Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la castilléjie des rochers au Canada

Information sur l'espèce

Rapport de situation du COSEPAC
sur le
castilléjie des rochers
Castilleja rupicola
au Canada
2005

Nom et classification

Nom scientifique :
Castilleja rupicola PiperNote de bas de page 1
Synonymes :
Castilleja andrewsii Henderson
Nom français :
Castilléjie des rochers
Nom anglais :
Cliff Paintbrush
Famille :
Orobanchacées
Grand groupe végétal :
Dicotylédones

Description

Le Castilleja rupicola Piper appartient à un genre comptant entre 150 et 200 espèces présentes surtout dans l’ouest de l’Amérique du Nord, mais également dans le nord de l’Asie et le sud de l’Amérique du Sud (Ownbey, 1959). On trouve 20 de ces espèces en Colombie-Britannique et 24 au Canada (Scoggan, 1979; Pojar, 2000). Un spécimen de Castilleja rupicola a été recueilli pour la première fois au Canada sur le mont Cheam en 1899 par F. Anderson.

Le Castilleja rupicola est une graminée vivace à souche plutôt ligneuse (Pojar, 2000; figure 1). Les tiges de la plante sont regroupées, ascendantes à dressées, de 10 à 20 cm de hauteur, non ramifiées et à pubescence clairsemée et constituée de poils longs, souples et frisottés. Les feuilles, alternes, sont divisées en 3 ou 5 (7) lobes linéaires et étalés; il arrive, rarement, que les feuilles situées près de la base soient entières. Les lobes latéraux, à pubescence fine, longue et molle, ne sont que légèrement plus étroits que le lobe terminal. L’inflorescence est constituée d’un épi terminal compact à bractées de bonne taille et à fleurs relativement peu nombreuses. Les bractées, d’un rouge écarlate ou cramoisi et dont la plupart comportent cinq lobes séparés par des échancrures profondes, sont beaucoup plus courtes que les fleurs et portent des poils minuscules ainsi que de longs poils souples. La corolle est verdâtre, de 25 à 35 (45) mm de longueur, bilabiée (la lèvre supérieure étant en forme de bec), à pubescence courte, d’une longueur égale ou légèrement supérieure à celle du tube et beaucoup plus longue que la lèvre inférieure, épaissie et tridentée. Le calice porte de longs poils, a une longueur de 15 à 25 mm et comporte 2 lobes primaires séparés par des échancrures profondes se divisant chacun en deux segments arrondis ou pointus de 1 à 5 mm de longueur. La fleur compte quatre étamines. Les fruits consistent en des capsules contenant de nombreuses graines libres réticulées.

Le Castilleja rupicola est une espèce bien définie faisant partie du complexe des Parviflorae. Il se distingue de la plupart des autres Castilleja de la Colombie-Britannique par ses bractées d’un rouge cramoisi ou écarlate, généralement à cinq lobes séparés par des échancrures profondes. Le Castilleja parviflora, espèce apparentée occupant la même région, présente généralement des bractées violettes à roses ou blanches comportant trois lobes partant bien au-delà du milieu du limbe. Une autre espèce apparentée occupant la région, le Castilleja rhexifolia, peut elle aussi avoir des bractées cramoisies, mais celles‑ci ne sont pas lobées.


Figure 1. lllustration du Castilleja rupicola : fleur avec bractée associée (à gauche); port de la plante (à droite).

 lllustration du Castilleja rupicola

Dessin : Elizabeth J. Steven, in Pojar, 2000, reproduit avec permission.

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

Taxinomie et nomenclature d’après Douglas et al. (1998, 1999, 2000, 2001).

Retour à la référence de la note de bas de page 1