Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport du COSEPAC sur la situation de la tête carmin et de la tête rose au Canada

Importance de l'espèce

 

La tête rose, comme les autres petits cyprinidés, peut être une espèce importante de fourrage et d’appât lorsqu’elle est abondante. Scott et Crossman (1973) font état de son potentiel dans des études sur la qualité de l’eau, en raison de sa sensibilité à la turbidité et à l’envasement. Cherry et al. (1977) ont eu recours à l’espèce lors d’une étude visant à déterminer les réactions d’évitement des poissons face au chlore résiduel libre.

L’aire de répartition disjointe et les exigences en matière d’habitat sont intéressantes pour la science, en rapport avec l’histoire zoogéographique et la répartition de l’espèce après la période glaciaire du Wisconsin.