Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le sébaste à oeil épineux du type I et du type II au Canada

logo du COSEPAC

COSEPAC
Résumé

Sébaste à oeil épineux
Sebastes sp.

Sebastes sp. type I
Sebastes sp. type II

Information sur l’espèce

Le sébaste à œil épineux (Sebastes aleutianus [Jordan et Evermann, 1898]; en anglais, Rougheye Rockfish), est un poisson de la famille des Scorpénidés. Son nom -- « œil épineux »-- fait allusion à la présence d’une série d’épines sous-orbitaires (le long du bord inférieur des yeux).

On a récemment découvert que l’espèce décrite consistait en deux espèces sympatriques, différentiables à partir d’alloenzymes et d’ADN microsatellite et mitochondrial. Au plan morphologique, les deux espèces peuvent être différenciées par le nombre et la longueur des branchiospines et par la largeur relative du corps; il est toutefois difficile de le faire en conditions naturelles. On ne dispose d’aucune information détaillée concernant l’abondance relative, la répartition ou l’incidence des pêches pour ces deux espèces en eaux canadiennes. Par conséquent, on présume que les renseignements disponibles sur le sébaste à œil épineux (Sebastes aleutianus [Jordan et Evermann, 1898]) s’appliquent pareillement à chacune de ces deux nouvelles espèces.

De façon à distinguer les deux espèces sans préjuger de l’issue d’une future révision taxinomique qui leur attribuera un nom officiel, le présent rapport emploie les termes « Sebastes sp. type I » (sébaste à œil épineux du type I) et « Sebastes sp. type II » (sébaste à œil épineux du type II), à l’instar de récentes publications. Lorsqu’il est fait mention d’information se rapportant aux deux espèces sans les distinguer, on emploie plutôt le terme « paire d’espèces » ou le nom complet de l’entité formellement identifiée, soit sébaste à œil épineux (Sebastes aleutianus [Jordan et Evermann, 1898]).

Répartition

Les sébastes à œil épineux de cette paire d’espèces occupent la portion du Pacifique situé au nord du Japon et s’étendent de la péninsule de Kamchatka jusqu’à la mer de Béring, les îles Aléoutiennes, le golfe d’Alaska et la côte ouest de l’Amérique du Nord depuis la Colombie-Britannique jusqu’au sud de la Californie. En Colombie-Britannique, ils occupent la pente continentale et sont généralement capturés entre 170 et 660 m de profondeur. La zone d’occurrence estimée pour les eaux de la Colombie-Britannique couvre environ 37 000 km2. La répartition et l’abondance relative de ces deux espèces récemment identifiées en eaux canadiennes sont inconnues.

Habitat

Les plus fortes densités de sébastes à œil épineux se trouvent sur les fonds caractérisés par des substrats mous, dans des zones aux rochers abondants et sur des pentes de plus de 20° d’inclinaison (observé au moyen de submersibles habités). L’association avec les substrats mous coïncide avec la disponibilité de leurs proies de prédilection (crevettes de la famille des Pandalidés). Les rochers pourraient servir de marqueurs territoriaux, de déflecteurs du courant ou de structures rendant la capture de proies plus efficace. Cette paire d’espèces semble éviter les fonds plats.

Biologie

On connaît encore mal la biologie des deux espèces de sébastes à œil épineux. Elles ont une durée de vie plus longue que la plupart des autres espèces du genre Sebastes, l’âge maximal enregistré étant d’environ 205 ans pour un spécimen du sud de l’Alaska. Les adultes atteignent une longueur maximale d’environ 90 cm. Les femelles atteignent 50 p. 100 de la maturité à 20 ans. Comme toutes les espèces de sébastes vivipares, les œufs fécondés sont maintenus dans l’ovaire jusqu’à l’expulsion des larves. Les larves planctoniques et les juvéniles restent près de la surface et à des profondeurs intermédiaires. La durée de génération de cette paire d’espèces a été calculée à 48 ans, en supposant un âge de 20 ans à 50 p. 100 de la maturité et un taux de mortalité naturelle de 0,035.

Taille et tendances des populations

Les indices de captures par unité d'effort (CPUE) de la paire d’espèces de sébastes à œil épineux, qui ont été calculés pour la pêche commerciale entre 1996 et 2005, ne dévoilent aucune tendance. Selon les indices établis à partir des relevés disponibles, les populations seraient stables ou en croissance. Toutefois, ces relevés couvrent des périodes qui sont largement inférieures à la durée d’une génération de sébastes à œil épineux. De plus, la plupart des séries chronologiques les plus longues proviennent de relevés qui ont été conçus pour l’étude d’autres espèces et ne couvrent pas les plages de profondeur appropriées. Les longues barres d’erreur associées aux points des indices reflètent les limites de ces relevés et dénotent des tendances hautement incertaines. Les indices établis à partir du relevé synoptique tenu dans le détroit de la Reine-Charlotte (2003-2005) décriront les tendances dans l’abondance avec des mesures de l’erreur qui seront fiables lorsque ce relevé aura été répété sur une plus longue période.

Facteurs limitatifs et menaces

La principale menace à la population de la Colombie-Britannique découle de la surpêche d’une espèce longévive qui occupe la plateforme continentale et la pente continentale supérieure. Le déclin observé des classes d’âge les plus avancées (50 ans et plus) dans les données de 2003 par rapport à celles de 1996 pourrait être l’expression d’une pression exercée par la pêche. Par ailleurs, l’analyse des courbes de prises indique que la mortalité totale moyenne a doublé au cours de ces 8 années, passant de 0,045 à 0.091. Toutefois, un échantillonnage non représentatif des prises de la pêche commerciale pourrait expliquer certaines des différences observées dans les données relatives à la proportion des poissons selon l’âge.

Le manque de renseignements sur l’abondance relative, la répartition et les menaces liées à chacune des deux espèces récemment reconnues constituent une menace, puisque la nature cryptique de ces espèces augmente le risque qu’une biodiversité biologique non constatée soit perdue.

Importance de l’espèce

Le sébaste à œil épineux est possiblement l’une des espèces de poissons les plus long évives de la planète. En Alaska, des chercheurs ont déterminé qu’un spécimen était âgé de 205 ans. Les pêcheurs autochtones d’autrefois capturaient sans doute des sébastes à œil épineux, des flétans du Pacifique (Hippoglossus stenolepis) et des morues charbonnières (Anoplopoma fimbria), mais aucun compte rendu ne permet de le vérifier. La présence de deux espèces cryptiques au sein du complexe reconnu comme le sébaste à œil épineux (Sebastes aleutianus [Jordan et Evermann, 1898]) est d’un intérêt scientifique considérable pour l’étude des mécanismes de spéciation.

Protection actuelle

Une gestion des pêches contrôle la récolte de cette paire d’espèces au moyen de quotas fixés pour l’ensemble de la côte et administrés selon un système de quota individuel par bateau. Les types de fonds privilégiés par les sébastes à œil épineux -- habitats de forte pente et ponctués de rochers -- sont des obstacles potentielsà la pêche, au moins dans le cas du chalutage de fond. Les palangres peuvent probablement accéder à ces sites. La prédilection de cette espèce pour les eaux profondes limite son exposition à la pêche récréative. L’habitat de cette paire d’espèces n’est protégé par aucune mesure officielle.