Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le renard gris au Canada – Mise à jour

Répartition

Répartition mondiale

Le renard gris habite en général dans la moitié sud de l’Amérique du Nord, depuis le Sud du Canada jusqu’au Nord de la Colombie et au Venezuela (figure 2). Dans cette aire de répartition mondiale, le renard gris est absent de certaines parties du Nord-Ouest montagneux des États-Unis, des Grandes Plaines et de l’Est de l’Amérique centrale (Fritzell et Haroldson, 1982). Cependant, le renard gris a étendu son aire au cours des 50 dernières années, et on le trouve maintenant dans 45 États américains au moins (Samuel et Nelson, 1982; consulter Fritzell et Haroldson, 1982, qui donnent une liste des références touchant l’extension de l’aire de répartition du renard gris aux États-Unis). En particulier, le renard gris s’est répandu vers le nord dans plusieurs États du Nord-Est et des Grands Lacs, notamment les suivants : Minnesota (B. Berg, comm. pers.), Wisconsin (J. Olson, comm. pers.), Michigan (T. Reis, comm. pers.) et New Hampshire (E. Orff, comm. pers.).


Figure 2. Répartition mondiale du renard gris (Urocyon cinereoargenteus)

Figure 2. Répartition mondiale du renard gris (Urocyon cinereoargenteus).

Modifiée, tirée de Fritzell et Haroldson, 1982.

Répartition canadienne

Des preuves archéologiques (Wintemberg, 1921, 1928, 1936, 1939, 1948; Downing, 1946) indiquent que le renard gris était presque aussi commun que le renard roux dans le Sud de l’Ontario et que son aire s’étendait vers le nord jusqu’à Midland avant l’établissement des Européens (Downing, 1946). Le renard gris a disparu du Canada à l’époque de la colonisation par les premiers Européens (Downing, 1946) il y a plus de 350 ans. Cependant, Downing (1946) pense que la disparition du renard gris est due à certains facteurs autres que l’arrivée des Européens parce qu’aucun auteur de la période coloniale ne mentionne des observations de renard gris en Ontario alors que, si le nombre de renards gris présents correspondait à celui que suggèrent les restes découverts dans les sites de villages amérindiens, on peut difficilement imaginer que son habitude de grimper aux arbres n’ait suscité aucun commentaire de la part des premiers auteurs (Downing, 1946, page 45). Le renard gris a été absent de l’Ontario jusqu’à la fin des années 1930 ou au début des années 1940 (Downing 1946), époque à laquelle les populations des États américains du Nord-Est et des Grands Lacs se sont répandues vers le nord (Hamilton, 1943). L’apparente expansion actuelle de l’aire de répartition du renard gris vers le nord résulte peut-être des changements climatiques. D’après Waters (1964), l’aire de répartition du renard gris s’est étendue vers le nord et vers l’est pendant la période altithermale chaude (de 5000 à 2000 avant J.-C., Dorf, 1959), puis elle s’est contractée vers le sud quand le climat s’est refroidi; ce modèle se serait reproduit aux environs de 1000 à 1300 après J.-C. Cet auteur suppose que la récente expansion du renard gris vers la Nouvelle-Angleterre était également liée à une tendance au réchauffement (Waters, 1964; mais consulter aussi Waters, 1967, où des indications concernant Martha’s Vineyard viennent compliquer la question). On pense que l’expansion du renard gris vers le nord jusque dans le Wisconsin (WI) et le Minnesota (MN) serait attribuable au moins en partie aux conditions plus chaudes que la moyenne observées dans les années 1990 (J. Olson, comm. pers. dans le cas du WI; B. Berg, comm. pers. dans le cas du MN). Hersteinsson et Macdonald (1992) imputent au changement climatique le déplacement vers le nord de la frontière entre les aires de répartition géographique du renard roux et du renard arctique (Alopex lagopus).

Banfield (1974) et les auteurs antérieurs ont signalé que le renard gris était présent dans trois régions au Canada : 1) le district de la rivière à la Pluie en Ontario (à l’ouest du lac Supérieur) et le Sud du Manitoba; 2) la rive nord du lac Érié depuis Windsor jusqu’aux chutes Niagara; 3) la rive nord-est du lac Ontario et les Cantons de l’Est (Québec), au nord du Maine (Banfield, 1974). Chacune de ces trois régions aurait abrité une sous-espèce distincte du renard gris (Banfield, 1974). Ces trois sous-espèces sont le U. c. ocythous Bangs, le U. c. cinereoargenteus (Schreber) et le U. c. borealis Merriam respectivement, qui sont présentes dans les États américains situés immédiatement au sud des trois régions canadiennes mentionnées (Hall, 1981). Toutefois, à l’exception d’une mention récente provenant du Manitoba, toutes les mentions de renard gris des 20 dernières années proviennent de l’Ontario. Les deux régions du Canada d’où proviennent un nombre substantiel de mentions de renard gris seront donc désignées par les abréviations suivantes : WLS (Ouest du lac Supérieur) et SO (Sud-Est de l’Ontario) (figure 3a). La répartition des observations récentes suggère toutefois qu’il y a peut-être une seule population qui se reproduit dans l’île Pelée et que les mentions provenant d’autres endroits de l’Ontario correspondraient à des individus qui se dispersent à partir des États-Unis.

Jusqu’à présent, nous avons recueilli 74 mentions d’observation ou de capture de renard gris au Canada. Huit d’entre elles proviennent de la région WLS et 65, du SO, ces dernières incluant une mention du Québec remontant à plus de 100 ans. Une seule de ces mentions concerne un individu que l’on sait né au Canada (1er juin 1998, île Pelée (Ontario). La plus ancienne mention de la période post-colombienne remonte à 1894 près de Johnville (Québec) et la plus récente date de janvier 2001 dans l’île Pelée (Ontario), bien que des spécimens aient été récupérés dans les deux régions en 2000. Un seul renard gris a été capturé près du lac Athabasca en Alberta (figure 3a; Moore, 1952). Cependant, Smith (1993) considère qu’il s’agit d’une mention accidentelle non représentative d’une population établie.


Figure 3a. Répartition canadienne du renard gris (Urocyon cinereoargenteus)

Répartition canadienne du renard gris (voir description longue ci-dessous).

Modifiée, tirée de Banfield, 1974.

Description pour la figure 3a

Les secteurs grisés correspondent aux deux principales zones d’occurrence du renard gris au Canada : 1) le district de la rivière à la Pluie en Ontario (Ouest du lac Supérieur) et dans le Sud du Manitoba (WLS), et 2) le Sud-Est de l’Ontario (SO). Les petits points noirs indiquent la localisation des mentions dans ces régions, et le gros point noir dans le Nord de l’Alberta correspond à un mention de renard gris hors des limites de son aire. Le point d’interrogation dans le Sud-Est du Manitoba représente une mention générale sur la capture de renards gris dans la région du parc provincial Whiteshell, mais sans indications précises (I. McKay, comm. pers.).

 


Figure 3b. Répartition du renard gris (Urocyon cinereoargenteus), mentions dans le Sud de l’Ontario

Répartition du renard gris (Urocyon cinereoargenteus) (voir description longue ci-dessous).

Modifiée, tirée de Dobbyn, 1994.

Description pour la figure 3b

Les cercles vides correspondent à des mentions antérieures aux années 1980, et les cercles pleins, des mentions datant de 1980 et plus tard. Les chiffres indiquent qu’il y a plus d’une mention à un endroit donné (par exemple, il y a 17 mentions de renards gris dans l’île Pelée). Le point d’interrogation dans le Sud-Est de l’Ontario correspond à une mention non vérifiée de renards gris dans le parc national des Îles-du-Saint-Laurent (J. Leggo, comm. pers.; Parcs Canada, 2000).