Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le cisco de l'Alaska au Canada – Mise à jour

Habitat

Besoins en matière d’habitat

Les connaissances actuelles sur la répartition du cisco de l’Alaska portent à croire que l’espèce est originaire de la Béringie (McPhail et Lindsey, 1970). Le cisco de l’Alaska est commun dans les milieux côtiers de l’Alaska. On estime que son cycle vital et ses besoins en matière d’habitat sont semblables à ceux du cisco arctique (Scott et Crossman, 1974), présent dans le delta du Mackenzie, au Canada. L’espèce est anadrome, c’est‑à‑dire qu’elle quitte la mer ou les estuaires au printemps et en été, remonte les cours d’eau pour frayer, puis regagne la mer après la fraye. Des migrations de fraye ont été relevées dans le cours principal du Yukon en Alaska, et il est possible que certains des grands affluents du fleuve soient également empruntés par l’espèce pour la fraye (Alt, 1973; Brown, comm. pers., 2003). Le cisco de l’Alaska semble passer plus de temps en eau salée que d’autres populations anadromes connues de Corégoninés. Bien qu’il n’existe aucune description détaillée de la fraye, des observations sur le terrain suggèrent que celle‑ci a lieu dans des lits de gravier en eau vive (Brown, comm. pers., 2003). Le cisco de l’Alaska ne semble pas se nourrir durant la migration de fraye (Morrow, 1980; Brown, comm. pers., 2003). L’analyse microchimique des otolithes révèle que le cisco de l’Alaska atteint tôt dans sa vie les eaux marines où il se nourrit et croît dans les eaux saumâtres près de la côte jusqu’à l’atteinte de la maturité sexuelle (Brown, comm. pers., 2003).


Tendances en matière d’habitat

Inconnues.


Protection et propriété des terrains

Étant donné que le fleuve Yukon traverse ou longe cinq refuges fauniques nationaux en Alaska, une part importante du corridor de migration bénéficie d’une certaine protection. Par exemple, le Yukon Flats National Wildlife Refuge, en Alaska, abrite l’une des seules zones de fraye connues du fleuve Yukon. Bien qu’il n’existe aucune réserve marine exclusive le long de la côte de l’Alaska, il existe plusieurs refuges et réserves fauniques terrestres de tailles diverses où est exercé un certain contrôle sur les activités industrielles terrestres pouvant altérer le milieu aquatique.