Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Rapport du COSEPAC sur la situation du rosier sétigère au Canada -­ Mise à jour

L’auteure

 

John Ambrose a commencé à travailler à l’Arboretum de la University of Guelph en 1974, après avoir obtenu un doctorat en botanique de la Cornell University. Pendant qu’il était conservateur à l’Arboretum, il a mis sur pied un programme d’étude des plantes ligneuses rares de la région carolinienne du Sud d’Ontario, qui comprenait des inventaires, des rapports de situation et des études détaillées de la démographie et de la biologie de reproduction de différentes espèces. Après 17 années de service à l’Arboretum, il a occupé le poste de conservateur du département de botanique et directeur du département d’horticulture au zoo de Toronto, où son intérêt croissant pour la restauration des habitats naturels l’a amené à organiser, en plus des expositions régulières, des expositions d’habitats naturels reconstitués et à mettre sur pied un programme de remise à l’état d’origine des terres situées en périphérie du zoo. Il a quitté le zoo en 1999 afin d’enseigner un nouveau cours sur la restauration des habitats naturels à la University of Guelph. Aujourd’hui, il travaille à son propre compte dans le domaine du rétablissement des espèces en péril; il fait notamment partie de trois équipes travaillant au rétablissement des espèces forestières caroliniennes.