Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le méné d’argent de l’Ouest au Canada – Mise à jour

Taille et tendances des populations

Fluctuations et tendances

Il existe peu de données disponibles permettant d’estimer la taille et les tendances des populations (Houston, 1998a). Le méné d’argent de l’Ouest semble faire partie de la faune piscicole indigène de l’Alberta, où il est sans doute présent depuis longtemps, mais serait passé inaperçu ou aurait été mal identifié. L’espèce a d’abord été décrite comme Hybognathus argyritis par C. P. Girard, en 1856, à partir de spécimens recueillis dans la rivière Milk, au Montana (Nelson et Paetz, 1992). Grant Campbell a prélevé le premier méné d’argent de l’Ouest au Canada en 1961 (UAMZ 5320, University of Alberta Museum of Zoology). Dans les quarante ans qui ont suivi, on a effectué des prélèvements sporadiques afin de vérifier la présence du méné d’argent de l’Ouest dans la rivière Milk. Watkinson et al. (2007) ont indiqué que la répartition la plus en amont du méné d’argent de l’Ouest dans la rivière Milk se situait à environ 15 km en aval de la confluence de la rivière Milk et de la rivière North Milk, où cinq ménés d’argent de l’Ouest ont été recueillis.

On soupçonne que tant l’étendue de l’aire de répartition que l’abondance du méné d’argent de l’Ouest dans la rivière Milk ont été altérées de manière significative avant cette période (début des années 1900) lorsque le canal St. Mary a été construit afin de détourner les eaux d’irrigation de la rivière St. Mary vers la rivière Milk. Depuis sa première identification, au début des années 1960, l’aire de répartition connue du méné d’argent de l’Ouest dans la rivière Milk s’est agrandie de façon proportionnelle aux activités d’échantillonnage supplémentaires.

On se sait pas très bien si l’abondance dans la rivière Milk a changé depuis la première identification en Alberta dans les années 1960, puisque seulement des prélèvements limités ont été effectués dans la rivière Milk. À partir des mentions historiques de la période de 1961 à 2003, Pollard (2003) a estimé que la population du méné d’argent de l’Ouest ne dépassait pas quelques milliers d’individus. Des résultats récents indiquent que la taille des populations de méné d’argent de l’Ouest dans la rivière Milk est beaucoup plus grande qu’on le croyait (Sikina et Clayton, 2005; Watkinson et al., 2007). Watkinson et al. (2007) et Sikina et Clayton (2005) ont capturé un total de 2232 ménés d’argent de l’Ouest dans la rivière Milk en 2005 et en 2006. Sikina et Clayton (2005) ont pris à la senne 88 ménés d’argent de l’Ouest avec des captures par unité d’effort (CPUE) de 0,4 et de 0,9 poisson par 100  au cours de l’été et de l’automne de 2005, respectivement. Le total de CPUE était de 0,6 poisson par 100 . On a capturé des ménés à toutes les stations d’échantillonnage (N = 12), l’échantillon le plus important comptant 16 individus. Sikina et Clayton (2005) ont observé un banc d’environ 150 ménés d’argent de l’Ouest près de la confluence du ruisseau Deer et de la rivière Milk, en octobre 2004. Watkinson et al. (2007) ont en outre capturé 2 144 ménés d’argent de l’Ouest dans les bras morts et les mares du cours inférieur de la rivière Milk, en aval du pont Aden, en direction de la frontière canado-américaine, en 2005 et en 2006. Les CPUE de la pêche électrique ont produit des résultats de 0,004 poisson par seconde en juillet 2005 et de 0,007 poisson par seconde en mai 2006 (Watkinson et al., 2007). Pour la pêche à la senne, le total des CPUE était de 19,59 poissons/100  en juillet 2005 et de 72,15 poissons par 100  en mai 2006 (Watkinson et al., 2007). Dans ces échantillons, on a souvent compté des poissons de 1 an et plus, ce qui porte à croire que la population de ménés d’argent de l’Ouest de la rivière Milk est stable. La capture la plus importante (578 ménés d’argent de l’Ouest) a été effectuée près de l’embouchure du ruisseau Deer, en octobre 2006.

Watkinson et al. (2007) ont établi à 29 p. 100 le pourcentage des ménés d’argent de l’Ouest parmi les captures totales dans la rivière Milk. Stash (2001) a signalé que le genre Hybognathus, toutes les espèces combinées, constituait une large portion de la communauté de poissons, jusqu’à 5,78 p. 100 de la composition totale en espèces de poissons, mais il n’a pas tenté d’identifier les spécimens du genre Hybognathus au niveau de l’espèce. Le méné d’argent de l’Ouest est commun partout dans la rivière Missouri et représente une espèce dominante dans le cours inférieur de la rivière (Cross et al., 1986). Pflieger (1980b) a déclaré que, là où il est encore présent aux États-Unis, le méné d’argent de l’Ouest est considéré comme une espèce commune. Malheureusement, aucun renseignement précis n’était disponible pour établir la taille et les tendances des populations de ces secteurs (Houston, 1998a).

En l’absence de données historiques, on ne sait pas clairement quelle incidence la hausse des débits associés à la dérivation de la rivière St. Mary après 1917 a pu avoir sur les populations de ménés d’argent de l’Ouest dans la rivière Milk. Bien que la dérivation ait fait considérablement augmenter les débits estivaux, la rivière revient aux conditions de base à la fin de l’automne et pendant les mois d’hiver, une fois la dérivation terminée, ce qui limite peut-être les avantages offerts issus de l’accroissement d’habitats estivaux.

Immigration de source externe

L’habitat disponible pour le méné d’argent de l’Ouest, en Alberta, est limité aux tronçons de la rivière Milk situés au Canada. La recolonisation n’est possible qu’à partir de la portion de la rivière Milk située au Montana, en amont du réservoir Fresno, où rien n’entrave la migration ou les échanges entre les populations canadiennes. Toutes les populations se trouvant en aval de cette portion de la rivière ont été isolées. Cependant, la recolonisation peut être temporairement restreinte par des conditions de sécheresse (voir la section « Tendances en matière d’habitat »).