Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation sur la paruline de Kirtland (Dendroica kirtlandii) au Canada - Mise à jour

Sommaire biographique des rédacteurs du rapport

Né en Angleterre, M. David Anthony Kirk, Ph.D., a immigré au Canada en 1989. Depuis 18 ans, il est chercheur indépendant en écologie et directeur exécutif d’Aquila Applied Ecologists. M. Kirk a exécuté la plupart de ses travaux contractuels pour le compte du gouvernement du Canada (principalement Environnement Canada et Parcs Canada), mais il a également œuvré pour des organisations de conservation comme le World Wildlife Fund, NatureServe, Canards Illimités Canada et la Yellowstone to Yukon Conservation Initiative (en collaboration avec Jennie Pearce). Il s’intéresse particulièrement à l’intégration de l’exploitation des ressources et de la conservation de la biodiversité par des pratiques d’utilisation des terres écologiquement durables et des réseaux d’aires protégées. Ses intérêts l’ont particulièrement mené à des recherches sur les effets de l’agriculture et de la foresterie sur la biodiversité et des recherches sur la planification de la conservation et la surveillance de la biodiversité à des échelles multiples. M. Kirk a récemment participé à des travaux de prospective en environnement et sur les répercussions sur la biodiversité et le bien-être des humains. À l’extérieur du Canada, ses recherches portent notamment sur les conséquences de l’introduction des lièvres sur la végétation et l’avifaune insulaires des Seychelles, la conservation de la végétation de maquis en Afrique du Nord et la répartition des ressources entre des vautours sympatriques en Amérique du Sud. Il a rédigé 12 rapports de situation du COSEPAC (6 rapports complets et 6 mises à jour) et publié plus de 30 articles et rapports scientifiques examinés par des pairs portant sur des sujets variés, comme les approches de sélection d’indicateurs pour les parcs nationaux canadiens, les effets des organismes génétiquement modifiés sur la biodiversité au Canada et des méthodes statistiquement robustes d’inventaire et de surveillance des espèces en péril.

Mme Jennie L. Pearce, Ph.D., est née en Australie et a immigré au Canada en 1999. Dans ces deux pays, ses recherches ont porté sur la modélisation spatiale de la distribution et de l’abondance des espèces sauvages; sa thèse de doctorat a porté sur une espèce en péril, le Méliphage casqué (Lichenostomus melanops cassidix). Elle s’intéresse particulièrement à vérifier l’exactitude de modèles spatiaux ainsi qu’à leur application pour résoudre des problèmes de gestion du paysage, comme la conservation d’espèces en péril, la gestion des forêts dans un cadre écologiquement durable et l’affectation du territoire dans le paysage pour les industries d’extraction des ressources Elle s’intéresse également à l’utilisation de bioindicateurs pour la foresterie durable, en particulier chez les communautés de grands et de petits mammifères (dont le carcajou [Gulo gulo] et les musaraignes), d’amphibiens, de carabes et d’araignées. Mme Pearce a publié plus de 25 articles scientifiques dans ce domaine et collaboré à de nombreux comptes rendus d’ateliers et de conférences.