Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la platanthère blanchâtre de l’Est au Canada – Mise à jour

Protection actuelle ou autres désignations

Désignations

Statut à l’échelle mondiale

G2 (espèce en péril à cause de sa rareté (généralement 6 à 20 stations ou très petit nombre d’individus) ou parce qu’un ou plusieurs facteurs menacent d’entraîner sa disparition); (1 000 à 3 000 individus) (CIPN, 2000)

Statut aux États-Unis

SRF (mention erronée, espèce non présente) en Arkansas, au Dakota du Nord, au Dakota du Sud, au Kansas, au Kentucky, en Louisiane et au Minnesota;

SX (espèce disparue) au Montana, au New-Jersey et en Pennsylvanie;

SH (populations historiques) au New-York et en Oklahoma;

S1 (espèce très fortement menacée [« critically imperiled »]) en Illinois, en Indiana, en Iowa, au Maine, au Michigan, en Virginie et au Wisconsin;

S2 (espèce fortement menacée [« imperiled »]) en Ohio.

(The Nature Conservancy, comm. pers., 1997; Association for Biodiversity Information, 2000)

Statut à l’échelle de l’Ontario

S2 (espèce fortement menacée dans cette province à cause de sa rareté (généralement 6 à 20 stations ou très petit nombre d’individus) ou parce qu'un ou plusieurs facteurs la rendent sujette à disparaître); (1 000 à 3 000 individus) (CIPN, 2000).

Statut attribué par le ministère des Richesses naturelles de l’Ontario

Aucun.

Statut attribué par le COSEPAC

Espèce préoccupante (COSEPAC, 2000).

Protection juridique

Aux États-Unis, le Platanthera leucophaea a été ajouté en 1989 à la liste des espèces protégées par l’Endangered Species Act de 1973 (voir Harrison, 1988). Les expéditions de matériel de l’espèce doivent être accompagnées d’un permis en vertu de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES; Canada 1973, 1975, annexe II). Au Canada, l’espèce ne bénéficie d’aucune autre protection juridique.

Mesures de rétablissement

Le débroussaillage et le brûlage aux stations 2 et 3 étaient inadéquats. Pour réduire la compétition, il aurait fallu intensifier ces interventions et les pratiquer chaque année, éventuellement en perturbant le sol. À la station 8, le brûlage est adéquat; cependant l’effectif de l’espèce n’a jamais été très élevé dans cette localité, et les variations du niveau phréatique sont probablement trop faibles pour permettre un accroissement de la population.

Programmes de recherche

In 1985, des organismes responsables des espèces sauvages ont lancé un projet de rétablissement de la prairie à graminées hautes dans le sud-ouest de l’Ontario, dont une des premières réalisations devait être l’établissement d’une pépinière locale de semences d’espèces indigènes, appelée à devenir financièrement autonome. Le Rural Lambton Stewardship Network assure la coordination du projet, auquel participent également des groupes de citoyens, le ministère des Richesses naturelles de l’Ontario et l’Office de protection de la nature de la région de Sainte-Claire. Selon Woodliffe (comm. pers., 2000), le Platanthera leucophaea ne serait pas encore inscrit sur la liste des espèces à multiplier et transplanter dans le milieu naturel. Par ailleurs, le Service canadien de la faune (2000) affirme que le Rural Lambton Stewardship Network et ses partenaires ont déjà transplanté à la main des semis de platanthère blanchâtre de l’Est dans les stations actuelles de l’espèce et surveillé leur croissance et leur fructification. Ils ont également tenu un registre des activités de la pépinière et préparé un panneau éducatif sur le projet, qu’ils ont placé au Centre de la nature Ojibway. Ils comptent augmenter la surface de production semencière de la pépinière et transplanter des semis non seulement dans les localités abritant actuellement l’espèce mais dans d’autres localités où le milieu est approprié.

Les résultats de la recherche (inédits) montrent que l’espèce a réussi à s’établir à partir de semences en seulement 4 ans.