Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Mise à jour - Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la Cimicaire élevée (Cimicifuga elata) au Canada

Information sur l'espèce

Nom et classification 

Nom scientifique : Cimicifuga elata Nutt
Nom commun :  cimicaire élevée
Famille : Renonculacées
Grand groupe végétal :  Dicotylédones

Le genre Cimicifuga comprend 15 espèces dans le monde (Hay et Beckett, 1978), réparties dans toute la zone boréale. Six de ces espèces se trouvent en Amérique du Nord, dont deux sur la côte Ouest, notamment le C. elata, et trois sur la côte Est et dans le Sud des États-Unis (Evans, 1992). Le Cimicifuga elata a été la première espèce du genre mentionnée dans l’Ouest de l’Amérique du Nord (Ramsey, 1965). Il a été observé et récolté pour la première fois en 1805, lors de l’expédition de Lewis et Clark en Oregon. Les neuf autres espèces du genre Cimicifuga se trouvent en Europe et en Extrême-Orient. Toutes les espèces qu’on trouve en Amérique du Nord sont endémiques, ou ont une répartition restreinte, sauf le C. racemosa, qui est commun dans l’Est du continent.

Description

Le Cimicifuga elata est une herbacée vivace de sous-bois atteignant entre 1 et 2 m de hauteur (figure 1; Hitchcock et al., 1964). La tige est ramifiée dans sa partie supérieure et présente des renflements glanduleux aux nœuds et à la jonction des folioles. Les feuilles sont grandes, minces et biternées. Les folioles, au nombre de 9 à 17, sont cordées à ovées, souvent palmées, et ont 5 ou 7 lobes (ou plus souvent 3) et le bord denté en scie à denté. La face supérieure du limbe est couverte de poils rudes au toucher, la face inférieure est glabre. La plante est recouverte d’une fine pubescence et quelque peu glanduleuse dans sa partie supérieure. La partie souterraine est constituée d’un rhizome horizontal, foncé et tubéreux, pouvant atteindre 10,2 cm de longueur et 2,5 cm de diamètre. L’inflorescence est une grappe simple ou composée (parfois paniculée), dense, réunissant de 50 à 900 petites fleurs blanches (Pellmyr, 1986). Les fleurs présentent une symétrie radiale et sont apétales. Le pédicelle est plus court que la fleur. Les sépales sont blancs ou rosâtres et caducs, tombant tous en même temps. Après la chute des sépales, il ne reste sur l’axe que les carpelles et les étamines, et l’inflorescence prend l’aspect d’une brosse cylindrique. Le fruit est un follicule subsessile, long de 9 à 12 mm, renfermant une dizaine de graines rouges à brun-violet. Les fleurs du sommet de la grappe produisent chacune un seul follicule, tandis que celles de la base en produisent deux, ou rarement trois. Lorsqu’elle n’est pas en fleurs, l’espèce peut facilement être confondue avec d’autres espèces du sous-bois, notamment l’Actaea rubra.