Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le sébaste à oeil épineux du type I et du type II au Canada

Facteurs limitatifs et menaces

La principale menace à la population découle de la surpêche des espèces longévives qui occupent la pente continentale supérieure. Étant donné la nature démersale de cette paire d’espèces, elle est touchée à la fois par la flotte de chalutiers et la flotte de pêche aux lignes. Un affaiblissement apparent des classes d’âge les plus avancées (figure 10) entre 1996 à 2003 pourrait témoigner d’une pression de pêche importante. Par ailleurs, une analyse des courbes de prises fondée sur les proportions des individus selon l’âge donne à penser que le taux moyen de mortalité totale aurait doublé au cours de cette période. Il est toutefois possible que les changements perçus soient dus à un échantillonnage non représentatif. Cette multiplication apparente de la mortalité totale ne concorde pas avec les indices établis à partir des CPUE pour la même période, qui indiquent plutôt que la population est stable ou en croissance.

La récente découverte de l’existence de deux espèces au sein de l’entité jusqu’ici reconnue comme une seule espèce, le sébaste à œil épineux (Sebastes aleutianus [Jordan et Evermann, 1898]) et, implicitement, le manque de connaissances sur la répartition et les menaces liées à chacune de ces deux espèces constituent une menace en soi. La nature cryptique de ces espèces augmente le risque qu’une diversité génétique soit perdue avant même qu’elle ne soit constatée. Beaucoup d’autres travaux de recherche seront nécessaires pour déterminer l’abondance relative des deux espèces en eaux canadiennes, leur répartition et l’incidence des pêches (et peut-être d’autres menaces) sur chacune d’entre elles.

En somme, la biologie et la démographie de cette paire d’espèces sont encore très méconnues. Les relevés synoptiques visant les poissons démersaux récemment entrepris devraient, d’ici quelques années, permettre de dégager des tendances beaucoup plus précises quant aux populations de cette paire d’espèces.