Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la paire d’espèces d’épinoches du lac Enos (Gasterosteus spp.) au Canada

Importance des espèces

En Colombie-Britannique, les épinoches du lac Enos constituent un exemple classique de processus évolutionnaires récents (McPhail, 1984). La paire d’espèces du lac Enos est la première des cinq paires connues d’espèces d’épinoches à avoir été décrite, chaque membre occupant une niche écologique séparée et étant isolé sur le plan de la reproduction à l’intérieur du lac.

Le genre Gasterosteus fournit des exemples évolutionnaires classiques de spéciation, depuis la différentiation à l’échelle locale jusqu’à la formation d’espèces sympatriques parfaitement séparées. Parmi ces exemples, mentionnons des variantes entre populations (épinoches sans plaques sur les îles de la Reine-Charlotte, Moodie et Reimchen, 1973), des populations parapatriques (formes marines et dulcicoles se reproduisant dans des sections adjacentes de certains cours d’eau, voir Hagen, 1966; formes mélaniques géantes dans des lacs, Moodie, 1984) et des espèces parfaitement sympatriques (G. aculeatus Linné et G. wheatlandi Putnam). Cependant, la paire d’espèces du lac Enos constitue le plus proche exemple de spéciation entièrement sympatrique, la seule réserve étant qu’il y a eu deux invasions successives d’épinoches ancestrales marines, ce qui a aidé à renforcer les mécanismes d’isolement (Bentzen et al., 1984). Du point de vue écologique, les populations du lac Enos correspondent à la définition d’espèces biologiques (McPhail, 1984). Toutefois, on ne leur a pas assigné de noms scientifiques d’espèces en raison de la complexité des populations de gastérostéidés en général.