Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

CHOUETTE TACHETÉE DU NORD (Strix occidentalis caurina)

Annexe 4

Critères du COSEPAC pour les espèces en voie de disparition et menacées

Manuel des opérations et des procédures du COSEPAC

Tableau 2 : Critères du COSEPAC pour les espèces en voie de disparition et menacées
Ces critères correspondent essentiellement aux critères de la Liste rouge de l’UICN (IUCN, 1994), revus et évalués par le COSEPAC (COSEPAC, 1999). Voir les définitions et les directives d’interprétation dans le document Catégories de l’UICN pour la Liste rouge (IUCN, 1994).
 Espèce en voie de disparitionEspèce menacée
A. Déclin des populations totales
Taux de déclin d’au moins : 50 % en 10 ans ou 3 générations    20 % en 10 ans ou 3 générations

établi en fonction :

              (1) de la réduction de la population observée, estimée, déduite ou présumée dans le passé

ou          (2) du déclin de population prévu ou présumé à l’avenir.

d’après

a) une observation directe;

b) un indice d’abondance approprié au taxon;

c) un déclin dans l’aire de répartition, l’étendue du territoire ou la qualité de l’habitat;

d) les niveaux d’exploitation réels ou éventuels;

e) les effets de taxons introduits, d'hybridation, d'agents pathogènes, de substances polluantes, d’espèces concurrentes ou de parasites.

B. Faible répartition et déclin ou fluctuation
Soit l'étendue du territoire ou  l’aire de répartition et 2 des 3 éléments suivants:

  <5 000 km2     

<500 km2  

<20 000 km2

<2 000 km2

(1) soit très fragmentée : (populations isolées avec une probabilité réduite de rétablissement, une fois disparue)
ou existence reconnue à divers endroits≤5≤10

(2) déclin continu

pour tout élément suivant :

a) étendue du territoire;

b) aire de répartition;

c) aire, étendue et/ou qualité de l’habitat;

d) nombre d'endroits ou de populations

e) nombre d’individus matures

 n'importe quel tauxn'importe quel taux

(3) fluctuation

pour tout élément suivant :

a) étendue du territoire

b) aire de répartition

c) nombre d'endroits ou de populations

d) nombre d’individus matures

>1 ordre de grandeur>1 ordre de grandeur
C. Taille et déclin d'une petite population  

Nombre d’individus matures et 1 des 2 éléments suivants :

(1) déclin rapide d’au moins  

(2) déclin continu et soit

(a) fragmentation  d'une seule population

ou   (b) tous les individus

<2 500      


20 % en 5 ans ou  2 générations 

n'importe quel taux      

toutes les populations <250   

<10 000


10 % en 10 ans ou 3 générations

 n'importe quel taux 

toutes les populations <1 000

D. Très petite ou limitée  

Soit

1) Nombre d’individus matures

ou

(2) Population sensible 

 

<250 

 

(sans objet) 

 

<1 000

 

aire de répartition <100 km2 ou nbre d'endroits ≤5

E. Analyse quantitative  
Indication de la probabilité de disparition dans la nature étant d’au moins : 20 % en 20 ans ou  5 générations10 % en 100 ans

Espèces préoccupantes :

Espèces qui sont tout particulièrement sensibles aux activités humaines ou aux phénomènes naturels mais qui ne sont toutefois pas en péril ou menacées.

Exemples des raisons pour lesquelles une espèce pourrait se qualifier comme espèce préoccupante :

  • une espèce tout particulièrement sensible à une catastrophe (p. ex. une grande population d'oiseaux de mer près du parcours d'un navire porteur d'huile)
  • une espèce dépendante de mesures de conservation qui deviendrait sans doute en péril sans une protection et une gestion actives (p. ex. une espèce de poisson ou de mammifère protégée d'une trop grande prise)
  • une espèce faisant l’objet d’un rétablissement, qui ne se qualifie plus dans les catégories de risque, mais qui n’est pas complètement hors de danger ou qui pourrait redevenir en péril à cause du retour de la menace dans l’avenir.

Exemples des raisons pour lesquelles une espèce ne pourrait pas se qualifier comme espèce préoccupante :

  • rareté seulement en l'absence d'une menace reconnue
  • menace sans possibilité de tort sérieux (p. ex. grande population féconde soumise à la prise)