Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

CHOUETTE TACHETÉE DU NORD (Strix occidentalis caurina)

10. Lacunes dans les connaissances

L’équipe de rétablissement de la Chouette tachetée a dressé une liste provisoire des sujets de recherche (voir l’annexe 2), où figurent notamment la démographie, les tendances de la population, la modélisation de la population, la génétique, la compétition, le maintien et la mise en valeur de l’habitat, et les relations avec les espèces proies. L'équipe doit fixer l'ordre de priorité de ces sujets en se basant sur l’urgence des besoins en matière d’information pour le rétablissement de l’espèce. Les défis que soulève la mise en œuvre de ces programmes de recherche sont abordés à la section 9.

 

10.1 Besoins en matière d’habitat

Jusqu’à présent, on a très peu étudié l’habitat de la Chouette tachetée en Colombie-Britannique; on s’est plutôt fié aux recherches effectuées aux États-Unis. Cela est sans doute légitime, surtout quand les données proviennent de l’État de Washington, où les habitats ressemblent beaucoup à ceux de la province, mais on peut toujours mettre en doute la complète applicabilité de ces données pour la province.

Il serait utile de recueillir des données locales pour mieux définir les habitats de nidification, de perchoir et de dispersion dans la province et pour déterminer comment les intégrer à la planification du rétablissement. Certains de ces travaux s’imposent pour nous permettre de définir efficacement les habitats de survie, de rétablissement et essentiel, et de mieux comprendre en quoi la fragmentation influence la qualité de ces habitats pour la Chouette tachetée. Il sera important de modéliser cette information à l’échelle spatiale et temporelle pour planifier le rétablissement de l’espèce.

 

10.2 Besoins en matière d’inventaire

En Colombie-Britannique, les emplacements connus de la Chouette tachetée ont fait l’objet de relevés relativement intenses au cours des 10 dernières années. Entre 1992 et 2002, plus de 150 emplacements potentiels jugées adéquats pour les chouettes ont été étudiés à des degrés divers dans le but d’établir l’aire de répartition, la distribution et l’abondance de l’espèce. On a détecté des Chouettes tachetées dans 65 emplacements de la province, dont 40 ont été utilisés pour évaluer la tendance de la population depuis 1992 (Blackburn et al., 2002). Le gros de l’effort de recensement a eu lieu au milieu des années 1990, et la majorité des emplacements n’ont pas fait l’objet de nouvelles visites depuis 5 ans ou plus. D’autres habitats potentiels n’ont jamais fait l'objet de relevés dans la province.

Parmi les mesures de rétablissement, la poursuite des activités d’inventaire est considérée comme la priorité première. Un inventaire complet s’impose pour confirmer l'estimation de la population actuelle fixée à 33 couples reproducteurs, déterminer l’étendue totale de leur aire de répartition, évaluer le potentiel reproductif de la population, et soutenir les éventuelles activités d’accroissement de la population. Seulement 15 des 64 emplacements connus (tableau 1) sont actuellement actifs, et on ignore le statut de nidification de l’espèce dans la majorité d’entre eux.

 

10.3 Besoins en matière de recherche biologique et écologique

L’écologie de la Chouette tachetée en Colombie-Britannique a été relativement peu étudiée. La plupart des renseignements de base proviennent d’études réalisées aux États-Unis. D’entrée de jeu, il serait particulièrement important de mener d'autres recherches sur la principale espèce proie de la chouette, le grand polatouche, étant donné que d’après les premières recherches effectuées par Ransome et Sullivan (2003), ses effectifs seraient en déclin dans certains bassins de Vancouver, et que ce déclin semble coïncider avec celui des Chouettes tachetées et des Chouettes rayées (Blackburn et al., 2002).