Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

CHOUETTE TACHETÉE DU NORD (Strix occidentalis caurina)

9. Conflits ou problèmes anticipés

En Amérique du Nord, le rétablissement de la Chouette tachetée soulève plusieurs défis de taille. Les populations ne cessent en effet de décliner des deux côtés de la frontière, malgré les efforts visant à conserver l’habitat de l’espèce,

Plusieurs menaces pèsent sur la survie de l’espèce en Colombie-Britannique : perte et fragmentation de l’habitat; prédation; compétition; faible taux de reproduction, faible survie des jeunes et faible succès de la dispersion; événements stochastiques environnementaux, démographiques et génétiques. Ces menaces sont exacerbées par la petite taille de la population de la province et par son isolement par rapport aux grandes populations des États-Unis.

À court terme, le principal défi est de stopper le déclin de la population et de prévenir la disparition de l’espèce. Au nombre des difficultés et des obstacles à surmonter à ce chapitre, mentionnons la rapidité du déclin démographique des chouettes, le temps nécessaire au recrutement de l’habitat convenable pour assurer la connectivité, et les incertitudes entourant les espèces concurrentes et la viabilité génétique de la population.

Le rétablissement de l’espèce continuera d’être problématique, car il pourrait s’avérer très difficile d’éliminer certaines des menaces (voir la section 5) et d'améliorer les facteurs biologiques limitants (voir la section 4).

Plusieurs des solutions exigent de pousser les recherches plus avant et, en plus des défis déjà mentionnés, il faut compter ceux qui sont reliés à la mise en œuvre des programmes de recherche sur la Chouette tachetée en Colombie-Britannique. Les difficultés tiennent notamment aux problèmes logistiques que posent l’étude d’un animal nocturne capable de voler sur de longues distances dans un terrain inaccessible, les fortes variations interannuelles des processus biologiques, l’important écart temporel entre la réponse de la population de la chouette à certaines des mesures d’aménagement de l’habitat, et les contraintes éthiques propres à l’étude intensive d’une espèce en voie de disparition (Kurz et Greenough, 1996). De plus, la recherche des moyens de financer ces initiatives est un problème majeur permanent.

En raison de la dépendance de l’espèce vis-à-vis les forêts anciennes à forte valeur commerciale, il s’avère difficile à long terme de réconcilier les besoins de la Chouette tachetée en matière d’habitat avec les impacts économiques des mesures de rétablissement. Par exemple, l’interruption ou le ralentissement de la récolte du bois dans l’habitat convenable situé dans l’aire de répartition de la Chouette tachetée aurait des répercussions économiques immédiates pour les entreprises, les collectivités et les individus qui dépendent de cette ressource. La récolte du bois est en effet la principale activité créatrice d’emplois et de revenus dans certaines parties de l’aire de répartition de l’espèce en Colombie-Britannique. Par contre, un défaut de rétablir l'espèce pourrait entraîner des sanctions économiques sur les produits du bois imposées par les États-Unis (p. ex. en invoquant l’Amendement Pelly) et des boycotts internationaux de ces produits, amenés par les groupes environnementaux préoccupés par le déclin de la Chouette tachetée en Colombie-Britannique, ce qui à long terme pourrait avoir des répercussions économiques dans la province.

La conservation de la Chouette tachetée soulève donc de nombreux défis, car il ne s’agit pas seulement d’un enjeu biologique, mais d’un problème plus complexe faisant intervenir une multitude d’autres facteurs de nature politique, sociale et économique. Les impacts des éventuelles mesures de rétablissement peuvent aller du coût de la gestion intensive de la population aux contraintes imposées à l’extraction des ressources dans certaines régions particulières. Par contre, tout report de ces mesures diminuera le choix des solutions disponibles et accroîtra le risque de disparition de l’espèce, ce qui augmentera vraisemblablement le coût du rétablissement. On trouvera à la section 13 une analyse plus détaillée des considérations socio-économiques.