Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport du COSEPAC sur la situation de la tête carmin et de la tête rose au Canada

Protection

 

Les têtes roses ne bénéficient d’aucune protection spécifique au Canada mais une protection générale leur est accordée, au besoin, au Manitoba par le truchement de la Loi provinciale sur les espèces menacées d’extinction. Au Québec, l’espèce a reçu peu ou pas d’attention mais elle pourrait bénéficier au besoin d’une protection spécifique en vertu de la législation provinciale (Loi sur les espèces menacées d’extinction et législation sur les habitats fauniques).

Aux États-Unis, les têtes roses sont considérées comme une espèce
« préoccupante » uniquement dans les États du Mississippi, de la Caroline du Nord, du Dakota du Nord et du Dakota du Sud, et elle bénéficie du statut d’espèce protégée au Tennessee (Johnson, 1987). Elle a disparu de la plupart des cours d’eau de l’Ohio depuis 1950 (Trautman, 1981) et elle est en déclin au Minnesota et en Illinois, en même temps qu’une perte d’habitat due à l’envasement (Eddy et Underhill, 1974; Smith, 1979). Toutefois, des formes de l’espèce se sont développées dans les bassins des rivières Pecatonica et Sugar, au Wisconsin, qui sont capables de résister à une turbidité considérable (Becker, 1983).