Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le renard gris au Canada – Mise à jour

logo du COSEPAC
COSEPAC
Résumé

Renard gris
Urocyon cinereoargenteus

Information sur l’espèce

Le renard gris, Urocyon cinereoargenteus, ressemble au renard roux, mais il possède un certain nombre de caractéristiques uniques, dont la plus remarquable est sa fourrure gris argenté, marquée de taches de couleur cannelle dans le cou, sur les flancs et sur les pattes. Une bande noire bien visible court tout le long du dos jusqu’au bout de la queue, qui est également noir, contrairement au bout de la queue du renard roux, qui est blanc. Les empreintes du renard gris ressemblent beaucoup à celles d’un chat domestique, mais les marques des griffes sont visibles dans le cas du renard.


Répartition

Le renard gris est généralement observé depuis le Sud du Canada jusqu’au Nord de la Colombie et au Venezuela. Certaines indications archéologiques donnent à penser que le renard gris était presque aussi commun que le renard roux dans le Sud de l’Ontario et que son aire s’étendait vers le nord jusqu’à Midland peu de temps avant l’arrivée des Européens. Actuellement, on pense que le renard gris est présent dans deux régions au Canada : dans le district de la rivière à la Pluie en Ontario (à l’ouest du lac Supérieur) et jusque dans le Sud du Manitoba d’une part, et d'autre part dans le Sud-Est de l’Ontario.  Avis aux lecteurs : Au Manitoba, l’aire de répartition du renard gris est limitée à la région du Sud-Est de la province, où sa présence semble être accidentelle.


Habitat

La répartition du renard gris est étroitement associée aux forêts de feuillus, et au Canada, on pense qu’il fréquente aussi les marais. Le renard gris établit sa tanière dans de nombreux types de substrats différents, habituellement dans des buissons denses à proximité d’une source d’eau. Malgré ces préférences en matière d’habitat, le U. cinereoargenteus est considéré comme un généraliste en matière d’habitat et il est relativement tolérant aux perturbations d’origine anthropique. Il est souvent observé aux abords des villes.


Biologie

Le U. cinereoargenteus est le plus omnivore de tous les Canidés de l’Amérique du Nord. La matière végétale, comme les fruits, représente un élément important de son régime à longueur d’année. On a observé des cas de reproduction au Canada. La saison de reproduction varie dans l’aire de répartition, mais on pense que le renard gris du Canada se reproduit de la mi‑février à la mi‑mars comme les populations du Nord-Est des États‑Unis. La plupart des femelles du renard gris se reproduisent dans leur première année et ont une portée de 4 à 5 jeunes par année. En général, le renard gris est actif la nuit ou au crépuscule. Le groupe social de base comprend un mâle et une femelle adultes ainsi que leur progéniture, et ce groupe défend un domaine vital dont les autres groupes sont largement exclus. Chez les adultes, le rapport des sexes est habituellement de 1:1, et le renard gris est généralement considéré comme monogame. On n’a pas clairement déterminé si le renard gris est territorial, mais il utilise apparemment l’urine et les fèces pour communiquer.


Taille et tendances des populations

Aucune étude quantitative sur l’importance de la population de renards gris au Canada n’a jamais été publiée, mais il semble hautement probable que le nombre d’individus matures présents au Canada est inférieur à 250.


Facteurs limitatifs et menaces

Le facteur limitatif le plus important dans les populations de renards gris aux États‑Unis est sa capture par les humains, mais au Canada, où la pression exercée par la capture est apparemment faible, on ne connaît pas l’incidence de ce facteur sur le renard gris. Il est probable que le renard gris sait éviter d’entrer en étroite compétition avec des Canidés comme le coyote et le renard roux parce que l’on observe souvent ces espèces vivant en sympatrie. Des maladies comme la maladie de Carré et la rage peuvent devenir d’importants facteurs limitatifs en cas d’épizootie. Le climat représente un autre facteur qui pourrait être important en ce qui a trait aux tendances à long terme dans les populations de renards gris. D’autres facteurs, comme le déboisement et la mortalité sur les routes, peuvent avoir des effets négatifs sur les populations de renards gris au Canada.


Importance de l’espèce

Le faible taux de capture (c’est-à-dire moins de 20 par année en Ontario) indique que le renard gris a peu de valeur économique comme animal à fourrure au Canada. Toutefois, cette espèce présente un grand intérêt pour les naturalistes et les chercheurs parce que les causes du déclin important de son aire de répartition au Canada comparativement à la période précédant l’arrivée des Européens ne sont pas claires.


Protection actuelle ou autres désignations

The Nature Conservancy a désigné le renard comme étant très commun à l’échelle mondiale (G5); toutefois, on ne lui a pas attribué de cote de priorité nationale (N) au Canada. En Ontario et au Manitoba, les centres provinciaux de conservation des données considèrent que les renards gris découverts dans leurs provinces respectives sont des individus immigrants provenant des États‑Unis. Il est illégal de tuer des renards gris au Québec. On pense que le renard gris est présent, bien que rare, dans le parc national des Îles‑du‑Saint‑Laurent; il a été observé dans la réserve naturelle provinciale de la Pointe Fish, dans l’île Pelée, et on pense qu’il est présent dans la région du parc provincial Whiteshell, dans le Sud-Est du Manitoba.