Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l'Hespérie Persius de l'Est au Canada

logo du COSEPAC

COSEPAC
Résumé

Hespérie Persius de l'Est
Erynnis persius persius

Information sur l’espèce

L’hespérie Persius (Erynnis persius) est un petit papillon diurne foncé aux ailes antérieures marquées de quatre petites taches blanches. Elle appartient à la sous-famille des Pyrginés et à la famille des Hesperiidés. Quatre sous-espèces sont actuellement reconnues, dont l’hespérie Persius de l’Est, objet du présent rapport.

 

Répartition

Telle qu’elle est actuellement reconnue, l’aire de répartition de l’hespérie Persius s’étend des États du nord de la côte Atlantique jusqu’à la côte du Pacifique, d’est en ouest, et du Yukon jusqu’en Californie, du nord au sud. L’hespérie Persius de l’Est occupe la portion orientale de cette aire, depuis les États du nord de la côte Atlantique jusqu’à la région des Grands Lacs. Au Canada, elle n’est connue que du sud-ouest de l’Ontario.

 

Habitat

L’hespérie Persius de l’Est est considérée comme présente seulement dans les milieux où poussent ses plantes hôtes, le lupin vivace et la baptisie des teinturiers. Elle se rencontre généralement dans les savanes à chênes, les landes à pins et les prairies ou dans d’autres milieux ouverts et ensoleillés, comme les clairières et les emprises routières.

 

Biologie

Les adultes volent du début de mai au début de juin au Canada. Les femelles déposent leurs œufs individuellement sur les nouvelles feuilles de lupin vivace ou de baptisie des teinturiers. Les chenilles atteignent le dernier stade larvaire en juillet, puis entrent en diapause. Le printemps suivant, elles émergent de leur diapause et poursuivent leur développement jusqu’à l’âge adulte.

 

Taille et tendances des populations

L’hespérie Persius de l’Est a subit un déclin sur une bonne partie de son aire et est aujourd’hui considérée comme rare. Elle est tenue pour disparue du Maine et n’a pas été observée depuis au moins vingt ans au Maryland, au New Jersey ou dans l’État de New York. En Ontario, elle a été capturée pour la première fois en 1969 et observée pour la dernière fois en 1987. Les sources provinciales la considèrent comme disparue de l’Ontario et, par conséquent, du Canada.°

 

Facteurs limitatifs et menaces

L’hespérie Persius de l’Est semble avoir été affectée par l’application de mauvaises pratiques de gestion de l’habitat et l’altération de son habitat, qui ont causé un déclin subit et la destruction des populations de ses plantes hôtes. Le lupin vivace et la baptisie des teinturiers sont les deux seules plantes hôtes connues de l’hespérie Persius de l’Est. La succession naturelle des boisés clairsemés, la suppression des incendies et les altérations anthropiques directes de l’habitat causées par l’extraction des ressources ou la plantation d’arbres ont eu des conséquences néfastes dans de nombreux secteurs susceptibles d’avoir déjà abrité cette hespérie dans le passé.

 

Importance de l’espèce

À l’état larvaire, l’hespérie Persius de l’Est se nourrit sur le lupin, comme le mélissa bleu et le lutin givré. Ces trois papillons sont des éléments d’une communauté naturelle rare et en déclin dans le nord-est de l’Amérique du Nord. L’attention portée à l’hespérie Persius de l’Est et à d’autres papillons pourrait aider à protéger la communauté spéciale d’animaux et de plantes dont ils font partie.

 

Protection actuelle et autres désignations

L’hespérie Persius de l’Est figure sur la liste des espèces en danger de disparition (Endangered) de l’Indiana, du New Hampshire, de l’État de New York et de l’Ohio, des espèces menacées (Threatened) au Michigan et au Massachusetts et des espèces préoccupantes (Special Concern) au Connecticut et en Pennsylvanie. Elle est tenue pour disparue du Maine. Les sources provinciales la considèrent comme disparue de l’Ontario et, par conséquent, du Canada. Elle ne bénéficie d’aucune protection légale, ni à l’échelle fédérale, ni à l’échelle provinciale.