Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

SR: l’Autour des palombes (Accipiter gentilis laingi)

Évaluation

L’aire de répartition mondiale de l’Autour des palombes des Îles-de-la-Reine-Charlotte est relativement restreinte. et la majeure partie se trouve sur les côtes de la Colombie-Britannique. La taille des populations de la Colombie-Britannique serait faible, soit de l’ordre de 350 à 425 couples reproducteurs, dont la plupart sont concentrés sur l’île de Vancouver. L’habitat forestier protégé, qui peut abriter ou pas des Autours des palombes des Îles-de-la-Reine-Charlotte, se limite à environ 12 p. 100 sur l’île de Vancouver et 23 p. 100 sur les Îles-de-la-Reine-Charlotte. La principale menace qui pèse sur l’habitat est l’exploitation forestière industrielle à grande échelle des habitats qui semblent avoir le plus de valeur pour l’espèce. Les deux principales sources d’inquiétude sont la récolte continue des forêts de peuplements vieux et la baisse de la durée de rotation de la récolte des peuplements secondaires. La fragmentation de peuplements contigus pourrait diminuer la disponibilité de la nourriture, réduire la disponibilité d’habitats de nidification adéquats et en abaisser les qualités d’isolation, et accroître le risque de prédation et la concurrence d’espèces mieux adaptées à une forêt fragmentée, tous ces facteurs étant susceptibles d’entraîner une baisse de la taille des populations. La capacité d’adaptation de l’Autour des palombes des Îles-de-la-Reine-Charlotte à la nidification dans des peuplements secondaires plus jeunes est incertaine, et les effets à long terme des pratiques forestières actuelles risquent de compromettre gravement la stabilité des populations.

La taille des populations de l’Autour des palombes des Îles-de-la-Reine-Charlotte est petite, leur aire de répartition au Canada est très limitée, leur habitat subit des menaces à grande échelle et les perspectives de croissance de ces populations sont relativement faibles. Les effets à long terme de la fragmentation accrue des forêts de peuplements vieux demeurent incertains, mais sont probablement négatifs. Sur une note plus positive, l’Autour des palombes est largement répandu dans cette aire de répartition limitée; il fait montre d’une certaine adaptabilité dans son utilisation des forêts secondaires, et la conservation de son habitat bénéficie actuellement d’un haut niveau de priorité. Toutefois, comme les menaces qui pèsent sur son habitat vont probablement perdurer, que les populations semblent petites et que l’aire de répartition est très limitée, nous suggérons que le statut de l’Autour des palombes des Îles-de-la-Reine-Charlotte passe de celui d’espèce vulnérable à celui d’espèce menacée au Canada.