Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport du COSEPAC sur la situation de la tête carmin et de la tête rose au Canada

Habitat

 

L’habitat typique de l’espèce est celui des cours d’eau plus larges, clairs, au débit rapide, et des petites rivières sur des substrats de gravier propre (Gilbert et Burgess, 1980). C’est une espèce qui évite généralement les cours d’eau petits et/ou à écoulement lent (Clay, 1975) et on la trouve souvent en bancs dans des seuils et des trous d’eau claire, dans le cours inférieur des cours d’eau, près du confluent avec des cours d’eau plus grands ou des rivières (Scott et Crossman, 1973; Smith, 1979) où les insectes aquatiques abondent. La tête rose ne tolère pas la turbidité ni l’envasement (Trautman, 1981).

Les tolérances aux températures de l’eau ne sont pas connues mais Crossman et McAllister (1986) le classent comme un poisson d’eaux chaudes et la température de l’eau peut être un facteur limitatif de son aire de répartition canadienne, qui est la limite septentrionale pour l’espèce. Toutefois, Smith (1979) laisse entendre que cette espèce ne tolère pas les températures élevées de l’eau en été. Les bassins clairs et sans vase et des températures d’au moins 21°C semblent être essentiels pour le frai dans l’État de New York (Pfeiffer, 1955).