Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la tortue mouchetée au Canada – Mise à jour

logo du COSEPAC

COSEPAC
Sommaire de l’évaluation

Sommaire de l’évaluation – Mai 2005 (population de la Nouvelle-Écosse)

Nom commun :
Tortue mouchetée

Nom scientifique :
Emydoidea blandingii

Statut :
En voie de disparition

Justification de la désignation :
Les trois petites sous-populations de cette espèce se trouvant dans le centre du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse totalisent moins de 250 individus matures. Ces trois sous-populations sont génétiquement distinctes les unes des autres et d’autres tortues mouchetées au Québec, en Ontario et aux États-Unis. Bien que la plus grande sous-population se trouve dans une aire protégée, son nombre d’individus est toujours en déclin. Les autres sous-populations sont également exposées à l’accroissement de la dégradation de leur habitat, la mortalité des adultes et la prédation de leurs oeufs et de leurs petits.

Répartition :
Nouvelle-Écosse

Historique du statut :
Espèce désignée « menacée » en avril 1993. Réexamen du statut : l'espèce a été désignée « en voie de disparition » en mai 2005. Dernière évaluation fondée sur une mise à jour d'un rapport de situation.

 

Sommaire de l’évaluation – Mai 2005 (population des Grands Lacs et du Saint-Laurent)

Nom commun :
Tortue mouchetée

Nom scientifique :
Emydoidea blandingii

Statut :
Menacée

Justification de la désignation :
La population des Grands Lacs et du Saint Laurent de cette espèce, bien commune et relativement nombreuse, est en déclin. Les sous-populations sont de plus en plus fragmentées en raison de l’important réseau routier qui croise tout l’habitat de cette tortue. L’âge tardif de maturité, la faible efficacité de la reproduction et l’extrême longévité rendent cette tortue très vulnérable au taux accru de mortalité des adultes. Les femelles nicheuses sont plus vulnérables à mourir sur la route car elles tentent souvent de nicher sur des routes en gravier ou sur l’accotement des routes pavées. La perte de femelles matures au sein d’une espèce d’une telle longévité réduit de façon importante le recrutement et la viabilité à long terme des sous-populations. La dégradation de l’habitat en raison de l’exploitation et de la modification des terres humides représente une autre menace. Le commerce d’animaux constitue également une importante menace continue car les femelles nicheuses sont plus vulnérables à la collecte.

Répartition :
Ontario, Québec

Historique du statut :
Espèce désignée « menacée » en mai 2005. Dernière évaluation fondée sur une mise à jour d'un rapport de situation.