Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Loup atlantique (Anarhichas lupus)

Évaluation et statut proposé

Protection juridique actuelle et autres désignations

Comme le loup atlantique ne fait actuellement l’objet d’aucune pêche dirigée dans l’ouest de l’Atlantique, il n’est soumis à aucune forme de gestion, et aucun mécanisme particulier, comme la limitation des taux autorisés de capture, n’assure sa protection. Le moratoire sur le poisson de fond de l’Atlantique canadien décrété en 1992 en réponse à l’effondrement de la morue atlantique, Gadus morhua, pourrait cependant lui conférer une certaine protection indirecte temporaire en réduisant la pression globale du chalutage. Le loup atlantique ne fait actuellement l’objet d’aucune désignation par l’UICN.

La biologie du loup atlantique pourrait aussi lui conférer une certaine forme limitée de protection. À titre d’espèce benthique se nourrissant sur le fond, l’espèce ne risque guère en effet d’être capturée dans les chaluts au-dessus du plancher océanique. En outre, comme il fréquente les grottes et les crevasses entre et sous les gros rochers, le loup pourrait être protégé, du moins en partie, contre le chalutage sur le fond et le dragage.