Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Rapport du COSEPAC sur la situation du rosier sétigère au Canada -­ Mise à jour

Sommaire du rapport de situation

 

Dans la mesure où la comparaison est possible entre les données de recensement actuelles et les estimations antérieures (voir tableau 1), on constate un déclin de 25 p. 100 de l’effectif du rosier sétigère et de 38 p. 100 du nombre de sites. L'effectif de l'espèce pour l'ensemble des sites connus, selon les recensements effectués et les estimations pour les sites non recensés, s'élèverait à environ 145 arbustes matures de cette espèce. L’espèce pousse bien dans les habitats dégagés et colonise notamment les champs abandonnés où la succession ne fait que commencer. On peut donc penser qu’il existe des populations récentes non répertoriées, et le déclin de l’espèce serait alors moins important que ne le laissent croire les observations récentes.

La pression d’exploitation s’exerçant sur les aires naturelles de la région de Windsor et d’autres localités menace le rosier sétigère. Toutefois, une meilleure connaissance des exigences de l’espèce et une gestion appropriée des terrains réduiraient considérablement cette menace. Un bon nombre d’activités entraînant la perte ou le déclin des populations du rosier sétigère pourraient être modifiées de manière à protéger cet arbuste, ainsi que les autres espèces végétales et animales rares exigeant des habitats dégagés. Il faudrait éviter, par exemple, le fauchage des prés ou leur traitement à l’herbicide, le creusage de tranchées et le débroussaillage le long des fossés et des routes, la construction de terrains de stationnement et de sentiers dans la prairie‑parc et la circulation non réglementée des VTT.