anoures (Corkran et Thoms, 1996). Les nouveaux métamorphes mesurent environ 11 mm du museau au cloaque (LMC) et présentent une peau sèche et verruqueuse comme les adultes (Corkran et Thoms, 1996).

Classification

Le crapaud de l’Ouest est aussi connu sous les noms anglais de northwestern toad et boreal toad. L’espèce appartient à la famille des Bufonidés, sous-ordre Neobatrachia (Ford et Cannatella, 1993), famille caractérisée par des pattes courtes, une peau verruqueuse et des glandes parotoïdes marquées (Stebbins, 1966).

Deux sous-espèces de B. boreas sont reconnues : B. b. halophilus présente en Californie, dans l’Ouest du Névada et dans la péninsule californienne (Baja California); et B. b. boreas dans le reste de l’aire de répartition (Stebbins, 1985). La population de B. b. boreas du Sud des Montagnes Rocheuses (p. ex. Colorado, Sud-Est du Wyoming et Centre-Nord du Nouveau-Mexique) est géographiquement isolée des populations du Nord et de l’Ouest par des vallées arides et sans forêt. Elle est génétiquement différente et représente probablement une lignée évolutive indépendante voire une espèce (Ireland, 1997; Goebel, 1999). D’autres sous-espèces pourraient être reconnues comme par exemple celle de la population isolée près de la région d’Atlin, dans le Nord de la Colombie-Britannique, qui est étroitement associée aux sources chaudes calcaires sur les rivières Meister et Coal. À l’encontre des autres populations du Nord, la reproduction de cette population prend place en février lorsque la température de l’eau varie entre 23 et 26 °C. À cette latitude nordique, la métamorphose des têtards peut avoir lieu dès la troisième semaine de mars (B. Slough, comm. pers.). En Alberta, où l’aire de répartition de Bufo boreas chevauche celle du crapaud du Canada (Bufo hemiophrys), des amplexus d’individus des deux espèces ont été observés (Cook, 1983; Eaton et al., 1999). Cook (1983) a trouvé un hybride de ces deux espèces mais la fertilité de celui-ci n’a pas été confirmée.      

Historique de l’étude au Canada

Une seule étude a été menée spécifiquement sur B. boreas par Davis (2000) au Canada. De nombreux inventaires et des études sur l’incidence de la foresterie sur les amphibiens comportent de l’information sur les crapauds (c.-à-d. Gyug 1996; Ward et Chapman, 1995; Hengeveld, 2000; Kinsey et Law, 1998; Beasley et al., 2000; Haycock et Knopp, 1998; Mennell et Slough, 1998; C. Paszkowski et B. Eaton, données inédites). Des données à long terme, des inventaires étendus et des études intensives sur les populations font actuellement défaut de telle sorte que la répartition et la dynamique des populations (c.-à-d. survie, fluctuation annuelle des populations, etc.) au Canada sont mal connues.