Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement du Tétras des armoises (Centrocercus urophasianus urophasianus) au Canada

2. Rétablissement

2.1 Faisabilité du rétablissement

Le rétablissement du Tétras des armoises in Canada est jugé réalisable, car l'espèce respecte les quatre conditions suivantes (Environnement Canada, 2005) :


1) Y a-t-il actuellement des individus reproducteurs permettant d'augmenter le taux de croissance de la population ou son effectif?

Depuis trois ou quatre décennies, les populations de Tétras des armoises des prairies canadiennes ont connu un déclin marqué, et se sont stabilisées à de faibles niveaux ces cinq dernières années. En Alberta, la population s'est stabilisée entre 90 et 136 mâles présents sur les leks depuis 11 ans (D. Eslinger, Alberta Sustainable Resource Development, 2006, comm. pers.). Au printemps, les populations canadiennes totalisent en moyenne de 530 à 785 oiseaux. Le recrutement annuel (survie des poussins) est suffisant pour maintenir les populations, mais pas pour assurer leur bonne croissance et leur rétablissement. Ainsi, il reste des individus aptes à se reproduire, mais il faudra accroître la productivité et le recrutement annuel pour que les populations augmentent.


2) Existe-t-il suffisamment d'habitat pouvant abriter l'espèce, ou peut-on en créer par des mesures d'aménagement ou de restauration?

Il reste suffisamment d'habitat pour soutenir les populations de Tétras des armoises, surtout si l'on met en œuvre des initiatives d'aménagement du territoire favorables au Tétras des armoises. Une bonne partie de l'habitat utilisé par le Tétras des armoises en Alberta et en Saskatchewan appartient à la Couronne et sert au pâturage. Des études ont montré que le Tétras des armoises exploite de l'habitat source de bonne qualité, et que la productivité annuelle de l'oiseau sur ces terres suffit à assurer la croissance de la population (Aldridge, 2005). Par contre, le Tétras des armoises utilise aussi beaucoup d'habitats puits (où la reproduction ne suffit pas à compenser la mortalité locale [Pulliam, 1988]) sous-optimaux qui ne permet pas à la population de croître, mais où ce serait possible si l'on appliquait des mesures de gestion des terres.


3) Les menaces appréciables pesant sur l'espèce ou son habitat peuvent-elles être évitées ou atténuées grâce à des mesures de rétablissement?

Le Tétras des armoises est inscrit à la liste des espèces en voie de disparition en Alberta (en vertu de l'Alberta Wildlife Act) et en Saskatchewan (Saskatchewan Wildlife Act) : il est interdit de le capturer, de le tuer, de lui nuire ou de détruire son nid. Bien qu'aucune disposition législative précise ne protège l'habitat du Tétras des armoises en Alberta, il existe des lignes directrices sur les activités humaines près de ses leks. La loi sur l'habitat des espèces sauvages de la Saskatchewan (Wildlife Habitat Protection Act) protège l'habitat du Tétras des armoises en exigeant un permis pour sa mise en culture et sa destruction. Les terres du parc national des Prairies (Sask.) sont sans doute celles où le Tétras des armoises et son habitat sont les mieux protégés, grâce à la Loi sur les parcs nationaux et à la Loi sur les espèces en péril.

Les utilisateurs des terres et les responsables de l'aménagement du territoire concernés sont conscients dans une certaine mesure du problème du Tétras des armoises. Des représentants de l'industrie, notamment du secteur agricole, et des responsables de l'aménagement du territoire collaborent à la planification et à la mise en œuvre de mesures de protection et de rétablissement du Tétras des armoises en Alberta. Ils s'efforcent d'élaborer des pratiques de gestion des prairies à armoise visant à favoriser au maximum le Tétras des armoises. Si l'on améliorait l'habitat productif et l'habitat sous-optimal, l'effort de reproduction actuel du Tétras des armoises pourrait se traduire par un recrutement annuel qui assure le rétablissement de la population.


4) Les techniques de rétablissement nécessaires existent-elles, et leur efficacité a-t-elle été démontrée?

Les techniques de mise en valeur de l'habitat visant à accroître le recrutement annuel de l'espèce ne sont pas éprouvées, mais les études qui ont été intégrées au programme de rétablissement du Tétras des armoises et au plan de rétablissement de l'Alberta (Alberta Sage Grouse Recovery Action Group, 2005) seront utiles à cet égard. Des travaux sont en cours afin de mettre au point des pratiques optimales de gestion de l'habitat du Tétras des armoises. Si une catastrophe (p. ex. une maladie) venait à décimer les populations canadiennes, ou si la viabilité génétique des populations devenait menacée, on pourrait transférer des Tétras des armoises d'ailleurs pour accroître les populations.


2.2 Buts de rétablissement et objectifs en matière de population et de répartition

Les buts de rétablissement des populations de Tétras des armoises comprennent des buts immédiats, des buts à court terme et des buts à long terme qui sont établis sans l'avantage d'être fondés sur une analyse de viabilité des populations. Les buts pourraient changer selon les résultats d'une telle évaluation.

  1. Éviter toute perte de leks utilisés par le Tétras des armoises et toute baisse des populations de l'espèce dans son aire de répartition actuelle en Alberta et en Saskatchewan.
  2. D'ici 2012, améliorer la situation et la productivité des populations de Tétras des armoises en Alberta et en Saskatchewan de façon à ce que le nombre de mâles en parade sur les leks et le nombre de leks utilisés augmentent pour toutes ces populations durant la période 2000-2012.
  3. D'ici 2026, faire en sorte que la population de Tétras des armoises soit stable ou en hausse et soit revenue aux niveaux historiques suivants :
    • au moins 365 mâles en parade sur des leks en Alberta (moyennes de 1968 à 1989 variant de 198 à 613) et au moins 500 mâles en parade sur des leks en Saskatchewan (Canadian Sage-Grouse Recovery Team, 2001);
    • au moins 16 leks utilisés en Alberta (moyennes de 1968 à 1989 variant de 11 à 21) et au moins 30 leks utilisés en Saskatchewan (Canadian Sage-Grouse Recovery Team, 2001).


2.3 Approches recommandées pour atteindre les objectifs de rétablissement

 

Tableau 1. Planification du rétablissement – Objectif : Effectuer le suivi des paramètres des populations de Tétras des armoises afin d'évaluer les progrès accomplis dans leur rétablissement et l'efficacité des mesures prises.
PrioritéMenace viséeStratégies générales
UrgenteToutesEffectuer le dénombrement printanier annuel des mâles en parade sur tous les leks connus d'Alberta et de Saskatchewan.
UrgenteToutesEffectuer aux trois ans un relevé printanier des nouveaux leks occupés en Alberta et en Saskatchewan.
UrgenteToutesD'ici 2010, mettre au point une méthode de relevé d'hiver. Effectuer des relevés hivernaux annuels des populations de TA en Alberta et en Saskatchewan.
UrgenteToutesD'ici 2012, mettre au point une méthode de calcul d'un indice de productivité et de recrutement à partir des résultats des relevés printaniers, hivernaux et autres.

 

Tableau 1. Planification du rétablissement (suite) – Objectif : Maintenir la viabilité génétique et reproductrice des populations ou des segments de population de Tétras des armoises dans les Prairies canadiennes
PrioritéMenace viséeStratégies générales
UrgenteToutesD'ici 2008, effectuer des analyses morphologiques et histologiques d'œufs non éclos pour déterminer des anomalies du développement et leur effet sur le succès de reproduction (ces analyses devraient être effectuées lorsque des femelles sont munies d'un collier émetteur).
UrgenteFragmentation de l'habitatD'ici 2009, évaluer l'isolement et les échanges génétiques entre leks ou groupes de leks de TA au Canada et dans le nord du Montana.
CritiquePerte et fragmentation d'habitatD'ici 2008, définir la viabilité génétique des leks ou des groupes de leks de TA au Canada.
UrgenteFragmentation et dégradation d'habitatD'ici 2009, déterminer la nécessité ou non de transférer des TA au Canada, en fonction d'analyses génétiques, d'analyses de viabilité des populations, d'évaluations démographiques, du succès des transferts de TA en Amérique du Nord et du plan de rétablissement de l'Alberta.
UrgentePerte et fragmentation d'habitatD'ici 2011, délimiter l'aire d'occupation de la population du Canada et du nord du Montana à l'aide de données génétiques et écologiques (télémétrie).
NécessairePerte et fragmentation d'habitatD'ici 2012, puis aux cinq ans, évaluer (par échantillonnage de sang, de plumes, etc.) le degré de diversité et de flux génétiques entre le Canada et le nord du Montana.
NécessaireFragmentation de l'habitatRecueillir de façon opportuniste des échantillons de TA (sang, plumes, etc.) dans son aire de répartition au Canada et dans le nord du Montana et les conserver à des fins d'analyses génétiques futures.
UrgentePerte et fragmentation d'habitatD'ici 2012, mettre au point de façon concertée des méthodes d'élevage en capture, de translocation et de réintroduction du TA.
UrgenteFragmentation de l'habitatD'ici 2009, quantifier le degré d'hybridation entre le TA et le Tétras à queue fine.
UrgentePerte, dégradation et fragmentation d'habitatD'ici 2012, identifier l'habitat essentiel au maintien des liens écologiques et des flux génétiques entre les sous-populations de TA du Canada et celles du nord du Montana.
UrgentePerte, dégradation et fragmentation d'habitatD'ici 2016, collaborer avec les autorités compétentes pour protéger l'habitat qui relie les sous­populations de TA du Canada et celles du nord du Montana.
Nécessaire D'ici 2016, établir et maintenir en captivité un troupeau de TA pour perpétuer le patrimoine génétique de la population albertaine (ou autre).

 

Tableau 1. Planification du rétablissement (suite) – Objectif : Déterminer les facteurs environnementaux et anthropiques qui pourraient avoir causé le déclin des populations de Tétras des armoises après 1988 et qui pourraient nuire ou contribuer au rétablissement des populations. Élaborer des mesures d'atténuation lorsque c'est possible.
PrioritéMenace viséeStratégies générales
UrgenteMaladie, hydrologie modifiée et climatD'ici 2009, évaluer les effets des maladies, notamment le virus du Nil occidental, et des parasites sur le recrutement annuel du TA et tenir compte de ces pertes à titre de facteur de mortalité endémique dans les analyses de viabilité des populations et l'évaluation des effets cumulatifs. Effectuer le suivi de la mortalité causée par les maladies et les parasites, et mettre au point des mesures pour l'atténuer le cas échéant (en cours).
UrgenteDégradation et fragmentation d'habitat, prédation, hydrologie modifiée et climatD'ici 2009, entreprendre une étude pour évaluer les incidences de la prédation sur le recrutement du TA, mettre en évidence les relations entre les pratiques d'utilisation des terres et les taux de prédation et déterminer l'importance de la prédation parmi les divers facteurs de stress (coordonner avec les recherches sur la gestion des eaux de surface et le pâturage).
UrgentePerte, fragmentation et dégradation d'habitat, prédation, hydrologie modifiée et climatD'ici 2009, entreprendre de la recherche pour évaluer les incidences de la gestion des eaux de surface sur la viabilité et la productivité des écosystèmes d'armoise, notamment sur la quantité d'insectes et de plantes dont le TA se nourrit, dans son aire de répartition au Canada (coordonner avec les recherches sur la prédation et le pâturage).
UrgenteDégradation de l'habitat, prédation, hydrologie modifiée et climatD'ici 2009, entreprendre de la recherche pour évaluer les relations entre les pratiques de pâturage dans les écosystèmes d'armoise argentée et l'hydrologie, en vue d'optimiser les conditions de l'habitat pour toutes les étapes du cycle vital du TA (coordonner avec les recherches sur la gestion des eaux de surface et la prédation).
UrgenteDégradation de l'habitat et climatD'ici 2009, entreprendre des études pour évaluer les incidences possibles sur la productivité du TA de la compétition interspécifique (p.ex. avec l'antilope d'Amérique) pour l'obtention de nourriture (armoise et plantes herbacées non graminoïdes).
CritiquePerte, dégradation et fragmentation d'habitat, prédation et hydrologie modifiéeD'ici 2009, terminer la modélisation visant à caractériser les incidences anthropiques, notamment les effets cumulatifs des activités industrielles et agricoles, dans l'aire de répartition du TA au Canada. Le cas échéant, mettre au point des mesures d'atténuation de ces impacts.
CritiquePerte et dégradation d'habitat, prédation et hydrologie modifiéeD'ici 2009, collaborer avec les autorités canadiennes et américaines compétentes à l'élaboration de bonnes pratiques de gestion des écosystèmes d'armoise argentée, afin que le TA ait l'habitat nécessaire à toutes les étapes de son cycle vital.
UrgentePerte et dégradation d'habitatD'ici 2009, collaborer avec les agriculteurs, l'industrie et les décideurs à l'évaluation de programmes de soutien agricole et de politiques industrielles pour en déterminer les incidences sur le TA et son habitat.
NécessaireDégradation et fragmentation d'habitatD'ici 2012, entreprendre de la recherche sur l'efficacité du brûlage dirigé comme outil de stimulation ou de revitalisation des écosystèmes d'armoise argentée.

 

Tableau 1. Planification du rétablissement (suite) – Objectif : Repérer, protéger et mettre en valeur les habitats importants pour le cycle vital du Tétras des armoises.
PrioritéMenace viséeStratégies générales
CritiquePerte, dégradation et fragmentation d'habitatD'ici 2008, définir, relever et cartographier tout l'habitat utilisé l'hiver par le TA en Alberta et en Saskatchewan.
CritiquePerte, dégradation et fragmentation d'habitatD'ici 2009, définir, relever et cartographier tout l'habitat-source et tout l'habitat-puits utilisés par le TA pour la nidification et l'élevage des poussins en Alberta et en Saskatchewan.
CritiqueFragmentation de l'habitatD'ici 2008, terminer l'évaluation des lignes directrices sur les activités industrielles près des leks en vue des améliorer.
UrgenteDégradation et fragmentation de l'habitatD'ici 2009, mettre au point des méthodes de rétablissement et de propagation de l'armoise argentée dans les écosystèmes de prairie.
CritiquePerte, dégradation et fragmentation d'habitatD'ici 2008, effectuer une analyse des risques pour déterminer les parties de l'aire de répartition canadienne du TA qui pourraient être perdues en raison de changements dans l'utilisation des terres comme leur mise en culture (p. ex. conversion en prairie artificielle, en culture irriguée de pommes de terre ou en d'autres types de cultures).
CritiqueFragmentation de l'habitatD'ici 2008, communiquer avec tous les importants utilisateurs des terres dans l'aire de répartition du TA au Canada pour les encourager à respecter les lignes directrices afin de réduire au minimum les impacts de leurs activités sur le TA.
UrgentePerte d'habitatD'ici 2010, protéger tout l'habitat hivernal, tous les leks, tout l'habitat-source et tout l'habitat sous­optimal utilisés par le TA pour la nidification et l'élevage des poussins au Canada.
UrgenteDégradation de l'habitat et prédationD'ici 2011, déterminer les facteurs limitatifs dans l'habitat sous-optimal utilisé par le TA.
UrgentePerte, dégradation et fragmentation d'habitatD'ici 2011, élaborer des lignes directrices d'utilisation des terres concernant l'habitat essentiel utilisé par le TA pour la nidification, l'élevage des poussins et l'hivernage.
UrgentePerte et fragmentation d'habitatD'ici 2012, relever et cartographier les secteurs de l'aire de répartition historique du TA au Canada où des écosystèmes de prairie à armoise argentée pourraient être rétablis. Il faudrait saisir et exploiter toutes les occasions d'intégrer le rétablissement de l'armoise argentée et l'amélioration des peuplements d'armoises à l'aménagement des zones voisines de celles occupées par le TA, au moyen de programmes d'intendance, d'agriculture, etc.
UrgenteDégradation et fragmentation de l'habitat, hydrologie modifiée et prédationD'ici 2012, évaluer la productivité et les conditions de l'habitat­source relevé afin de déterminer les mesures de gestion pouvant être prises pour maximiser le recrutement annuel du TA.
UrgenteDégradation et fragmentation de l'habitat, prédation et hydrologie modifiéeD'ici 2012, prendre, dans un cadre de gestion adaptée des ressources, des mesures expérimentales de mise en valeur de l'habitat sous­optimal utilisé par le TA pour la nidification et l'élevage des poussins.
UrgentePerte et fragmentation d'habitat et prédationD'ici 2012, collaborer avec les principales industries concernées à l'élimination de toutes les infrastructures qui ne sont plus nécessaires et à la remise en végétation (au besoin) de ces sites pour rétablir des écosystèmes d'armoise argentée.

 

Tableau 1. Planification du rétablissement (suite) – Objectif : Obtenir et maintenir l'appui de tous les secteurs intéressés pour les mesures de conservation et de rétablissement du Tétras des armoises.
PrioritéMenace viséeStratégies générales
UrgentePerte, dégradation et fragmentation d'habitatD'ici 2009, diffuser au public de l'information pour le sensibiliser à la nécessité des mesures de conservation et promouvoir les activités de rétablissement.
UrgentePerte, dégradation et fragmentation d'habitatD'ici 2009, diffuser aux secteurs agricole et industriel de l'information sur les impacts de leurs activités sur le TA.
UrgentePerte, dégradation et fragmentation d'habitatD'ici 2009, communiquer avec les principaux utilisateurs industriels et agricoles de l'aire de répartition du TA afin de promouvoir la mise en valeur de son habitat pour en optimiser le recrutement et de les inciter à participer activement aux initiatives de conservation.

 

Tableau 1. Planification du rétablissement (suite) – Objectif : Intégrer les mesures de rétablissement du Tétras des armoises aux programmes généraux de conservation des prairies et de leurs espèces sauvages.
PrioritéMenace viséeStratégies générales
NécessairePerte, dégradation et fragmentation d'habitat, prédation, hydrologie modifiée et mortalité directe

D'ici 2008, intégrer les mesures de rétablissement du TA aux initiatives générales de conservation de la prairie ou d'autres espèces en péril.

Coordonner au besoin avec la stratégie globale de conservation du Tétras des armoises de la WAFWA.

NécessairePerte, dégradation et fragmentation d'habitat, prédation, hydrologie modifiée et mortalité directeD'ici 2009, organiser un forum avec les autres équipes canadiennes de rétablissement d'espèces des prairies en péril pour étudier la possibilité d'établir des initiatives de conservation à l'échelle du paysage qui pourraient favoriser toutes les espèces concernées.

Critique = mesure sans laquelle la population diminuera; Urgente = mesure requise pour évaluer et orienter le rétablissement; Nécessaire = mesure favorable au rétablissement; TA = Tétras des armoises)

 

2.4 Explication du tableau de planification du rétablissement

Les populations de Tétras des armoises dans les prairies canadiennes sont dangereusement faibles, et leur aire de répartition est fragmentée (Aldridge, 1998a et 2005). La participation du Canada à la stratégie globale de conservation du Tétras des armoises de la Western Association of Fish and Wildlife Agencies, ou WAFWA (Stiver et al., 2006), est une importante priorité en matière de conservation du Tétras des armoises et des écosystèmes d'armoise. Il faut appliquer des mesures d'aménagement du territoire dans une démarche de gestion adaptée pour assurer le maintien et la croissance des populations dans toute l'aire de répartition historique de l'espèce. Il serait utile de mener des expériences de manipulation de certains facteurs paysagers importants dans l'écosystème fragmenté de la prairie à armoise. Ces études devraient prévoir des ressources pour effectuer le suivi des effets afin d'obtenir une rétroaction significative dans le processus de gestion adaptée (Aldridge et al., 2004a). On pourrait améliorer les mesures d'aménagement en intégrant les connaissances acquises grâce aux manipulations expérimentales. Les objectifs et les stratégies présentés au tableau 1 s'appuient sur la collaboration de tous les secteurs concernés (responsables de la gestion de la faune ou de l'aménagement du territoire, industrie, agriculteurs et groupes d'intérêt en matière de faune) qui se sont engagés à faire fonctionner le processus de gestion adaptée des ressources.


Effectuer le suivi des paramètres des populations de Tétras des armoises afin d'évaluer les progrès accomplis dans leur rétablissement et l'efficacité des mesures prises

Il faut effectuer des relevés annuels sur les leks pour suivre dans le temps la situation et les tendances des populations et ainsi évaluer les progrès accomplis par rapport aux cibles de rétablissement. Il faudrait ainsi surveiller tous les leks occupés et, dans la mesure du possible, les leks abandonnés selon les normes acceptées en la matière (Connelly et al., 2004). Il faudrait mettre au point des techniques de dénombrement hivernal pour obtenir des données de référence sur la répartition et calculer un indice du recrutement et de la situation des populations. Des travaux devraient être effectués pour combiner les dénombrements printaniers sur les leks et les dénombrements hivernaux afin d'obtenir des indices non intrusifs de la productivité et du recrutement annuels des populations de Tétras des armoises.


Maintenir la viabilité génétique et reproductrice des populations ou des segments de population de Tétras des armoises dans les prairies canadiennes

L'hétérozygotie et le flux de gènes au sein des populations sont essentiels au maintien de la viabilité génétique des petites populations (K. Bush, comm. pers.). Les populations fragmentées qui ont une faible diversité génétique présentent souvent une forte consanguinité, une grande susceptibilité aux maladies et aux parasites (Oyler-McCance et al., 2005) ou une fréquence élevée d'hybridation avec le Tétras à queue fine (Aldridge et al., 2001). Il faudrait délimiter la population de Tétras des armoises du nord du Montana, laquelle s'étend au Canada, et en maintenir la continuité de l'habitat pour éviter que sa diversité génétique et ses flux de gènes ne soient compromis. À l'heure actuelle, les translocations ne sont pas des pratiques de gestion généralement acceptées parce que les effectifs des populations sont habituellement limités par la capacité de charge des habitats existants, mais il faudrait étudier la possibilité d'effectuer des translocations de Tétras des armoises et les façons de le faire. Si l'on considérait qu'une population ou un segment de population n'est plus génétiquement viable ou si une catastrophe survenait et éliminait ou mettait en péril une population, la translocation d'individus à partir d'une autre partie des prairies canadiennes ou des États-Unis pourrait être une option valable.


Déterminer les facteurs environnementaux et anthropiques qui pourraient avoir causé le déclin des populations de Tétras des armoises après 1988 et qui pourraient nuire ou contribuer au rétablissement des populations afin de les atténuer dans l'avenir, si c'est possible

Il est essentiel d'effectuer de la recherche pour accroître nos connaissances sur le Tétras des armoises et sa relation avec les utilisations des terres et des eaux afin de fournir de la rétroaction dans le processus de gestion adaptée des ressources. Il faut mettre au point des pratiques optimales de gestion des pâturages qui permettent de maintenir l'industrie bovine tout en offrant des habitats optimaux pour la reproduction, la nidification, l'élevage des poussins et l'hivernage du Tétras des armoises. Il faut aussi surveiller et évaluer l'incidence de menaces sanitaires, comme le virus du Nil occidental, qui pèsent sur les populations de Tétras des armoises. Il faudrait étudier les anomalies du développement et leur effet sur le succès de reproduction en examinant des œufs non éclos. De plus, si l'on recueillait des écailles d'œufs, il faudrait en garder des échantillons pour éventuellement y doser des métaux lourds et d'autres polluants. Il faudrait également se pencher sur la possibilité de recourir au brûlage pour améliorer l'habitat du Tétras des armoises en stimulant la croissance de l'armoise argentée. De nombreux ouvrages de régularisation des eaux ont été construits dans les Prairies et en modifient l'hydrologie naturelle : il faudrait étudier leurs incidences sur la productivité du Tétras des armoises, particulièrement en ce qui concerne le maintien de l'armoise et des sites mésiques. Tous les programmes, politiques et incitatifs liés à l'agriculture ou à l'industrie pétrolière devraient être passés en revue pour déterminer s'ils nuisent à la conservation et au rétablissement des populations de Tétras des armoises. Il sera peut-être nécessaire de collaborer avec les décideurs politiques et les industries concernées pour que ces dernières restent viables sans nuire au rétablissement du Tétras des armoises. Il est essentiel de modéliser les effets cumulatifs de tous les facteurs de stress environnementaux et anthropiques pour comprendre les incidences sur la viabilité des populations de Tétras des armoises.


Repérer, protéger et mettre en valeur les habitats importants pour toutes les étapes du cycle vital du Tétras des armoises

Selon Moynahan et al. (sous presse [b]), le manque d'habitat hivernal de qualité peut nuire à la survie et au recrutement annuels des populations de Tétras des armoises. Comme on en sait peu sur la façon dont le Tétras des armoises utilise l'habitat l'hiver au Canada, il est essentiel d'analyser les données existantes (Aldridge et al., 2004b). Il faut comprendre le déplacement du Tétras des armoises vers son habitat d'hivernage et la répartition de l'habitat d'hivernage et établir les caractéristiques physiques de l'habitat dont l'espèce a besoin dans toute son aire de répartition au Canada. Il faut relever, protéger et mettre en valeur les habitats qui sont essentiels à la survie et à la reproduction du Tétras des armoises (habitats de reproduction, de nidification, d'élevage des poussins et d'hivernage).

En ce qui a trait à l'aménagement du territoire, l'Alberta et la Saskatchewan ont des lignes directrices concernant les activités humaines à proximité des leks (Canadian Sage-Grouse Recovery Team, 2001), mais il faut les revoir pour déterminer si elles protègent suffisamment le Tétras des armoises. Même si aucune ligne directrice visant l'habitat essentiel de nidification, d'élevage des poussins ou d'hivernage n'est en vigueur, les lignes directrices de l'Alberta ont récemment été révisées, mais n'ont pas encore été approuvées : elles prévoient des zones tampons et des restrictions temporelles pour les activités humaines près de ces habitats (D. Eslinger, Alberta Sustainable Resource Development, comm. pers.). Il faut poursuivre l'élaboration de lignes directrices en étroite collaboration avec l'industrie et les autres utilisateurs du territoire. Il faudra surveiller les utilisations du territoire pour en assurer la conformité aux lignes directrices.

Des études montrent que le Tétras des armoises utilise de l'habitat source (gain net de population) et de l'habitat puits (perte nette de population) (Aldridge, 2005). D'après Aldridge (2005), seulement 11 % de la superficie du sud de l'Alberta est considérée comme de l'habitat source pour la nidification, et l'habitat-source pour l'élevage des poussins ne couvre que 5 % de cette superficie. La majorité de l'habitat utilisé par le Tétras des armoises est de l'habitat puits. Il faut relever tous les habitats-sources et tous les habitats-puits dans l'aire de répartition actuelle du Tétras des armoises. Les habitats-sources devraient être protégés et gérés de façon à maintenir ou à accroître la productivité, tandis que les habitats puits devraient être évalués pour déterminer les facteurs qui y limitent la productivité, en vue de prendre, de concert avec les utilisateurs du territoire, des mesures pour transformer l'habitat-puits en habitat source.

L'aire de répartition du Tétras des armoises au Canada a diminué considérablement par rapport à ce qu'elle était (Canadian Sage-Grouse Recovery Team, 2001). Il faudrait donc évaluer l'habitat inoccupé du Tétras des armoises pour en déterminer les lacunes et l'aménager de façon à favoriser l'expansion de l'espèce sur les terres qu'elle occupait jadis.

Il nous en reste beaucoup à apprendre sur la cause du déclin des populations de Tétras des armoises et sur leur relation avec les pratiques d'utilisation du territoire (Aldridge, 2005; Connelly et al., 2004), mais cela ne devrait pas nous empêcher de prendre des mesures de gestion du territoire bien conçues visant au rétablissement de l'espèce. Toute mesure prise devrait prévoir les ressources nécessaires pour en effectuer le suivi et l'évaluation afin d'éclairer le processus de gestion adaptée.


Obtenir et maintenir l'appui de tous les secteurs intéressés pour les mesures de conservation et de rétablissement du Tétras des armoises

Les mesures de rétablissement ont plus de chances de réussir si tous les secteurs intéressés les appuient. Il faudrait produire de la documentation et diffuser de l'information pour sensibiliser tous les secteurs du grand public au Tétras des armoises afin qu'ils appuient la conservation et le rétablissement de l'espèce. Il faut cibler tous les utilisateurs du territoire, notamment l'industrie, pour les inciter à protéger et à mettre en valeur l'habitat du Tétras des armoises, ainsi qu'à réduire l'incidence de leurs activités perturbatrices. Un exemple d'important outil de communication à cet égard est le site Web cartographique sur l'armoise créé par le United States Geological Survey (2006) pour rassembler les données spatiales utilisées dans la recherche sur le Tétras des armoises et les écosystèmes de steppe arbustive et sur leur gestion. En outre, aux États Unis, le Local Working Group Locator Project (RS/GIS Laboratory, 2006) constitue un forum où des groupes de travail et des organisations gouvernementales ou non mettent en commun et cataloguent les données sur la conservation et la gestion de l'habitat du Tétras des armoises. Dans la mesure du possible, les utilisateurs du territoire devraient participer directement aux projets de conservation, car les initiatives communautaires permettent de partager la propriété, les buts et les succès.


Intégrer les mesures de rétablissement du Tétras des armoises aux programmes généraux de conservation des prairies et de leurs espèces sauvages

Le Tétras des armoises, espèce obligatoirement associée à l'armoise broussailleuse, partage l'habitat de prairie à armoise avec d'autres espèces en péril. Les enjeux d'aménagement du territoire liés à la gestion de l'habitat du Tétras des armoises s'appliquent donc souvent à d'autres espèces sauvages de prairie. C'est pourquoi il faut coordonner les mesures favorisant le Tétras des armoises et les autres projets ou programmes de gestion durable des écosystèmes de prairie. La WAFWA réalise un important projet concerté de conservation des prairies, dont la première phase consiste à évaluer les populations de Tétras des armoises et la répartition de l'armoise (Connelly et al., 2004), et la deuxième, à établir une stratégie de conservation du Tétras des armoises et de l'habitat d'armoise à la grandeur de leur aire historique (Stiver et al., 2006).

Les buts de conservation du WAFWA englobent des stratégies adoptées par des organismes de conservation, des localités, des États ou des provinces et des stratégies internationales à la grandeur de l'aire de répartition afin de favoriser et de faciliter d'autres plans et stratégies de conservation (Stiver et al., 2006). La stratégie de conservation de la WAFWA propose, selon des critères biologiques, sept zones de gestion de l'habitat d'armoise et du Tétras des armoises. Comme ces zones ne respectent habituellement pas les limites des compétences, les autorités concernées doivent constamment collaborer et coordonner leurs actions pour que la gestion adaptée soit efficace (Stiver et al., 2006). Le but ultime de la stratégie est d'atteindre des populations stables ou en hausse dans toutes les zones de gestion pour 2025.

Rédigé par le Alberta Sage Grouse Recovery Action Group (2005), le plan de rétablissement du Tétras des armoises de l'Alberta 2005-2010 est un autre important projet de conservation concerté. Le but principal de ce plan, qui concorde bien avec le présent programme de rétablissement, est le suivant :

1. Maintenir et mettre en valeur l'habitat dont le Tétras des armoises a besoin à toutes les étapes de son cycle vital afin d'assurer la viabilité de la population dans l'aire qu'elle occupe actuellement.

Dans la mesure du possible, on s'efforcera de coordonner les mesures prévues dans le présent programme et les objectifs du plan de rétablissement de la province de l'Alberta, plus précisément :

  • Protéger tous les leks connus utilisés ou abandonnés.
  • Mettre en valeur l'habitat de reproduction, d'élevage des poussins et d'hivernage.
  • Bien gérer le pâturage sur les terres publiques et privées.
  • Restaurer l'habitat et en accroître la qualité par de saines pratiques de gestion du pâturage.
  • Évaluer l'efficacité des lignes directrices actuelles concernant les activités pétrolières et gazières dans la prairie indigène en relation avec le Tétras des armoises et les modifier au besoin.
  • Diffuser de l'information sur les effets des activités industrielles, des pratiques de pâturage et des activités récréatives sur le Tétras des armoises.


2.5 Lacunes des connaissances

Les lacunes des connaissances sont les suivantes :

  • Manque de données de surveillance sur le recrutement des populations et de méthodologies de recensement en hiver
  • Viabilité génétique et connectivité des populations des prairies de Tétras des armoises; nécessité de raffiner la méthodologie de translocation; développement de l'expertise nécessaire
  • Pratiques de gestion optimale de l'aire de répartition, effets cumulatifs et processus naturels qui protègent les habitats d'armoises; atténuation des menaces pour la santé et changements anthropiques
  • Élucidation des facteurs à l'origine du récent déclin du Tétras des armoises et restauration des habitats spécifiques nécessaires pour créer plus d'habitats-sources
  • Localisation de l'habitat d'hivernage


2.6 Habitat essentiel

Il est actuellement impossible de désigner l'habitat essentiel du Tétras des armoises. Bien que nous en sachions beaucoup sur les besoins du Tétras des armoises en matière d'habitat, il nous reste plusieurs lacunes à combler dans nos connaissances et plusieurs activités techniques à réaliser avant de pouvoir désigner l'habitat essentiel de l'espèce.

Une désignation partielle sera effectuée à partir des données actuellement disponibles et de celles qui seront générées par les études en cours (premiers résultats attendus en mars 2008). L'approche générale de cette désignation consistera à utiliser le modèle d'habitat de nidification et d'élevage des poussins élaboré par Aldridge (2005) et de l'extrapoler en fonction de l'aire de répartition historique récente du Tétras des armoises en Alberta et en Saskatchewan. Lorsque des données récentes sur l'habitat d'hivernage seront disponibles, elles seront également intégrées au modèle. Seule une désignation partielle de l'habitat essentiel est possible, car l'information requise par le modèle n'est pas disponible pour toute l'aire de répartition historique récente de l'espèce en Saskatchewan. De plus, les recherches en cours continuent de fournir de nouvelles données sur les besoins du Tétras des armoises en matière d'habitat.

Nous avons dressé un calendrier d'études et activités d'appui, dont une approche de consultation, qui devraient permettre une désignation partielle de l'habitat essentiel dans un addendum qui sera affiché en décembre 2008. Les nouvelles données permettront sans doute une désignation de la plus grande partie de l'habitat essentiel actuel se trouvant en Alberta et en Saskatchewan. Les études en cours nous aideront à comprendre les besoins du Tétras des armoises en matière d'habitat. La désignation complète de l'habitat essentiel, nécessaire au rétablissement de l'espèce, comprendra sans doute des superficies d'habitat dégradé. Le plan d'action comprendra des mesures visant à rétablir l'habitat du Tétras des armoises.

2.6.1 Calendrier des études visant à désigner l'habitat essentiel

 

Tableau 2. Calendrier des études
ActionÉchéance

1) Faire une synthèse des meilleures connaissances disponibles sur le cycle de vie de l'espèce, l'écologie de ses populations et ses besoins en matière d'habitat.

  • Intégrer l'information existante dans une évaluation des effets cumulatifs des perturbations humaines. Il s'agira notamment de déterminer les lacunes des connaissances et les recherches à mener pour les combler, ainsi que les priorités en matière de suivi, ce qui contribuerait à la mise au point de bonnes pratiques de gestion de l'habitat essentiel et des mesures d'atténuation de l'évaluation environnementale.
Automne 2007

2) Repérer l'espèce et les habitats adéquats.

  • Compiler les informations historiques des leks (utilisés et non utilisés) de Saskatchewan et la base de données d'observation.
  • Effectuer une ou des études des populations pour repérer l'habitat d'hivernage, et confirmer les relations d'utilisation des habitats de nidification et d'élevage élaborées par Aldridge (2005) dans d'autres parties de l'aire de répartition de l'espèce.
  • Compiler l'information Système d'information géographique (SIG) nécessaire pour extrapoler le modèle des habitats de nidification et d'élevage élaboré par Aldridge (2005) au reste de la répartition historique récente en Alberta et en Saskatchewan, dans la mesure où les données disponibles le permettent.
  • Là où les données sont incomplètes (p. ex. cartographie par photos aériennes de la répartition de l'armoise argentée dans certaines parties de la Saskatchewan), recueillir les données SIG nécessaires, dans le cadre des activités futures de planification du rétablissement et de désignation de l'habitat essentiel.
  • Utiliser les informations actuelles et les nouvelles informations issues des études en cours sur les populations pour repérer l'emplacement des habitats d'hivernage du Tétras des armoises.
Ébauche des cartes en mars 2008
3) Afficher un addendum énonçant une désignation partielle de l'habitat essentielDécembre 2008

4) Consulter les parties intéressées sur le plan d'action

  • Consulter les représentants des parties intéressées, dans les collectivités canadiennes proches d'habitats du Tétras des armoises, sur le plan d'action proposé.
  • Recueillir de l'information sur les possibles incidences socio-économiques (positives et négatives) de diverses options de désignation de l'habitat essentiel et élaborer des stratégies d'atténuation de l'impact socio-économique. Utiliser ce processus avec les parties intéressées pour étayer les analyses socio-économiques plus vastes.
  • Évaluer les impacts écologiques, sociaux et économiques que pourraient avoir la désignation, la protection, l'amélioration et la gestion de l'habitat essentiel et évaluer les moyens qui permettraient d'atténuer ces impacts.
Novembre 2008 - avril 2009
5) Rédiger une ébauche définitive du plan d'action, en vue d'un dernier examen et de l'approbation finaleJuillet 2011

 

2.7 Effets sur les espèces non ciblées

Veuillez consulter le résumé de l'évaluation environnementale stratégique (Forrestall, 2006) au début du présent document.


2.8 Élaboration des plans d'action

Une ébauche du plan d'action sera prête à être approuvée en juillet 2011. Les cinq prochaines années seront principalement consacrées à la désignation de l'habitat essentiel, à la recherche et à l'établissement de partenariats. Le plan d'action complet fera le plus possible appel à une collaboration entre toutes les sphères de compétence concernées.