Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport du COSEPAC sur la situation de la couleuvre à nez mince au Canada

Taille et tendances des populations

Taille des populations

Aucun inventaire complet des populations de P. c. deserticola n’a été dressé, et moins de 100 occurrences ont été signalées en Colombie-Britannique (British Columbia Conservation Data Centre, 1998). Les populations de Trail, de Grand Forks et de Midway sont vraisemblablement petites et reliées à une population plus grande présente dans les vallées de l’Okanagan et de la Similkameen (Hobbs, 2001). Les couleuvres à nez mince de la région Thompson-Fraser ont été isolées de ces autres populations au cours de la période chaude qui a eu lieu il y a environ 8 000 ans (Hobbs, 2001). Shewchuk (1997) a capturé 161 couleuvres à nez mince sur 3 ans dans une localité; seulement 18,5 p. 100 des couleuvres échantillonnées ont été recapturées. Dans le Sud-Ouest de l’Idaho, le P. c. deserticola était présent en densité variant de faible à modérée (0,1 à 1,9/ha) (Diller et Johnson, 1988). Dans une étude menée en Arizona, la taille des populations du P. c. deserticola n’a pas varié entre 1961 et 1989 malgré l’altération de l’habitat (Mendelson et Jennings, 1992).

On estime que le P. c. sayi est commun partout dans certaines régions du Nouveau-Mexique (Best et James, 1983), et il est présent, mais non commun, dans tout l’État du Missouri (Anderson, 1965). Dans l’ensemble, cette couleuvre semble répandue, mais non commune, sauf en certains endroits localisés. Dans les rapports anecdotiques, on signale jusqu’à un millier de couleuvres dans des tanières en Alberta, mais le plus souvent, on n'en trouve qu'une centaine ou moins (Alberta Environmental Protection, 1998) et on ignore au juste combien de ces mentions concernent des couleuvres à nez mince des Prairies correctement identifiées. Selon A. Didiuk (comm. pers.), ces chiffres sont exagérés. Dans la réserve faunique nationale de Suffield, Didiuk (1999a) a établi que les couleuvres à nez mince des Prairies représentaient environ 10 p. 100 des 600 serpents trouvés dans 8 tanières.

 

Répartition et survie des populations

Comme l’habitat utilisé par le P. c. deserticola en Colombie-Britannique a considérablement diminué, le nombre des populations a vraisemblablement baissé en conséquence. Vu le rythme actuel du développement et de l’étalement urbain dans l’Okanagan et la conversion accélérée des pâturages en lotissements résidentiels, vergers et vignobles, le taux de déclin a probablement augmenté au cours des dix dernières années. La fenaison est mentionnée comme la principale source de mortalité dans la région de Cariboo (Hobbs et Sarell, 2002).

Historiquement, la couleuvre à nez mince des Prairies est largement répartie, mais généralement peu commune en Alberta. Aucune information ne permet de conclure à un quelconque déclin ou à la disparition de la sous-espèce dans une partie ou l’autre de son aire antérieure; on ne possède par contre aucune mention récente de sa présence dans les localités historiques (Cottonwood Consultants, 1986), et le seul endroit où l’on sait qu’elle est toujours demeurée stable se trouve le long de la rivière Saskatchewan Sud, près de Medicine Hat. Sur les 20 tanières recensées en Alberta en 1986, la plupart n’abritaient que quelques dizaines de couleuvres à nez mince des Prairies, alors que les dénombrements historiques font plutôt état de centaines d’individus dans certaines tanières. Près de la moitié de ces tanières n’existent plus ou n’ont fait l’objet d’aucune visite depuis de nombreuses années (Cottonwood Consultants, 1987). La répartition et l’abondance de la couleuvre à nez mince des Prairies sont en cours d’évaluation en Alberta (S. Brechtel, comm. pers., 2002).

 

Tendances

Le P. c. catenifer a fort probablement disparu de Colombie-Britannique, étant donné qu’on n’y a mentionné sa présence que deux fois et que l’habitat qu’il pourrait avoir occupé a en grande partie disparu du Sud-Ouest de la côte et des îles Gulf (BC‑CDC, 1998). Les populations de P. c. sayi, autrefois considérées comme importantes, sont apparemment en déclin, même dans les secteurs protégés comme le parc provincial Dinosaur (Cottonwood Consultants, 1987). Il se pourrait par ailleurs que de nombreuses populations de P. c. deserticola finissent par disparaître de la province. Toutefois, les données sont anecdotiques et, bien qu’il ne fasse aucun doute que l’espèce a décliné ou disparu là où l'agriculture s'est étendue, aucune tendance n’a été établie pour la couleuvre à nez mince des Prairies dans les zones herbeuses des Prairies (A. Didiuk, comm. pers.).