Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation sur la paruline de Kirtland (Dendroica kirtlandii) au Canada - Mise à jour

Répartition

Aire de répartition mondiale

La Paruline de Kirtland se reproduit dans la haute et la basse péninsule du Michigan, au Wisconsin et en Ontario.

Répartition aux États-Unis

La principale population de Parulines de Kirtland se trouve au Michigan, et la présence d’une très petite population a récemment été confirmée au Wisconsin. L’espèce a niché dans 19 comtés de la haute et de la basse péninsule du Michigan (Mayfield, 1992; figure 1), le principal emplacement où elle nichait se trouvant dans le bassin hydrographique de la rivière Au Sable. La principale population occupe la basse péninsule du Michigan, mais des individus sont observés dans la haute péninsule depuis 1982, et l’espèce y nicherait depuis 1995. Quatre mâles chanteurs ont également été signalés en 2006 dans le centre du Wisconsin, et trois nids y ont été découverts en 2007 (K. Grveles, comm. pers., 2007). La présence fortuite de Parulines de Kirtland a été signalée dans six autres États.

Répartition dans les aires d’hivernage

La Paruline de Kirtland est un oiseau migrateur néotropical et néarctique; hors de la saison de reproduction, elle se trouve aux Bahamas, où elle est discrète et difficile à repérer (Mayfield, 1992). Des Parulines de Kirtland ont également été observées dans les îles Turks et Caicos (Mayfield, 1960; Clench, 1978) et en République dominicaine. On compte également des enregistrements non confirmés à Cuba. Aux Bahamas, la plupart des observations ont été faites sur des îles dotées des peuplements ouverts de pins de Cuba (Pinus caribaea; Haney et al., 1998).

Répartition au Canada

On compte deux occurrences connues de reproduction de l’espèce au Canada. La première provient du canton d’Oro, comté de Simcoe (Midhurst, Barrie), en Ontario, où deux adultes ont été aperçus avec un juvénile peu après le premier envol en août 1945 (Speirs, 1985). On ne peut toutefois pas confirmer si le juvénile était une Paruline de Kirtland ou un Vacher à tête brune. La seconde provient de la Base des Forces canadiennes (BFC) Petawawa, en Ontario, où un nid a été découvert en 2007 (Base des Forces canadiennes Petawawa, 2007). Plusieurs observations de Parulines de Kirtland ont été signalées entre 1916 et 1978 à la BFC Petawawa (annexe 1), ce qui donne à penser que l’espèce pourrait également s’y être reproduite dans le passé (Harrington, 1939; Environnement Canada, 2006).

D’après le plan de rétablissement de la Paruline de Kirtland, on compte 77 enregistrements de Parulines de Kirtland au Canada, entre Minaki, en Ontario (76 enregistrements dans cette province), à l’ouest, et Kazabazua, au Québec (1 enregistrement dans cette province), à l’est (Environnement Canada, 2006; figure 1annexe 1). Des 76 enregistrements de l’Ontario mentionnés dans le plan de rétablissement, 38 ont été acceptés par l’Ontario Bird Records Committee (OBRC), 2 ont été rejetés, et 37 n’ont pas été soumis (I. Richards, comm. pers., 2007; annexe 1), y compris les observations de 2006 et de 2007 à la BFC Petawawa.

Dans la plupart des cas, les individus observés étaient des mâles durant la migration printanière (12 avant 1990 et 16 après 1990); très peu d’observations ont été faites durant la migration d’automne (3 avant 1990) et encore moins au milieu de l’été (1 avant 1990 et 1 après 1990). On compte 12 enregistrements de mâles chanteurs dans un habitat de reproduction convenable, ce qui laisse supposer, à tout le moins, que certaines tentatives de reproduction ont eu lieu au Canada (annexe 1).

La zone d’occurrence et la zone d’occupation au Canada sont inconnues.

Figure 1. Distribution des occurrences de reproduction de la Paruline de Kirtland au Wisconsin, au Michigan et dans le sud de l’Ontario (J. Trick, comm. pers., 2007; T. Hogrefe, comm. pers., 2007; P. Aird, comm. pers., 2007; K. Tuininga, comm. pers., 2007).

Figure 1. Distribution des occurrences de reproduction de la Paruline de Kirtland au Wisconsin, au Michigan et dans le sud de l’Ontario (J. Trick, comm. pers., 2007; T. Hogrefe, comm. pers., 2007; P. Aird, comm. pers., 2007; K. Tuininga, comm. pers., 2007).