Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le loup de Béring au Canada – Mise à jour

Facteurs limitatifs et menaces

Il est possible que l’aire de répartition et la distribution du loup de Béring soient grandement limitées par la faible amplitude écologique de l’espèce. On connaît si peu de choses sur les exigences écologiques et la biologie de la reproduction du loup de Béring qu’on ne peut pas se prononcer sur les facteurs susceptibles de menacer son habitat dans les eaux canadiennes.

Parmi les espèces arctiques à valeur commerciale, Dunbar (1970) mentionne les trois autres espèces d’Anarhichas, mais non le A. orientalis. Comme l’aire d’occurrence du loup de Béring semble limitée et que les côtes arctiques où il est présent sont éloignées et peu praticables, l’espèce ne sera probablement jamais menacée par la pêche commerciale.

La principale menace pour l’effectif canadien du loup de Béring réside peut‑être dans l’exploration pétrolière. Pour l’heure, cette activité est concentrée près du delta du Mackenzie, où elle risque peu de nuire à des populations encore inconnues, puisque les eaux saumâtres ne sont pas propices à l’espèce. Il faudra cependant surveiller la situation lorsque l’industrie poussera l’exploration à l’est et à l’ouest du delta.

On rapporte que l’inlet Bathurst a été choisie comme site pour la construction d’un port arctique en eau profonde (Conseil de gestion des ressources fauniques du Nunavut, comm. Pers.). Cela pourrait entraîner une menace importante envers l’habitat du loup de Béring.