Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Bryum de Porsild (Mielichhoferia macrocarpa) au Canada

Taille et tendances des populations

Nous appelons ici « site » le lieu occupé par une population, c’est-à-dire par un groupe de colonies de Mielichhoferia macrocarpa qui est séparé de tout autre groupe semblable existant à proximité. Entre 1997 et 2002, Natalie Cleavitt a exploré à fond tous les secteurs séparant deux sites situés à moins de 15 km l’une de l’autre, au cas où des colonies additionnelles s’y trouveraient. Les sites qui ont été mesurés en Alberta tendaient à être assez petits (0,71  ± 0,31), mais le taux d’occupation par l’espèce y était assez élevé pour une mousse (0,15 p. 100) (Cleavitt, 2002a). Les colonies avaient une superficie moyenne de 22 cm² (± 27), et le nombre de colonies présentes dans chaque population recensée variait de 3 à 260. Les populations de Terre-Neuve tendaient à être plus petites et distribuées de manière plus morcelée que celles d’Alberta (voir annexe 1). Hedderson (2002, comm. pers.) nous a signalé que la population de Straitsview, qui avait été la seule grande population parmi les quatre alors connues dans le Nord de Terre-Neuve, ne comportait plus que neuf colonies (voir annexe 1). Cependant, Hedderson (comm. pers.) a plus tard ajouté qu’il avait déjà observé des fluctuations dans cette population. En ce moment, la plus grande des populations répertoriées à Terre-Neuve est celle qui vient d’être découverte au cap White (voir annexe 1). Les travaux menés dans le cadre du présent rapport ont permis d’ajouter au moins 117 colonies à l’effectif total des populations terre-neuviennes.

Comme les étiquettes des spécimens de Mielichhoferia macrocarpa montrent que plusieurs récoltes ont été faites au cours des années dans chacune des trois localités, et sans doute dans les mêmes populations, on peut supposer que celles-ci ont tendance à être stables à long terme. Dans le cas de trois populations étudiées récemment (de 1997 à 2000) près de Cadomin, il existe des spécimens récoltés en 1966, en 977 et en 1984 (voir la section « Spécimens examinés »). Le site de Kananaskis est connu depuis 1982. Dans ces quatre sites, la population était en bon état en 2000. Dans le site de Silver Gate (comté de Park), au Montana, des spécimens ont été récoltés en 1948, en 1953, en 1973 et en 1992 (Brassard et Hedderson, 1983; voir la section « Spécimens examinés »). Brassard et Hedderson (1983) mentionnent également la stabilité d’une population située à l’île Disko, au Groenland, où l’espèce a été récoltée en 1898 et en 1973 (intervalle de 75 ans). Cependant, comme nous le mentionnions dans la section « Tendances », les populations de Terre-Neuve et d’Alberta ont connu un déclin durant l’hiver 2001-2002 (perte estimative de 296 colonies). Ce déclin représente une diminution de 15 p. 100 de l’effectif connu total. Une surveillance des populations permettrait de déterminer dans quelle mesure l’espèce est capable de se rétablir dans les sites où elle a subi une perte importante.