Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la sardine du Pacifique (Sardinops sagax) au Canada - Mise à jour

Importance de l'espèce

La sardine et la pêche à la sardine ont certes contribué au développement et à l’expansion économique dans l’ouest de l’Amérique du Nord, notamment à Monterey, en Californie. Elles ont d'ailleurs été popularisées dans le roman « Rue de la sardine » de Steinbeck (Hemp, 1986), et ont acquis à ce titre une importance culturelle aux États-Unis. La sardine a aussi été une importante source de nourriture pour la Première Nation Nuu-chah-nulth (côte ouest de l’île de Vancouver). Poisson comestible très prisé partout dans le monde, elle est aussi largement utilisée comme appât partout où on la trouve. Sur le plan biologique, la sardine est une importante espèce fourrage qui soutient toute une gamme de prédateurs, et elle joue un rôle clé dans l’écosystème marin. Depuis le milieu des années 1990, l’espèce domine la biomasse de poisson dans les débarquements commerciaux en Californie (voir le site http://swr.ucsd.edu/fmd/bill/landings.htm, en anglais seulement). Avec le calmar, la sardine semble figurer parmi les espèces les plus abondantes sur la côte. Elle sert donc de proie à la plupart des prédateurs de poissons marins, dont d’autres poissons osseux (thons, sérioles, barracudas, bonites, makaires, merlus et maquereaux), les requins, des oiseaux de mer (pélicans, goélands, cormorans), et des mammifères marins (otaries, phoques, marsouins et baleines) (Culley, 1971). Pendant la période d’abondance de pointe dans les années 1930 et au début des années 1940, la sardine était la principale espèce proie des saumons quinnats et cohos dans les eaux du nord-ouest de l’Amérique du Nord (Pritchard et Tester, 1944; Bargmann, 1998).